« Superluminal », Vonda McINTYRE

Pour rejoindre le clan des pilotes interstellaires, seuls humains capables de naviguer dans le Flux, c’est-à-dire plus rapidement que la vitesse de la lumière, sans être mis en hibernation, Laena Trevelyan a subi une opération très spéciale : on a remplacé son cœur pas un dispositif de pompe artificiel dont elle contrôle le fonctionnement.
Ne supportant pas de rester en convalescence à l’hôpital, Laena s’en échappe. Dans un bar, elle rencontre Radu, personnel d’équipage « normal », comme elle l’était jusque-là, naguère habitant de la planète Crépuscule, colonie qui fut décimée par une terrible épidémie. Le rapprochement de ces deux âmes et corps isolés est intense. Mais il sera de courte durée : il semblerait en effet que les transformations subies par Laena entravent sa fréquentation d’un homme maintenant trop différent d’elle …

« Elle n’avait pas hésité à renoncer à son cœur. »
Ce superbe et polysémique incipit donne d’emblée le ton : Laena était prête à tout, y compris à une opération inhumaine au sens propre du terme, tant le cœur paraît lié à l’idée que nous nous faisons de notre propre humanité, pour devenir pilote. Pas encore accordée, au sens musical du terme, à son nouveau groupe d’appartenance, elle se lie à Radu avec bonheur. La dissonance qui surgit peu après entre eux n’en est que plus difficile à supporter.

Chez Vonda McIntyre, la science-fiction n’est pas seulement l’exploration des univers possibles, elle est avant tout exploration de soi dans l’univers : chacun tâtonne en essayant d’écarter la bulle qui l’entoure pour y englober une altérité, humaine, animale, voire s’affranchissant de ces catégories, innommable au sens propre.
Radu, d’abord personnage secondaire, occupe progressivement le devant de la scène car lui aussi va s’avérer différent. Sa particularité dérangera et suscitera de la part des pilotes une dangereuse hostilité. Différente, sa camarade Orca, membre comme lui des équipages, l’est déjà : elle appartient en effet à l’espèce des plongeurs, des humains génétiquement modifiés dont l’habitat naturel est devenu l’océan (et quand on connaît mon goût pour le milieu aquatique, on peut imaginer à quel point cet aspect du roman m’a séduite).

Le récit initial, une histoire d’amour inattendu, sort de son cadre pour s’ouvrir, littéralement, sur des dimensions hors du commun, au gré d’un voyage nous entraînant bien loin de notre planète. Le sense of wonder est au rendez-vous, dans ce roman habité de personnages passionnés, tous poussés au-delà d’eux-mêmes vers des ailleurs méconnus, lointains ou proches.
« Superluminal » est un roman qui m’a emportée et dont la fin, ouverte et non convenue, sonne juste.


Grâce à la démarche des éditions Mnémos, visant à mieux faire connaître l’auteure au public français en la rééditant, je suis ravie de découvrir Vonda McIntyre (1948 – 2019) : elle reçut les prix Nebula, Hugo et Locus en 1978-1979 pour Le Serpent du Rêve (à paraître chez le même éditeur) et je n’hésiterai pas à la lire à nouveau.


« Superluminal », Vonda N. McINTYRE
titre original Superluminal (1983)
traduction de l’anglais (États-Unis) de Daniel Lemoine (1986), révisée par Oliver Bérenval
éditions Mnémos – collection Stellaire (382 p)
paru en juin 2022

Ils l’ont lu aussi : Charybde 27, L’épaule d’Orion, Le nocher des livres.

tous les livres sur Babelio.com

3 commentaires sur “« Superluminal », Vonda McINTYRE

Ajouter un commentaire

  1. Dingue, cet incipit ! Beaucoup aimé aussi ce titre, et cette autrice que je ne connaissais pas du tout.
    J’attends la réédition du Serpent du rêve que je lirai avec plaisir également.

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :