« Mon voisin Raymond », TROUBS

J’étais prévenue (par le billet de Jérôme, qui avait éveillé ma curiosité) : en abordant « Mon voisin Raymond », il ne faut pas attendre une histoire. A la place, l’album évoque ces petits riens qui tissent des vies, comme celle de Raymond, le voisin-ami du narrateur-dessinateur, un vieil homme tranquille qui habite pas loin de chez lui à la campagne. Régulièrement, Troubs lui rend visite, offrant ses services pour donner un coup de main en coupant du bois ou en taillant un prunier. C’est l’occasion de boire un café et de papoter un peu : quelques mots sur la météo, les saisons, les grues qui migrent (et dont Troubs s’amuse à imaginer les échanges au sujet de la direction à prendre, des apartés qui m’ont bien amusée, comme les pointes d’humour qu’il glisse dans un coin de page), les petits travaux à effectuer et autres préoccupations de l’ordinaire. Parfois Raymond évoque les années passées. La vie présente, elle, s’égrène calmement au fil des mois posés comme autant de chapitres. Les couleurs des pages changent à l’image des feuilles des arbres et vient l’époque des champignons, puis des plantations dans le potager. Le graphisme est agréable, avec des personnages qui ont une bonne tête et, surtout, un environnement naturel esquissé avec beaucoup de charme, il y a de la précision mais aussi de la poésie dans le trait.

Le temps passe sereinement en compagnie de Raymond. Il m’a rappelé certaines vieilles personnes que j’ai eu l’occasion de rencontrer à la campagne : souvent occupées dans leur jardin, elles semblent faire partie intégrante du paysage. Je ne me suis pas ennuyée en sa compagnie, l’impression d’un retour familier à la terre, pas une vision idéale ou idéalisée avec une quelconque réflexion à la clé, non, juste du quotidien rassérénant dans sa simplicité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Mon voisin Raymond », TROUBS
Editions Futuropolis (96 p)
Paru en mars 2018

Rendez-vous aujourd’hui chez Stephie !

 

 

23 commentaires sur “« Mon voisin Raymond », TROUBS

Ajouter un commentaire

  1. Je m’y suis bien senti dans cet album. Au calme mais aussi touché par les réflexions de Raymond à propos de sa condition de vieil homme seul et isolé s’interrogeant sur ses difficultés à gérer un quotidien qui demande beaucoup de labeur.

    Aimé par 1 personne

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :