« Un psaume pour les recyclés sauvages », Becky CHAMBERS

Dans la seule ville présente sur la planète Panga, une cité paisible, harmonieuse et verdoyante, frœur Dex ne supporte plus sa vie. Il aspire à entendre le chant des grillons et décide de devenir moine de thé. Le voilà donc parti sur les routes, tirant avec son vélo sa roulotte spécialement équipée pour la circonstance. Après quelques déboires initiaux dus à son manque de préparation, il devient un moine de thé reconnu, dont le passage réconfortant est très apprécié. Mais, à nouveau, quelque chose lui manque. C’est à ce moment-là que son chemin croise celui d’un robot, un de ces fameux recyclés sauvages partis vivre dans la nature, au moment de la Transition. Ce robot a été mandaté par ses pairs pour retourner voir les humains, afin de leur demander de quoi les gens ont besoin …

En attendant, j’aimerais bien savoir de quoi iel (Dex est un frœur, ne l’oublions pas) a besoin (bingo, c’est justement le propos du livre), notre moine jamais heureux, alors que sa planète est idyllique et qu’il lui suffirait simplement d’être au monde. Panga s’est extraite (on ne sait pas trop comment) du cadre technologique non respectueux de la nature et on y vit en paix, dans des habitats se fondant à merveille dans leur environnement. Iel (ou lea, je ne maîtrise pas encore l’écriture inclusive), au moins, n’est pas stressé par la vision de maux présents et à venir, l’écoanxiété, iel ne connaît pas. Mais bon, faut quand même qu’iel cherche autre chose, même s’iel ne sait pas vraiment quoi, le chant des grillons n’étant qu’un prétexte.
Vous l’aurez compris, mon attachement pour le principal protagoniste de cet histoire n’a pas été manifeste, il ne s’est même jamais manifesté. Je lui ai préféré le robot, pour tout vous dire !
J’ai failli lâcher l’affaire à mi-parcours, quand l’aspect conte philosophique s’affiche plus clairement, car sa teneur ne m’accrochait pas plus que ça (les questions relatives à la conscience des intelligences artificielles, notamment, ont été maintes fois abordées par ailleurs, sans que le propos se démarque ici). Mais c’est un petit livre et comme j’avais lu des avis très positifs à son sujet, il fallait
que j’aille au bout.

Ce qui m’aurait plu, c’est qu’on revienne sur l’avant et la Transition et comment les habitants de Panga ont réussi à émerger le leur ère technocrade. Alors les états d’âme de frœur Dex (sans compter le fait même qu’il y ait plusieurs dieux) … Allez, j’exagère, il y a des choses que j’ai appréciées dans ce petit livre ! J’ai bien aimé les habitats en osmose avec la nature, le vélo et la chouette roulotte/salon de thé, avec tous ses mécanismes ingénieux d’autoalimentation permettant de satisfaire ses besoins énergétiques. Et aussi le fait que les habitants de Panga ont une tablette pour la vie. Et les occupations hyper contemplatives choisies par certains des robots. Bref, tout le côté utopique de Panga. Mais comme ce ne sont pas les points développés, ça ne pèse pas très lourd dans le bilan !
Faut croire que je n’étais pas réceptive pour ce genre de lecture, tant pis. A noter qu’il y a une suite, dont la publication en français est prévue.

« Un psaume pour les recyclés sauvages », Becky CHAMBERS
titre original A Psalm for The Wild-Built (2021)
traduit de l’anglais par Marie Surgers
éditions L’Atalante (133 p)
paru en septembre 2022

Et pour tempérer cet avis grincheux, en voici d’autres, émis par des lecteurs qui ont aimé : Ombre Bones, le nocher des livres, Lullaby, Elwyn , FeydRautha

13 commentaires sur “« Un psaume pour les recyclés sauvages », Becky CHAMBERS

Ajouter un commentaire

    1. C’est la deuxième fois que je lis un roman avec iel et ça va, c’est plutôt fluide. J’ai plus de mal avec lea (pour lui), sur lequel j’accroche au passage.

      J’aime

  1. Merci pour le lien 🙂 je linkerais la tienne une fois sur l’ordi parce que depuis le téléphone ça va tout foirer xD

    J’avoue que j’ai beaucoup aimé ce livre et je m’en sers en classe avec les aides soignants cette année, il a plein de choses à apporter mais je comprends que ça ne parle pas à tout le monde, on a tous des goûts et des sensibilités différentes 🤷 et on ne recherche pas tous la même chose dans un livre. Chambers souvent je lui trouve un gros manque d’action dans des oeuvres et d’ailleurs je la préfère largement en novella pour cette raison. Le format court lui réussit.

    J’aime

    1. De Becky Chambers, je n’avais lu que « L’espace d’un an » … et il m’a si peu marquée que j’ai dû aller le feuilleter à nouveau (je l’avais lu en numérique et mon bouquin s’affichait comme « terminé ») pour vérifier que c’était bien le cas (c’est ma faute, aussi, pas fait de billet/aide-mémoire !) ! Pas sûr que ce soit une auteure pour moi …

      J’aime

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :