« La tresse », Laetitia COLOMBANI

Inde : Smita est une Dalit, une intouchable qui, chaque jour, munie de son panier en osier, vide à mains nues les fosses d'aisance des Jatts, les nantis. Mais Smita a décidé que, quoi qu'il en coûte, sa fille de six ans ne connaîtrait pas ce sort héréditaire : elle apprendrait à lire et écrire... Lire la suite →

« Quand sort la recluse », Fred VARGAS

« […] quand Adamsberg entra dans la pièce, de son pas toujours un peu tanguant, souriant à chacun, serrant les mains, les inquiétudes de Danglard furent aussitôt ravivées. Plus venteux et ondoyant que jamais, le regard inconsistant et le sourire vague, le commissaire semblait avoir perdu les pans de précision qui charpentaient néanmoins ses démarches,... Lire la suite →

« La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulattica) », Emmanuel DONGALA

Présentation de l’éditeur (extrait) : N’en déplaise à l’ingrate postérité, la célèbre Sonate à Kreutzer n’a pas été composée pour le violoniste Rodolphe Kreutzer, qui d’ailleurs ne l’a jamais interprétée, mais pour un jeune musicien tombé dans l’oubli. Comment celui-ci est devenu l’ami auquel Beethoven a dédié l’un de ses morceaux les plus virtuoses, voilà... Lire la suite →

« Riquet à la houppe », Amélie NOTHOMB

Le dernier Amélie Nothomb, celui qui revient classiquement à chaque rentrée littéraire, je n’avais pas prévu de le lire. Enfin, au moins consciemment, puisque j’avais quand même pris garde de n’en lire aucune critique ! Bref, quand j’ai vu qu’il me tendait ses petits bras sur le présentoir de la bibliothèque, je l’ai attrapé et... Lire la suite →

« Féminine », Emilie GUILLAUMIN

A vingt-sept ans, Emma Linarès décide de céder à l’attrait que, depuis longtemps, l’armée exerce sur elle et s’engage. « Féminine » (nom donné aux personnels féminins de l’armée) est la chronique de l’année qu’elle y a passée, de l’entraînement militaire à l’affectation en régiment, en attendant l’éventuel départ en opération extérieure … si tant... Lire la suite →

« Chanson douce », Leïla SLIMANI

La scène terrible qui ouvre le roman, celle où Myriam, rentrée à l’improviste chez elle trouve ses deux jeunes enfants assassinés par leur nourrice, laquelle a ensuite tenté de se donner la mort, amène la question dont nous quêterons fébrilement la réponse au fil des pages : POURQUOI ? Le long retour en arrière qu’est... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑