Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !


13 Commentaires

Rencontre au Furet du Nord autour du film « La délicatesse » (avec David et Stéphane Foenkinos et François Damiens)


Aujourd’hui, au Furet du Nord de Lille, rencontre autour du film « La délicatesse », en présence des réalisateurs, les frères David (l’auteur) et Stéphane (le cinéaste) Foenkinos et de l’acteur jouant le rôle de Markus.
Divine surprise : des tas de jeunes étaient déjà sur place, un quart d’heure avant le début ! De quoi faire mentir, me dis-je (ô candide que j’étais) tous ceux qui disent que les jeunes ne lisent pas… jusqu’à ce que je me rende compte qu’ils étaient visiblement présents (au moins pour la plupart) pour l’acteur, j’ai nommé François Damiens, dont je n’avais jusque-là jamais entendu parler (même pas honte) alors qu’il est (bien) connu pour ses caméras cachées en tant que François l’embrouille (et quand David Foenkinos avait déjà quitté, sans difficulté, le Furet, François Damiens était encore là à signer des dédicaces).
Bref. Les trois compères (vu l’entente cordiale entre eux, on peut les appeler ainsi !) étaient donc en tournée promo et l’escale au Furet en faisait partie. Lire la suite


18 Commentaires

Ce matin à Lille, Amélie Nothomb découvrait sa Géante Majuscule !

J’ai joué les paparazzi ce matin, où Amélie Nothomb arrivait à la Gare de Lille Flandres, à 10 H, pour y découvrir sa Géante Majuscule !
Les Géants font partie de la tradition dans le Nord de la France (je l’ai découvert il y a peu à l’occasion d’une visite à Douai, où il y a des Géants spécifiques, Monsieur et Madame Gayant) et on les produit notamment à l’occasion des ducasses (= fêtes).
L’idée de créer une Géante à l’effigie d’Amélie Nothomb est née d’une rencontre, lors d’une séance de dédicace, entre celle-ci et Jacqueline Dehaynin , professeur de français (détails de l’aventure ici), que vous apercevez avec l’auteur sur les photos. Amélie Nothomb va devenir citoyenne d’honneur de la ville de Ronchin, commune limitrophe de Lille, dont cette dame est originaire et où elle espère (c’est ce que je lui ai entendu dire ce matin) créer une Ducasse des Livres dont l’écrivain serait la marraine. Lire la suite


19 Commentaires

Rencontre avec Jean-Philippe Blondel

Autant le dire, j’y suis allée un peu en traînant des pieds, à cette rencontre avec Jean-Philippe Blondel organisée aujourd’hui au Furet du Nord à Lille autour de son dernier livre, « Et rester vivant ». Je me disais que, compte tenu du thème du livre, ça risquait d’être plombant, je trouvais même un peu trop indiscret d’aller lui poser des questions sur ce récit intime : après tout, cette mise à nu avait déjà été difficile, alors pourquoi en ajouter ?
Et puis, j’ai cédé aux instances de ma fille cadette (agissant pour mon bien, n’est-ce pas !), qui ne comprenait pas que je n’aille pas à la rencontre d’un auteur dont j’avais autant aimé le livre (ce qui n’avait pas été le cas des deux autres de lui que j’avais lus avant, comme quoi il faut parfois ne pas hésiter à récidiver quand on a l’impression que, ce coup-ci, on sera réceptif).
Résultat : un excellent moment passé en compagnie d’un auteur tonique, plein d’humour, bref quelqu’un de très sympathique dont j’imagine qu’il doit être, en tant que prof d’anglais, très apprécié de ses élèves.

Lire la suite


9 Commentaires

Ce que je sais de Véronique Ovaldé

Véronique Ovaldé, je l’ai découverte avec « Et mon cœur transparent », un coup de cœur pour son écriture. Depuis, j’ai retrouvé avec bonheur cette écriture dans « Ce que je sais de Vera Candida » et, tout récemment, « Des vies d’oiseaux ».
Je savais qu’elle serait l’invitée, à Lille, de la librairie Le Bateau Livre, alors j’ai évité jusque là les interviews qu’elle a pu donner au sujet de ce dernier opus. Et puis j’aime bien me faire mon idée sur un livre avant de savoir ce que l’auteur a voulu y mettre, même si, a posteriori, comparer ses intentions en tant qu’ « émetteur » et la manière dont j’ai, moi,    « reçu » son œuvre, ne manque pas d’intérêt.

 La rencontre a donc eu lieu hier soir, ils ont un peu poussé les étagères, au Bateau Livre, pour faire de la place au public, mais ils ont laissé le canapé moelleux, celui où les acheteurs potentiels peuvent vérifier, à la lecture des premières pages, que le livre choisi devrait leur convenir. Véronique Ovaldé a gaillardement pris place sur un de ses accoudoirs, histoire d’être un peu plus haut perchée pour qu’on l’entende mieux, elle était souriante, à l’aise et diserte, un vrai bonheur d’interviewer !

Lire la suite