« Le dernier bain », Gwenaële ROBERT

Paris, 13 juillet 1793 ou plutôt 25 messidor, an II de la République française, c'est la date à laquelle Marat a été assassiné, dans sa baignoire, par Charlotte Corday. Cet événement, le peintre David l'a immortalisé par un tableau devenu célèbre, qui a durablement marqué les imaginaires. Gwenaële Robert, usant de la liberté conférée par... Lire la Suite →

« K.O. », Hector MATHIS

Ce livre-là, c'est avant tout une plume, de celles qu'on croise rarement même quand on lit beaucoup. On commence le roman, d'emblée  on est ferrés et le gars, Sitam, un gars sympa au demeurant, il pourrait nous raconter n'importe quoi : avec son style à lui, du parlé qui vous envoie des étoiles de mots plein... Lire la Suite →

« Belle du Seigneur », Albert COHEN

« Descendu de cheval, il allait le long des noisetiers et des églantiers, suivi des deux chevaux que le valet d'écurie tenait par les rênes, allait dans les craquements du silence, torse nu sous le soleil de midi, allait et souriait, étrange et princier, sûr d'une victoire. A deux reprises, hier et avant-hier, il avait été... Lire la Suite →

« Une immense sensation de calme », Laurine ROUX

Igor arrive, s’arrêtant comme chaque année à la maison des frères Iliakov où la narratrice vient de passer l’hiver, et sa présence animale lui est tout de suite une évidence : « Pour lui, l’amour est partout. Quand il passe une journée à couper des bûches, son corps entier tend vers la matière. On peut parler d’amour. Mais je... Lire la Suite →

« Les déracinés », Catherine BARDON

Dans les années 1930, à Vienne, Whilelm et Almah, beauté blonde sur laquelle tous les hommes se retournent, tombent follement amoureux l'un de l'autre. Il est journaliste débutant et rêve de faire ses preuves. Elle, fille de médecin, poursuit des études de dentiste. Almah est la fille unique de parents aisés tandis que Whilelm est... Lire la Suite →

« Maria », Angélique VILLENEUVE

J'ai fait la connaissance de Maria, 58 ans, un coeur simple, sensible à la couleur des êtres qui l'entourent, Maria qui parle avec son petit-fils, Marcus, la langue secrète des enfants, et je ne l'ai pas quittée, il fallait que je continue à tourner les pages de ce court roman aspirant-inspirant, pour elle, pour Maria,... Lire la Suite →

« L’Art de perdre », Alice ZENITER

Petite-fille de harki, ça veut dire quoi, au juste ? Et l’Algérie, qu’est-ce que ça représente, pour quelqu’un qui ne l’a jamais vue et dont le père et le grand-père ne veulent pas parler ? Telles sont, plus ou moins confusément, les questions que se pose Naïma et peut-être aussi l’auteur (on l’imagine quand on... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑