« L’échelle de Jacob », Ludmilla OULITSKAIA

A la mort de sa grand-mère Maroussia, en 1975, Nora découvre chez elle une malle en osier pleine de lettres et de journaux intimes. Mais elle vient d’accoucher de Yourik et c’est seulement des années plus tard qu’elle prend le temps de se plonger dans ces documents.
Ils lui révèlent, au-delà de ce qu’elle pouvait déjà en connaître, ce que fut vraiment la vie de ses grands-parents, Maroussia et Jacob. Le lecteur va la découvrir à son tour, ainsi que celle d’autres membres de sa famille, en même temps qu’il suit le parcours de Nora elle-même : le tout brosse une fresque familiale se déployant dans la Russie des années 1900 à nos jours …

On suit une constellation de personnages gravitant autour de l’histoire personnelle de Nora, présente ou passée, au sein de différentes lignes temporelles et en sautant de l’une à l’autre, ce qui donne une belle dynamique au récit. Aucun risque de s’y perdre car les chapitres indiquent précisément les lieux et dates et un arbre généalogique au début du roman permet de situer chacun. Pas non plus de côté mécanique ou frustrant dans la construction du récit, comme cela peut arriver dans certains romans, où on a envie de négliger un fil pour en retrouver un autre, car l’ensemble est fluide et on est curieux de tous, d’autant qu’on se demande quel sera sur chacun l’impact des événements dont on sait qu’ils vont arriver (révolution d’octobre 1917, première et seconde guerres mondiales, pour ne citer qu’eux). Et si tension narrative il y a, j’entends par là envie de poursuivre le voyage en compagnie de ceux qui le vivent, c’est la tension de la vie, c’est tout et c’est bien.

Le ton chaleureux du récit m’a immédiatement séduite, autant que son écriture enlevée et aucun des personnages ne m’a laissée indifférente. J’ai été touchée par les petites et grandes choses de leur quotidien (où les appartements sont souvent réduits à une seule pièce), émue par leurs passions (l’histoire d’amour entre Maroussia et Jacob, en particulier) et leurs tourments (Nora voulant éviter la conscription à Yourik pour qu’il ne participe pas aux guerres russes, par exemple).

Nora est scénographe, son existence est centrée sur le théâtre et le processus créatif aboutissant à la mise en scène, toujours novatrice car elle est foncièrement anticonformiste, des pièces dont elle se charge est à chaque fois décrit d’une manière piquant l’intérêt . Mais il faut dire que le roman tout entier se déploie dans un paysage où la culture, représentée avant tout par les livres, tient un rôle de premier plan pour les divers protagonistes, Jacob en premier lieu, dont la soif de connaissances et le besoin de les transmettre semble inextinguible. Et si la culture russe est au cœur des pages, il y aura aussi une incursion dans le New York underground des années 70.

« L’échelle de Jacob » est un roman, partiellement épistolaire, basé sur l’histoire de la famille de l’autrice, Ludmilla Oulitskaïa (c’est d’ailleurs une photo de Maroussia en danseuse dans la mouvance d’Isadora Duncan qui figure sur la couverture du livre) : comme Nora, elle a récupéré une importante quantité de documents la concernant, elle en utilise certains en les intégrant dans le livre et a comblé les blancs grâce à la fiction.
Au travers de tous les personnages et de ce qu’ils ont vécu et affronté, se heurtant parfois à l’histoire de leur propre pays, le roman pose la question de notre capacité à façonner le monde ou, à défaut, de nous adapter à ses contingences ou exigences, voire d’être forgé et/ou remanié par la société qui nous entoure. « L’échelle de Jacob » conte ainsi des histoires russes, échos de l’histoire de la Russie, mais peut aussi interpeller chacun de nous, susceptible d’y retrouver ses propres questionnements.

Extrait (le début du roman) :

« Le bébé avait été superbe dès l’instant de sa venue au monde, avec une fossette bien distincte sur le menton et une petite tête soignée qui semblait sortie des mains d’un bon coiffeur : une coupe très courte, exactement comme sa mère, il avait juste les cheveux un peu plus clairs. Et Nora l’avait aimé d’emblée, bien qu’elle n’eût pas été très sûre d’avance de ses sentiments. Elle avait trente-deux ans et estimait avoir déjà appris à aimer les gens pour leurs mérites et non simplement comme ça, pour raisons de parenté. L’enfant s’était révélé tout à fait digne d’un amour immotivé : il dormait bien, ne pleurait pas, têtait avec ponctualité et examinait avec un grand intérêt ses petits poings serrés. Il ne se conformait à aucune discipline, il dormait tantôt deux heures, tantôt six d’affilée , se réveillait, faisait des petits bruits avec sa bouche, et Nora lui donnait aussitôt le sein. Elle non plus n’aimait pas la discipline, si bien qu’elle avait pris note de ce trait de caractère commun. »

« L’échelle de Jacob », Ludmilla Oulitskaïa
traduit du Russe (2015) par Sophie Benech
éditions Gallimard – collection Du monde entier (624 p)
paru en mars 2018
FOLIO POCHE LE 22 AOUT 2019

Repéré chez Lilly

16 commentaires sur “« L’échelle de Jacob », Ludmilla OULITSKAIA

Ajouter un commentaire

  1. Chouette, un pavé qui a tout pour me plaire (et qui me rappelle que j’ai noté aussi Le chapiteau vert).
    Un billet de presque pavé, presque russe, aujourd’hui sur mon blog… (l’éditeur dit 608 pages, mais il compte le catalogue à la fin !)

    J'aime

  2. Je suis très tentée, j’ai lu il y a un certain temps un très court ouvrage de cette autrice, Sonietchka, qui m’avait beaucoup plu, et j’hésite souvent, en librairie, à me procurer un de ses titres. Je note donc celui-ci.

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :