Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !

Livres (aussi) lus en 2016 (2ème semestre) : pour mémoire

23 Commentaires

Le temps passe et, visiblement, il y a un certain nombre de livres lus au cours du deuxième semestre 2016 que je ne chroniquerai pas sur ce blog.
Comme je souhaite néanmoins garder la trace de ces lectures (mon blog me servant d’aide-mémoire), voici la liste de ces ouvrages, avec juste quelques annotations les concernant. J’ai indiqué pour chacun d’eux la date de parution (entre parenthèses) et essayé de les mettre dans l’ordre dans lequel je les ai lus.

quinze-premieres-vies-dharry-august_2841« Les quinze premières vies d’Harry August », Claire NORTH (2014)
Une uchronie personnelle (mais pas que) repérée grâce au Guide de l’uchronie. Vraiment beaucoup aimé.

« Plaguers », Jeanne-A DESBATS (2010)
De l’auteur, j’avais lu « La vieille Anglaise et le continent », un coup de cœur.
Ce titre-ci ne m’a pas autant emballée. Qui plus est, bien qu’il ne soit pas paru dans une collection spécifique Young Adult, pour moi il relève de cette catégorie (ce qui ne me gêne pas forcément, mais là, si). J’ai trouvé que le postulat de base (des jeunes gens exerçant un pouvoir, plus ou moins contrôlé, sur l’un ou de l’autre des quatre éléments, dans une terre qui se meurt) relevait davantage du fantastique que de la SF et j’ai eu du mal à croire à l’histoire, même si son aspect merveilleux est séduisant.

« L’incandescente », Claudie HUNZINGER (2016)
De l’auteur, j’avais adoré « La langue des oiseaux ».
La magie n’a pas opéré avec ce roman-ci, les tourments de l’héroïne et sa manière d’appréhender la vie ne me parlaient guère. J’étais davantage intéressée par la figure, évoquée seulement en filigrane, de son amie (la mère de Claudie Hunzinger).

« La terre bleue de nos souvenirs », Alastair REYNOLDS (2015)
Premier tome des « Enfants de Poséidon ». Space opera lu sans déplaisir, avec certaines choses qui m’ont beaucoup plu. Mais la narration a une structure en mode de quête façon jeu vidéo (d’un indice à l’autre) qui m’a gênée car je l’ai trouvée artificielle.
Je ne me suis pas laissée tenter par la suite, parue en 2016.

defaite-des-maitres-et-possesseurs« Défaite des maîtres et possesseurs », Vincent MESSAGE (2016)
Tellement difficile d’en parler sans trop en dire que j’ai fini par y renoncer (pour une fois que j’avais une bonne excuse !) !
Un conte philosophique (c’est ainsi que le qualifie l’auteur) dont l’écriture autant que le propos m’ont captivée. Je ne saurais trop vous en recommander la lecture

« Sommes-nous trop bêtes pour comprendre l’intelligence des animaux », Frans de WAAL (2016)
Un essai intéressant repéré grâce à l’émission La tête au carré sur France Inter, à laquelle l’auteur était invité. Bon point de situation sur la question de l’intelligence animale.

« Le Nexus du docteur Erdmann », Nancy KRESS (2016)
Premier livre que je lis de la nouvelle collection des éditions Le Bélial, Une Heure Lumière (livres au format court de type novella) et ce ne sera pas le dernier –
Un ancien professeur de physique, maintenant en maison de retraite, ressent un beau jour une soudaine douleur au cerveau … et d’autres pensionnaires à leur tour vont être affectés. Plaisant et bien mené, même si le dénouement ne m’a pas plus convaincue que cela. Ce qui ne m’empêchera pas de lire, de cet auteur que je découvrais ici, « L’une rêve et l’autre pas », repéré depuis un moment.

« Le tropique des serpents », Marie BRENNAN (2016)
Deuxième tome des Mémoires de Lady Trent (j’ai chroniqué le premier ici). Toujours aussi agréable à lire mais Apophis avait raison, la recette reste un peu trop la même, donc pas sûr que je me laisse tenter par la suite.

« Une porte sur l’été », Robert HEINLEIN (1957)
Premier livre de Robert Heinlein que je lis. Une histoire menée tambour battant, avec un inventeur génial (mais pas très malin par ailleurs), entouré d’une belle et d’un ami pas trop fiables et qui va chercher à oublier ses déboires en se faisant cryogénéiser pour faire un bond dans le futur … Récit très plaisant (dans le genre lecture détente) et dont la construction est top !

« De chant et d’amour », Virginie THARAUD (2016)
Récit romanesque évoquant l’histoire d’Adélaïde de Beaumesnil et qui permet de découvrir le milieu de l’opéra parisien autour de 1766. Des choses très intéressantes mais j’ai eu l’impression que l’auteur se laissait déborder par la masse d’informations qu’elle détenait sur le sujet (spécialiste universitaire), ce qui nuit un peu à l’ensemble.

« Existence », David BRIN (2016)
De l’auteur, j’avais déjà lu et bien aimé « Jusqu’au cœur du soleil » et je savais qu’ « Existence » était quelques bonnes coudées au-dessus + hard SF, bref tout pour me plaire (avec d’excellentes critiques lues à son sujet).
J’ai donc plongé dans la lecture de ce pavé (737 pages !), persuadée que je serais conquise … mais je me suis rarement autant ennuyée dans une lecture (ça m’a rassurée de constater sur Goodreads que je n’étais pas la seule). Parvenue (eh oui, j’ai tout bien lu !) au bout, j’ai eu en plus une impression de « Tout ça pour ça » (genre cerise sur le gâteau inversée) et pas le courage d’aller argumenter-justifier ce ressenti dans un billet. Si nombre d’éléments présents dans le roman m’ont intéressée, j’ai trouvé que la narration était particulièrement hachée (avec en plus ces extraits divers concluant de courts chapitres qui ont fini par me devenir insupportables tant ils nuisaient au rythme déjà insuffisant à mon goût), sans réelle tension narrative et j’ai regretté que les personnages ne réussissent pas à capter plus que cela mon attention.
Peu auparavant, j’avais heureusement (ça aurait été dommage d’être déçue deux fois par des œuvres de SF arrivant chez nous avec une belle réputation) beaucoup aimé « Le problème à trois corps ».

« Les plus qu’humains », Theodore STURGEON (1953) – relecture d’un classique SF que j’avais énormément aimé adolescente. Très bien (mais un tout petit cran en dessous de mon souvenir).plus-quhumains

cristal_qui_songe« Cristal qui songe », Theodore STURGEON (1950) – comme pour « Les plus qu’humains », relecture d’un classique SF lu adolescente et que j’avais adoré. Aussi bien que dans mon souvenir !

 

« La peste », Albert CAMUS (1947)
Même pas une relecture (ou alors, ma mémoire n’a rien enregistré de la lecture initiale, qui remonterait à quelques décennies …), donc il était temps de découvrir ce classique.

Publicités

23 réflexions sur “Livres (aussi) lus en 2016 (2ème semestre) : pour mémoire

  1. Merci pour le lien 🙂

    Ton bilan me rappelle qu’il faut absolument que je lise le Claire North, moi qui apprécie en général beaucoup les uchronies personnelles. Et je note que tu es au moins la troisième personne à dire beaucoup de bien de Défaite des maîtres et possesseurs, qui commence à m’intriguer sérieusement.

    En tout cas, voilà un impressionnant panel de lectures. Je vois que nous avons un peu la même approche, c’est-à-dire mélanger nouveautés et vieux, voire très vieux classiques.

    • (de rien 🙂 )
      Le Claire North et le Vincent Message te plairaient, je pense.
      Oui, j’aime bien diversifier mes lectures (et c’est aussi pour cela que j’ai fait ce billet, parce que sinon mon blog ne donnait pas une image exacte de ce que je lis), ne pas succomber qu’aux sirènes des nouveautés.

  2. Le Vincent Message m’attend ; j’attends le moment propice, il paraît qu’il remue 😉

  3. Merci pour ce billet aide-mémoire ! J’ai noté et renoté le Message ! (avec un grand M)

  4. Ouf, le Vincent Message juste en vitesse, je ne comprenais pas, tu n’avais pas aimé? (là je sortais la grande échelle!) mais je te pardonne, difficile d’en parler sans trop en dire, perso je l’ai lu sans rien savoir, donc un poil perdue pendant 20 30 pages et j’ai adoré, c’est LE livre à lire!!

  5. Le Vincent Message est à couper le souffle… c’est vrai qu’il est difficile à chroniquer sans rien dévoiler !

  6. J’avais passé un bon moment moi aussi avec les livres de Claire North et Jeanne A-Desbats (aussi lus en 2016 !). J’ai été moins convaincue par Cristal qui songe (lu il y a plusieurs années)

    • J’ai été heureuse, en le relisant, de constater qu’il avait conservé le même pouvoir d’attraction sur moi (ce n’est pas forcément le cas quand on relit un livre qu’on a aimé adolescente).

  7. Je pense que « Défaite des maîtres et possesseurs » sera une de mes prochaines lectures !!

  8. J’avais noté pour mister en idée de cadeau de Noël les deux David Brin justement. Et il a eu « Le problème à trois corps ». On dirait bien que le père Noël est bien tombé dans son choix !

    • « Existence » a l’air de faire l’unanimité (bon, c’est sûr que, si on n’a pas aimé et qu’on ne fait pas de billet pour le dire … 😉 ) mais je trouve que le Père Noël a fait un très bon choix 🙂 !

  9. Je sens que je vais devoir faire comme toi car certains titres s’entassent et attendent leur chronique 😉

    • L’idée de faire ce billet m’est soudain venue parce que je voyais bien que j’étais partie pour ne pas du tout parler de ces livres sur mon blog et ça m’enquiquinait qu’ils passent ainsi complètement à la trappe.

  10. Joli compte-rendu, tu as des lectures très diverses dis donc ! Ca m’inquiète pour le Brin, j’ai prévu de le lire bientôt !

  11. Le Brin m’intéresse, le Nancy Kress est dans ma PàL et il faudra que je lise le Claire North un jour (oui je fais mon marché dans ton billet ^^).

  12. Rien lu de tout ça… à part Camus il y a 30 ans !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s