« Les enfermés », John SCALZI

Quatrième de couverture : Un nouveau virus extrêmement contagieux s’est abattu sur la Terre. Quatre cents millions de morts. Si la plupart des malades, cependant, n’y ont réagi que par des symptômes grippaux dont ils se sont vite remis, un pour cent des victimes ont subi ce qu’il est convenu d’appeler le « syndrome d’Haden... Lire la suite →

« Membrane », Chi Ta-Wei

« Momo tendit la main pour caresser la tapisserie jaune. Elle croqua dans la peau rose et délicate d’une pêche cultivée sous serre, le jus ruissela à travers. Mais elle n’aurait su dire avec certitude si c’était bien les terminaisons nerveuses de son épiderme à elle qui avaient effleuré à nu la tapisserie, et si... Lire la suite →

« La Ménagerie de papier », Ken LIU

Les éditions Le Bélial ont réuni dans ce recueil dix-neuf nouvelles de l’auteur américain d’origine chinoise Ken Liu (né en 1976 à Lanzhou, en Chine, avant d’émigrer aux Etats-Unis à l’âge de onze ans - titulaire d’un doctorat en droit, programmeur, il est aussi traducteur du mandarin en américain). Certaines sont inédites, d’autres ont été... Lire la suite →

« Des larmes sous la pluie », Rosa MONTERO

Quatrième de couverture : Etats-Unis de la Terre, 2109. Les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour réécrire l’histoire de l’humanité. Bruna Husky, une réplicante de combat solitaire, mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même. Aux prises... Lire la suite →

« Trillium », Jeff LEMIRE

3797 – Le virus intelligent de la crépine a traqué et décimé l’humanité dans tout l’univers connu des différents systèmes solaires. Les quatre mille survivants ne peuvent être sauvés que grâce à la trillium, or il se trouve que sur la planète d’Atabithi poussent des fleurs qui en possèdent les propriétés et grâce auxquelles un... Lire la suite →

« UTOPIES » (Revue 303)

Présentation de l'éditeur : Telle la Beauté pour Baudelaire, l’Utopie n’est-elle par un « rêve de pierre » ? Le genre humain met en elle ses espoirs, et plonge dans ses yeux « aux clartés éternelles » comme en un miroir. De Platon à Jules Verne, de Thomas More à Le Corbusier, de l’Atlantide aux... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑