« Le bracelet », Andrea Maria SCHENKEL

A Ratisbonne, en 1938, l’étau se resserre autour des juifs. Grete Schwartz peine pourtant à convaincre son mari, juif, qu’il leur faut émigrer avec leurs deux enfants. Lorsqu’un ami vient leur offrir des billets pour partir vers Schangaï, la décision lui paraît s’imposer. Georg, son mari, continue à être réticent à l’idée d’abandonner un pays... Lire la suite →

« Hôtel Jasmin », Jasmin RAMADAN

Christiane Tarpenbeck a disparu. La quarantaine, institutrice, elle a défrayé la chronique pour avoir tenu, en classe, des propos racistes à l'égard d'une jeune Somalienne. Mais qu'en est-il exactement ? Certes, Christiane était spéciale, au point que Roland, son fils de 23 ans, souhaitait la voir définitivement sortir de son propre paysage. Pourtant, l'image que... Lire la suite →

« Wittgenstein à l’aéroport », Husch JOSTEN

« Le plafond du hall s’abaissait lentement. Continûment. Régulièrement. Il descendait sans bruit, avalant centimètre après centimètre la blancheur nuageuse du faux plafond, les cloisons réfléchissantes au niveau supérieur du terminal, les images publicitaires pour trenchcoats, parfums et compagnies d’assurances, le garde-corps couleur argent, puis les têtes et les corps des passagers circulant au premier... Lire la suite →

« Keila la Rouge », Isaac BASHEVIS SINGER

Varsovie 1911, « six ans après la révolution » : « Les partis politiques s’affrontaient à la fois en Russie, où se déclenchaient des pogroms, et en Pologne où on appelait au boycott des marchandises juives. Par centaines de milliers, des jeunes filles et des jeunes garçons juifs passaient la frontière en fraude pour gagner la Prusse ou la Galicie... Lire la suite →

« La légende des Akakushiba », Kazuki Sakuraba

Benimidori (Japon), de l’après-guerre à nos jours Man’yô est une jeune fille brune et de belle stature, dont l’apparence se distingue des siens : ils l’ont recueillie tout bébé, quand les nomades des montagnes l’avaient laissée (oubliée, s’imagine Man’yô) dans l’humble cité ouvrière au bord de la mer. Depuis toujours, elle est en proie à... Lire la suite →

« Fille de joie », Kyoko MURATA

Savez-vous qu'au Japon, et ce jusqu'au tout début du 20ème siècle, les filles des familles les plus pauvres pouvaient être vendues à une maison close ? Elles devaient ensuite y travailler le nombre d'années nécessaire au rachat de la somme versée à leurs parents … si tant est que ceux-ci ne viennent pas en cours de... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑