« Rien de plus grand », Malin PERSSON GIOLITO

Présentation de l’éditeur :
« La pièce empeste les œufs pourris. L’air est lourd de la fumée des tirs. Tout le monde est transpercé de balles, sauf moi. Je n’ai même pas le moindre bleu. »
Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d’un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition. Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?

Quel dommage que le roman, dans ses cent premières pages, use la patience de son lecteur en ne lui distillant que peu d’infos, noyées dans les réflexions et autres sarcasmes sans grand intérêt de Maja ! Parce qu’après, enfin, le ton change et devient celui d’un récit intime : ce que j’appelle le vrai roman démarre et il est bon. Alternant le présent du procès et les retours en arrière, il nous permet, progressivement, de comprendre ce qui s’est passé dans la salle de classe et comment on en est arrivé là. On saura, à terme, le rôle exact qu’a joué Maja et le déroulement du procès est source de tension permanente.
« Rien de plus grand » offre à la fois le portrait saisissant d’une jeune fille, dont on suit le parcours pas à pas, toujours au plus près de ce qu’elle a ressenti et un aperçu pertinent de la société suédoise (où le roman, dont Netflix vient d’acheter les droits pour en faire une série, est un best-seller).

« Rien de plus grand », Malin PERSSON GIOLITO
Titre original Storst av allt (2016)
Traduit du suédois par Laurence Mennerich
Editions Presses de la cité (490 p)
Paru en mars 2018

9 commentaires sur “« Rien de plus grand », Malin PERSSON GIOLITO

Ajouter un commentaire

    1. Sur Babelio, j’ai retrouvé la même réserve concernant cette première partie (pour un peu, j’aurais abandonné le livre …) chez un autre lecteur, mais d’autres, effectivement, n’ont pas fait de remarque à ce propos (peut-être qu’ils lisent beaucoup plus vite que moi, alors ils n’ont pas vu passer lesdites pages ^^ !), c’est fou comme les ressentis peuvent diverger sur un roman.

      Aimé par 1 personne

    1. La police de caractère est très confortable, donc ce ne sont pas des pages « lourdes ». Mais bon, pour moi (même si tout le monde ne partage pas cet avis), ça aurait pu me faire lâcher ma lecture.

      J'aime

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :