« Vestiges », Laurence SUHNER

Que s’est-il passé il y a 12000 ans, avant que la planète Gemma soit colonisée par les Terriens, qui n’ont de cesse d’en exploiter les ressources minières, malgré les conditions climatiques extrêmes ? Avant qu’un froid polaire ne s’empare du paysage, n’y-a-t-il pas eu une vie, dont le Grand Arc, structure gravitant autour de Gemma, demeure la mystérieuse trace ?
Une expédition, dirigée par la belle et secrète Ambre Pasquier, s’apprête justement à percer 4000 mètres de glace pour tâcher de découvrir d’éventuels vestiges de cette civilisation disparue. Or il se trouve que, comme par hasard, le site de forage choisi correspond précisément à ce que les physiciens chercheurs de la base Tetra ont nommé le point Collapsus : une zone où quelque chose vient sensiblement interférer sur les paramètres espace-temps, au point d’ouvrir les portes à de dangereuses aberrations.
En réalité, Ambre Pasquier n’a pas choisi ce site par hasard. Mais elle n’avouerait à aucun prix qu’il lui a été indiqué par une intuition directement liée aux cauchemars qui la hantent depuis de nombreuses années …

J’avais repéré « Vestiges » depuis un moment et j’ai fini par me lancer dans la lecture de ce premier tome de la trilogie QuanTika, qui me permettait de découvrir une auteure de SF française.
Je ne m’attendais donc pas à tiquer sur les personnages féminins, alors que l’intérêt était justement qu’il y en ait et en plus au premier plan. Entre une jeune fille en proie à ses pulsions de révolte et une jeune femme murée en elle-même pour ne pas trahir le gouffre de désarroi dans lequel ses cauchemars la font sombrer, on a droit à une variation en mode les-femmes-sont-hystériques (et je vous épargne celle qui cherche à tout prix à aguicher Haziel, lequel n’a d’yeux enamourés que pour la belle mais ténébreuse Ambre). Bref, du côté des personnages humains, bof. Je dis humains, parce que la première approche d’une créature étrangère est particulièrement bien vue, avec une manière originale de nous la faire découvrir au travers de ce qu’elle fait et ressent, au lieu de nous en donner directement une description brute : c’est très habile !
Malgré les relatives faiblesses évoquées quant à la caractérisation des personnages, « Vestiges » est un gros roman dont j’ai tout d’abord trouvé qu’il se lisait aisément : il est motivant de chercher, à l’instar des scientifiques qui en sont les principaux protagonistes, à percer les secrets de Gemma, planète énigmatique et fascinante. La narration est rythmée et le sense of wonder bien présent, quand bien même les esprits les plus rationnels pourront s’inquiéter de l’aura de surnaturel/métaphysique dont le récit, pourtant prompt à approcher les rivages de la hard science, est nimbé.
Ce dernier aspect, qui donne lieu à l’exposé de mystérieuses séquences (pour le moment) hors du temps, qui ont fini par m’ennuyer, allié à une avancée trop lente sur le chemin des découvertes, a eu raison de mon intérêt initial pour le roman. Pas assez motivée par les personnages (l’extraterrestre excepté), j’ai commencé à regarder le nombre de pages qui me restaient à lire, mais comme c’était pour mon challenge Pavé de l’été et que j’avais déjà passé la moitié, pas question d’abandonner.
J’en resterai donc là avec cette trilogie, me contentant, pour satisfaire ma curiosité quant à l’issue des événements, de glaner des éléments au travers des critiques des uns et des autres sur les tomes suivants (à moins de croiser aux Utopiales quelqu’un qui pourra me résumer la suite et fin (non, pas l’auteur !) 😉 ! ) .

« Vestiges – QuanTika 1 », Laurence SUHNER
paru aux éditions L’Atalante en 2012
et en Folio en 2017 (720 p)

D’autres avis chez : Gromovar, Anudar , Mr Lhisbei , TmbM … et sur Babelio

7 commentaires sur “« Vestiges », Laurence SUHNER

Ajouter un commentaire

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :