« Nellie Bly », Luciana CIMINO et Sergio ALGOZZINO

En 1921, à l’école de journalisme de l’université de Columbia, la jeune Miriam veut interviewer une journaliste qui en son temps défraya la chronique, Nellie Bly. La rencontre entre les deux femmes est l’occasion, pour Nellie Bly, de revenir sur les grandes étapes de son parcours …

Un vrai bonheur que cet album (lu en numérique par le biais de ma médiathèque) qui m’a permis de faire la connaissance d’une femme hors du commun, dont je n’avais jamais entendu parler !
Le livre s’ouvre sur une préface de trois pages rédigée par le grand reporter David Randall, offrant un très intéressant aperçu de la biographie de Nellie Bly (1864 – 1922). Il permettra de compléter les blancs éventuels de la BD : celle-ci ne fait en effet qu’effleurer toute la période (dix-sept ans) concernant son mariage et son action en tant que chef d’entreprise, car il aurait sans doute fallu un album encore plus copieux que celui-ci (qui comprend cependant 162 pages) pour viser l’exhaustivité.

Le biais utilisé pour approcher Nellie, même s’il sent un peu l’artifice narratif, permet cependant de mettre en parallèle la réalité de la condition féminine à quelques dizaines d’années d’écart. Miriam a beau se plaindre des quotas en vigueur à l’université et affirmer que rien n’a changé, Nellie lui fait remarquer que des choses ont évolué, les femmes ayant notamment obtenu le droit de vote.

Le cœur du propos, c’est la vie d’une femme décidée à réaliser son rêve, devenir journaliste, à une époque où on cherchait à cantonner les femmes de préférence à la sphère domestique ou, dans le domaine professionnel, à des secteurs dits féminins : donc le journalisme, pourquoi pas, mais pour parler de mode, cuisine, jardinage et tutti quanti.

A la faveur d’un courrier virulent qu’elle a envoyé pour protester contre un article de presse particulièrement misogyne, Elizabeth Jane Cochran, alias Nellie Bly (le nom de plume qu’elle va adopter) parvient à se faire embaucher dans un journal à l’âge de vingt et un ans. C’est le début de ses reportages en immersion, sous couverture, le premier la plongeant au milieu des ouvrières : elle est pionnière en la matière. L’un d’eux connaîtra un retentissement extraordinaire.
En 1887, pour rejoindre le New York World, dont le patron n’est autre que Joseph Pulitzer, Nellie Bly relève en effet un défi dangereux : se faire interner dans un asile psychiatrique féminin, le Blackwell’s Island Insane Institut, afin d’en dénoncer les pratiques. L’objectif n’est pas seulement de rédiger un « bon » papier, mais de faire bouger les choses, et il sera atteint. Le témoignage de Nellie Bly, obtenu par le biais d’une expérience traumatisante, a un effet explosif : la journaliste lève le voile sur l’inacceptable, l’opinion publique s’enflamme et les pouvoirs publics sont obligés de prendre des mesures visant à empêcher les internements abusifs et les traitements cruels et indignes dont les femmes étaient l’objet. Ce souci social de défense de l’autre ne quittera jamais notre journaliste, y compris lorsque, pendant son mariage, elle n’exercera plus cette profession.

Nellie Bly dans sa fameuse tenue de voyageuse autour du monde.

Nellie Bly est une femme moderne : en avance sur son époque, n’hésitant pas à s’engager dans le journalisme d’investigation, elle refuse les limitations qu’on voudrait lui imposer du fait de son sexe. C’est dans ce contexte qu’elle relèvera un autre défi, celui du Tour du monde en moins de quatre-vingt jours, fin 1889, dix-sept ans après la parution des aventures de Phileas Fogg. Il fallait un sacré cran pour partir ainsi à l’aventure ! Et Jules Verne lui-même l’accueillera chaleureusement lorsqu’elle sera de passage à Amiens (j’ai adoré l’anecdote).

Alerte, le scénario de l’album est mis en valeur par un graphisme dont l’expressivité et le dynamisme, servis par des découpages hardis et une mise en couleurs tonique, m’ont emballée : l’album dégage une réelle énergie, aussi bien dans le fond que dans la forme, parfaitement à l’unisson.
« Nellie Bly », voilà un nom que je n’oublierai pas car j’admire celle qui le portait. Cette chouette BD lui rend un très bel hommage.

Vous pouvez feuilleter le début de l’album ICI.

« Nellie Bly – Première journaliste d’investigation », texte Luciana CIMINO, dessin Sergio ALGOZZINO
Traduit de l’italien par Marie Guidicelli
Editions Steinkis (162 p)
Paru en juin 2020
Lu en numérique (je n’ai pas encore eu l’occasion de voir l’album papier).

L’avis de Mo’

Rendez-vous aujourd’hui chez Noukette !

 

16 commentaires sur “« Nellie Bly », Luciana CIMINO et Sergio ALGOZZINO

Ajouter un commentaire

    1. Moi aussi, alors que j’ai davantage de mal à me risquer dans les livres de ce genre, il faut vraiment que la plume de l’auteur me plaise et que le récit soit dynamique (voire un poil romancé … pour que ça me donne l’impression d’être un roman, en fait !)

      J'aime

  1. J’ai lu des avis mitigés sur ses écrits, mais la vie de cette femme semble passionnante. Je viens de terminer un roman graphique de Catel sur Benoîte Groult, j’adore ces portraits de femmes remettant en lumière des figures moins connues (sans doute en raison de leur sexe).

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne connaissais pas du tout cette femme (j’ai pourtant les Culottées de Pénélope Bagieu…), mais je suis très tentée par cet album ! Il devrait être dans ma librairie (ils ont souvent des albums de ‘petits’ éditeurs)

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :