Récapitulatif Challenge Pavé de l’été 2019

Attention : pour participer, vous devez d’abord vous inscrire dans les commentaires du billet de lancement du Challenge (où vous trouverez le règlement).
edit du 4 août :
les inscriptions sont terminées
Une fois votre inscription enregistrée, votre nom apparaît dans la liste suivante . Vous pouvez maintenant déposer le lien vers le billet chroniquant votre pavé ci-dessous, dans les commentaires de la présente page récapitulative, que je mettrai régulièrement à jour.

 

Acr0
Aifelle : L’appel du coucou, Robert GALBRAITH
Alys
Anne : Harry Potter et les reliques de la mort, J.K. ROWLING
Aproposdelivres : Octobre, Soren SVEISTRUP
Ariane
Athalie
Belette : L’esprit des morts, Andrew TAYLOR
Brize : Dans les angles morts, Elizabeth BRUNDAGE ; La chasseuse de trolls, Stefan SPJUT
Céline : Une vie comme les autres, Hanya YANAGIHARA
Christelle
Clara
Dasola : L’homme aux deux ombres, Steven PRICE
Emma
Enna
Icath : Ces messieurs de Saint-Malo, Bernard SIMIOT ; Les dames du faubourg, Jean DIWO
Inganmic : Le fils, Philipp MEYER ; Tout cela, je te le donnerai, Dolores REDONDO ; Docteur Sleep, Stephen KING ; L’immeuble Christodora, Tim MURPHY ; L’équilibre du monde, Rohinton MISTRY
Kathel : Les disparus, Daniel MENDELSOHN ; N’essuie jamais de larmes sans gants, Jonas GARDELL
Keisha : Long Island, Christopher BOLLEN
Krol : Le fils, Philipp MEYER
La Geekosophe : Les contacteurs – tome 1, Christian LEOURIER ; Kafka sur le rivage, Haruki MURAKAMI
Laurence
Le livre d’après : Selfies, Jussi ADLER-OLSEN
Lhisbei
L’or rouge
Lullaby
Lune
Lutin
Maêlle
Mamitou : Les Dukay, Lajos ZILAHY (1)
Manika27
Mara : La communauté des Sœurs (Dune – Les origines – tome 1), Les Mentats de Dune (Dune – Les origines – tome 2) , Brian HERBERT & Kevin J. ANDERSON ; A l’ombre de l’arbre Kauri (Lizzie et Michael – tome 2), Les larmes de la déesse maorie (Lizzie et Michael – tome 3), Sarah LARK ; L’été des quatre rois, Camille PASCAL
Marilyne
Martine : Le cortège de la mort, Elizabeth GEORGE
Mimipinson : Le sport des rois, C.E. MORGAN ; Un siècle américain tome 3 : Notre âge d’or, Jane SMILEY ; Le chant du bourreau, Norman MAILER
Noukette
Papillon : Notre âge d’or, Jane SMILEY ; Les jours, Sylvain OUILLON
Passion Culture
Patrice
Penny Wordful
Praline : Les furtifs, Alain DAMASIO 
Sandrion : La huitième vie, Nino HARATISCHWILI
SD49 : Le gang des rêves, Luca DI FULVIO ; Rêver, Franck THILLIEZ
Sylire : Blanc mortel, Robert GALBRAITH
Thom Left : Les Tripodes, John CHRISTOPHER (1)
Tigger Lilly : Nouvelles complètes – 1963-1970, J.C BALLARD
Titou
TmbM
Valentyne : 1Q84 – Livre 3, Haruki Murakami ; Les perroquets de la place d’Arezzo, Eric-Emmanuel SCHMITT ; Il faut qu’on parle de Kevin, Lionel SHRIVER
Valeriane
Vert
Wakanda
Yogo
Yuki no tsuru 

(1) Les avis des non blogueurs :

Thom Left
Les Tripodes, John Christopher – Ed. L’École des loisirs, 609 pages
Ignorant totalement l’existence de cette trilogie avant sa réédition, je me suis vite laissé tenter par les aventures de Will après un bref coup d’œil à la quatrième de couverture (et un intensif discours de mon libraire). L’ouvrage « Les Tripodes » est un appel à l’aventure, une promesse de dépaysement dans un futur médiéval dystopique, où l’humanité semble asservie par des Maîtres bien à l’abri à bord d’engins métalliques à trois pattes.
La trilogie des Tripodes est également un récit d’anticipation datant de la fin des années 60, étonnamment (voire tragiquement) toujours d’actualité, sur les conflits majeurs de l’Homme sur le plan politique, les idéaux, la soif de liberté et les valeurs fraternelles. Une œuvre jeunesse riche, intrigante et surtout fondatrice du genre, tant on y reconnait nombre d’éléments qui en font le sel et ont inspiré les auteurs des 50 dernières années.
Mais ce qui en fait sa force avant tout, ce sont les personnages. John Christopher est un des rares auteurs à créer de vrais individus, bien réels et authentiques. C’est un plaisir de suivre l’histoire et découvrir l’univers à travers la narration de Wil, tant on peut se reconnaitre à travers lui. Il est fougueux, curieux, impulsif, imparfait, jamais mis sur un piédestal, loin des héros adolescents habituels, parfaits malgré leurs imperfections et destinés à devenir des héros mythiques. Et c’est également le cas avec les autres protagonistes tels que Fritz, Beanpole, Henry ou Julius, tous aussi imparfaits et complémentaires de Will.
En revanche, si vous êtes amateur de révolutions épiques et batailles grandioses pour la liberté, vous allez vite être déçus. Les combats se déroulent à tailles humaines (parfois trop facilement), de manière stratégique et sont le fruit de péripéties palpitantes, mais souvent dénuées d’actions (mis à part quelques actes de bravoure dans le tome 3).
Une découverte passionnante, rééditée aux éditions L’École des loisirs en une intégrale de 609 pages, qu’il faut absolument dévorer tant elle est prenante et facile à lire.

Mamitou
Les Dukay ,  Lajos ZILAHY – éditions Folio – 809 pages
Nous suivons l’histoire d’une famille aristocrate hongroise, les Dukay, début du 20 ème siècle.
Le comte Dukay essaie, tant bien que mal, de maintenir un semblant d’autorité sur ses quatre enfants. Il n’a pas mal de fil à retordre avec ses rejetons.
Jugez plutôt…
Il y a Rere, jeune garçon rejeté par les siens car légèrement « retardé » alors que c’est un personnage des plus attachants.
Kristina, fantasque, qui espère épouser un roi depuis qu’une voyante lui a prédit qu’elle « tiendrait entre ses mains le coeur d’un roi »… (sic!)
Janos aura quant à lui un destin assez sinistre car il s’engagera dans le Parti fasciste des croix fléchées.
Gyôrgy, un autre fils du comte, devra attendre 4 ans de fiançailles avant de pouvoir épouser sa fiancée américaine !
Reste le personnage le plus exquis : la jeune Zia. Elle sera élevée par une gouvernante française aux idées révolutionnaires et qui va insuffler à la jeune femme sa fantaisie et sa détermination. Nous avons droit d’ailleurs à quelques scènes cocasses avec cette nounou.
A travers l’histoire de ces personnages, Lajos Zilahy évoque la fin de l’empire austro-hongrois, les événements historiques sont toutefois effleurés;
Quelques longueurs, j’ai trouvé, dans les descriptions des repas, des fêtes…
Mais, lisez-le surtout si vous avez aimé Downton Abbey ! C’est comme ça que mon libraire m’avait présenté ce pavé !

 

 

 

 

111 commentaires sur “Récapitulatif Challenge Pavé de l’été 2019

Ajouter un commentaire

    1. Ah, c’est marrant, je me souviens m’être renseignée à son sujet cette année, je ne sais plus ce qui avait attiré mon attention sur l’écrivain et son œuvre ! Curieuse de savoir ce que tu en penseras, en tout cas !

      J'aime

    1. Mais j’avais même pas eu le temps d’enregistrer ton inscription que tu avais déjà posté ton lien ^^ ! ça, c’est du challenge réussi instantanément ! Premier pavé de l’été du récapitulatif, en tout cas 🙂 !

      Aimé par 1 personne

    1. Ah mais j’avais pas vu ton commentaire, Mara ! Apparemment, comme ce récapitulatif est une « page » et non pas un billet, l’appli WP sur mon téléphone (dont je me sers cette année pour être au courant des commentaires sur le blog, plutôt que de recevoir des mails d’alerte) ne me les notifie pas (pas cool, va falloir que je regarde ça de plus près) ! Bref, avec un peu de retard, félicitations pour ce premier pavé (et ta réussite au challenge, bien sûr), prélude à de nombreux autres, je n’en doute pas 😉 !

      J'aime

    1. Cette trilogie, je l’avais repérée mais, malgré de bons échos, je crains de m’y ennuyer un peu… et ce n’est pas ton billet qui va me persuader du contraire 😉 ! (et déjà 2 pavés 👏 !)

      J'aime

    2. Décidément, Blogspot ne m’aime pas : comme pour Inganmic, mon commentaire d’hier chez toi n’est pas passé ! Bravo pour ce deuxième pavé (et tu as bien fait de m’indiquer le nombre exact de pages que tu constatais sur ton exemplaire, au moins j’aurai les bonnes infos sur ce bouquin) 🙂 !

      J'aime

    1. Ton commentaire était bien passé (et j’en ai déposé un chez toi, on va voir si c’est OK, pour le moment il ne s’affiche pas), donc j’ai supprimé le suivant. Je n’ai activé la modération que pour ceux qui n’ont jamais commenté sur le blog (il arrive aussi que certains commentent à nouveau, mais en modifiant leurs paramètres initiaux de connexion, du coup ils se voient modérés car non reconnus).
      Deuxième pavé enregistré (mais pas dans ma liste de pavés potentiels 😉 ) !

      J'aime

    1. Aïe, c’est justement ce que je crains dans ce roman, les longueurs éventuelles ! Beau pavé, en tout cas, qui te permet de réussir ton challenge 👏 !

      J'aime

  1. Les Tripodes, John Christopher – Ed. L’École des loisirs, 609 pages

    Ignorant totalement l’existence de cette trilogie avant sa réédition, je me suis vite laissé tenter par les aventures de Will après un bref coup d’œil à la quatrième de couverture (et un intensif discours de mon libraire). L’ouvrage « Les Tripodes » est un appel à l’aventure, une promesse de dépaysement dans un futur médiéval dystopique, où l’humanité semble asservie par des Maîtres bien à l’abri à bord d’engins métalliques à trois pattes.
    La trilogie des Tripodes est également un récit d’anticipation datant de la fin des années 60, étonnamment (voire tragiquement) toujours d’actualité, sur les conflits majeurs de l’Homme sur le plan politique, les idéaux, la soif de liberté et les valeurs fraternelles. Une œuvre jeunesse riche, intrigante et surtout fondatrice du genre, tant on y reconnait nombre d’éléments qui en font le sel et ont inspiré les auteurs des 50 dernières années.
    Mais ce qui en fait sa force avant tout, ce sont les personnages. John Christopher est un des rares auteurs à créer de vrais individus, bien réels et authentiques. C’est un plaisir de suivre l’histoire et découvrir l’univers à travers la narration de Wil, tant on peut se reconnaitre à travers lui. Il est fougueux, curieux, impulsif, imparfait, jamais mis sur un piédestal, loin des héros adolescents habituels, parfaits malgré leurs imperfections et destinés à devenir des héros mythiques. Et c’est également le cas avec les autres protagonistes tels que Fritz, Beanpole, Henry ou Julius, tous aussi imparfaits et complémentaires de Will.
    En revanche, si vous êtes amateur de révolutions épiques et batailles grandioses pour la liberté, vous allez vite être déçus. Les combats se déroulent à tailles humaines (parfois trop facilement), de manière stratégique et sont le fruit de péripéties palpitantes, mais souvent dénuées d’actions (mis à part quelques actes de bravoure dans le tome 3).
    Une découverte passionnante, rééditée aux éditions L’École des loisirs en une intégrale de 609 pages, qu’il faut absolument dévorer tant elle est prenante et facile à lire.

    Aimé par 1 personne

    1. Encore un beau pavé ! Dommage que le tome 3 ne soit pas encore traduit en français (mais peut-être arriveras-tu, je vois que tu comptes essayer, à le lire en anglais).
      A bientôt !

      J'aime

  2. Les Dukay de Lajos Zilahy est mon pavé de l’été. 809 pages en Folio.

    Nous suivons l’histoire d’une famille aristocrate hongroise, les Dukay, début du 20 ème siècle.
    Le comte Dukay essaie, tant bien que mal, de maintenir un semblant d’autorité sur ses quatre enfants. Il n’a pas mal de fil à retordre avec ses rejetons.
    Jugez plutôt…

    Il y a Rere, jeune garçon rejeté par les siens car légèrement « retardé » alors que c’est un personnage des plus attachants.

    Kristina, fantasque, qui espère épouser un roi depuis qu’une voyante lui a prédit qu’elle « tiendrait entre ses mains le coeur d’un roi »… (sic!)

    Janos aura quant à lui un destin assez sinistre car il s’engagera dans le Parti fasciste des croix fléchées.

    Gyôrgy, un autre fils du comte, devra attendre 4 ans de fiançailles avant de pouvoir épouser sa fiancée américaine !

    Reste le personnage le plus exquis : la jeune Zia. Elle sera élevée par une gouvernante française aux idées révolutionnaires et qui va insuffler à la jeune femme sa fantaisie et sa détermination. Nous avons droit d’ailleurs à quelques scènes cocasses avec cette nounou.

    A travers l’histoire de ces personnages, Lajos Zilahy évoque la fin de l’empire austro-hongrois, les événements historiques sont toutefois effleurés;
    Quelques longueurs, j’ai trouvé, dans les descriptions des repas, des fêtes…

    Mais, lisez-le surtout si vous avez aimé Downton Abbey ! C’est comme ça que mon libraire m’avait présenté ce pavé !

    Aimé par 1 personne

    1. Ah mais je n’en avais jamais entendu parler, alors que ça a l’air très bien (bon, j’ai noté les quelques longueurs, quand même) ! Et comme j’ai aimé Downton Abbey (pas suivi jusqu’au bout, n’ayant pas réussi à me remettre de certaine disparition brutale 😉 ), je suis moi aussi dans le créneau des lecteurs auxquels le roman est susceptible de plaire !
      Merci pour cette découverte, Dominique !

      J'aime

  3. Salut – salut ! Bientôt, je te donne le lien pour mon premier pavé terminé, je le publie ce dimanche 😉 Question : j’ai commencé « L’Art de Perdre » de Alice Zénither, est ce que ça compte comme pavé, il fait 603 pages mais le prologue commence à la page 7 ?

    J'aime

    1. Done and well done, congrats ! Tu sembles avoir trouvé, avec cette intégrale des nouvelles de Ballard, une mine de pépites inépuisable ! (et n’aie pas trop de regret pour ton livre en cours : avec 60 pages, il était quand même un peu loin des 600 requises)

      Aimé par 1 personne

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :