« Minuit jamais ne vienne », Marie BRENNAN

Angleterre, 1590
La cour d’Elizabeth a en réalité son pendant souterrain invisible aux yeux des mortels, la cour d’Onyx, sur laquelle règne la fae Invidiana, dont la beauté n’a d’égale que la cruauté. Entre les deux reines, un pacte fut jadis conclu, qui permit à l’humaine d’accéder à son trône …
Lady Lune, fae en disgrâce suite à sa dernière mission, revêt une apparence mortelle à la cour d’Elizabeth pour espionner au profit de sa propre suzeraine. Elle est ainsi amenée à approcher Michael Deven, gentilhomme de la garde rapprochée de la souveraine anglaise qui, de son côté, cherche à s’élever au sein de la cour.
Les intérêts de l’un et de l’autre vont finir par se rejoindre dans une entreprise hasardeuse et qui les dépassera largement, puisqu’en dépendra rien moins que la survie des deux royaumes.

Rien ne me prédisposait à m’aventurer dans ce roman de fantasy urbaine made in 16ème siècle (ma seule incursion en la matière s’était, il y a un petit paquet d’années, révélée peu concluante ), si ce n’est que j’avais déjà pris plaisir à lire la prose de Marie Brennan (mais, après le deuxième tome, je m’étais lassée des Mémoires de son héroïne, lady Trent, car je trouvais le schéma de ses aventures un peu répétitif) et que d’après le Sieur Apophis cette série (4 tomes) antérieure la surpassait en qualité.
Il ne m’a pas fallu longtemps pour être tout à fait de son avis. Parce que, effectivement, la qualité est là, que ce soit au niveau de l’écriture, de l’immersion dans le Londres de l’époque et dans ses ténébreux dessous et de l’intrigue tout sauf simpliste, sans oublier les personnages bien campés auxquels on n’a aucun mal à s’intéresser. Alors, certes, j’ai dû réviser un peu mes connaissances de l’histoire de l’Angleterre à cette époque, mais rien de bien méchant, juste de quoi être suffisamment aware pour me remettre dans l’ambiance.

Après une première moitié qui se lit toute seule, la seconde se dévore : la tension augmente en effet de quelques crans, certain mystère s’épaissit et on s’inquiète beaucoup pour les deux principaux protagonistes, dans une atmosphère de plus en plus sombre.
« Minuit jamais ne vienne » m’a aussi permis d’accroître mes connaissances quelque peu limitées en matière de monde faerique. J’ai eu un aperçu de la manière dont il coexiste avec le nôtre (la cour d’Onyx étant une exception puisque les faes appartiennent normalement au monde rural) et beaucoup aimé découvrir certaines de ses créatures : les sympathiques brownies comme les sœurs Goodemeade, aubergistes de leur état, mais aussi l’esprit de la Tamise et d’autres habitants des eaux, même s’ils sont seulement évoqués pour le rôle qu’ils ont tenu lors de l’offensive de la Grande Armada. Car, dans la période qui nous occupe, les faes ont interagi avec les mortels et Marie Brennan ne manque pas de pointer du doigt les occasions où leur intervention fut décisive pour le cours de l’histoire anglaise, nous révélant de ce fait les secrets de la politique menée.
Un très bon moment de lecture !

(ce roman est le premier d’une tétralogie, « La Cour d’Onyx »,  mais peut se lire indépendamment : le deuxième, traduit en 2019, « Gît dans les cendres », se déroule en effet à une autre période, plus de soixante-dix ans après)

« Minuit jamais ne vienne (La Cour d’Onyx – tome 1 ) », Marie BRENNAN
Titre original Midnight Never Come (2008)
Traduit de l’anglais par Marie Surgers
Editions L’Atalante (352 p)
Paru en février 2018

Les avis de : Apophis, Boudicca, Célindanaé, Elhyandra

10 commentaires sur “« Minuit jamais ne vienne », Marie BRENNAN

Ajouter un commentaire

  1. (merci pour le lien)

    Merci pour cette excellente critique. Le Sieur Apophis (j’aime beaucoup l’expression !) te remercie également pour ta confiance 😉 J’ai lu le tome 2 pour Bifrost, et il est également très intéressant, même si encore plus pointu dans sa peinture de l’Histoire anglaise de la période concernée. Par contre, niveau géopolitique Fae, c’est du lourd, et l’Histoire réelle et occulte (dans tous les sens du terme) s’y imbriquent de façon encore plus remarquable. L’incendie de Londres y trouve notamment une fascinante explication.

    Aimé par 1 personne

    1. Contente que tu aies apprécié mon Sieur Apophis 🙂 !
      Pour le tome suivant, tu confirmes ce que j’avais noté en me renseignant à son sujet, à savoir que pour l’apprécier il faut avoir un certain nombre de repères quant à l’histoire de l’Angleterre de cette période. Du coup, je ne me précipite pas !

      Aimé par 1 personne

  2. La fantaisie n’est a priori pas du tout ma tasse de thé mais ton billet et le côté histoire de ce roman pourrait presque me tenter. Et c’est bien parfois de sortir des sentiers battus. Alors je dis pourquoi pas.

    Aimé par 1 personne

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :