« La lettre perdue », Martin HIRSCH

La lettre perdueLa lettre perdue, ou du moins égarée pendant un temps, c’est celle que son père, décédé depuis, avait remise à Martin Hirsch lorsqu’il avait été reçu à l’ENA . Il le mettait en garde pour que, dans ce cours nouveau que prenait sa vie, il ne cède pas à la tentation du paraître au risque d’oublier l’essentiel.
En essayant de reconstituer, de mémoire, ce document si important pour lui, Martin Hirsch exhume un certain nombre de souvenirs :
« Je suis remonté aux racines les plus intimes de mon engagement : morceau par morceau, j’ai reconstitué un puzzle fait de souvenirs, de rencontres, d’apprentissages, de hasards, d’indisciplines, parfois d’angoisses, de moments cocasses ou d’autres tragiques. J’ai ainsi pu résoudre cette énigme que je n’avais jamais su déchiffrer : Qu’est-ce qui déclenche l’engagement ? De quoi se nourrit le refus de l’indifférence ? »

En abordant ce livre, c’est essentiellement à ce qui avait fait de Martin Hirsch un homme engagé que je m’intéressais et tel était, d’après lui, l’objectif de cet ouvrage : montrer au travers de son témoignage ce qui peut conduire à un engagement et, le cas échéant, aider le lecteur à mettre au jour son propre besoin dans ce domaine.
Tous les fragments de souvenirs exposés (soit 43 courts chapitres aux titres en forme de « Où l’on… », « Où il est question de… »), ne peuvent pourtant pas être rangés dans la catégorie ont-déterminé-mon-futur-engagement. Beaucoup, en effet, comme ceux évoquant la pratique du violoncelle ou de l’escalade, ont forgé un tempérament et une manière d’aborder les difficultés, mais ils n’expliquent pas l’engagement ultérieur.
D’autres, en revanche, dont ceux concernant le parcours de son grand-père puis de son père et leurs personnalités respectives, si.

L’auteur confesse, dans le prologue, avoir une incapacité à ranger et classer de l’ordre de la névrose. On reconnaîtra que, dans l’assemblage disparate de ses pans de souvenirs et anecdotes diverses, il ne semble pas non plus avoir essayé de trier-ordonner, il qualifie d’ailleurs in fine de « vagabondage » l’opération à laquelle il s’est livré. Il reste que ce témoignage, sans nous fournir toutes les clés de l’engagement, se lit avec intérêt et plaisir car les instantanés fournis, édifiants ou pittoresques, sont souvent piquants et toujours narrés avec à-propos, quand ce n’est avec humour.
En outre, parmi les séquences présentées, il y a celles où l’auteur retranscrit les propos qu’il a tenus à des jeunes dans des conférences sur le thème de l’engagement et la force de ses convictions et son charisme y sont manifestes.

Le livre s’achève sur deux épilogues remarquables, au sens propre du terme. Dans le premier, Martin Hirsch se livre à un petit exercice de science-fiction : il imagine un article paru dans une revue de sciences politiques des années 2020, présentant une rétrospective des changements socio-économiques, considérables, intervenus depuis que l’engagement est devenu une donnée essentielle dans la vie française. Très convaincant ! Dans le second, il adresse à son père mort une lettre, complice et émouvante, en réponse à la sienne.

Enfin, « La lettre perdue » m’a permis de découvrir l’existence de L’Institut du Service Civique, fondé à l’été 2012 par Martin Hirsch. C’est, précise-t-il :
« Une grande école très particulière. Pour y accéder, la classe préparatoire, c’est l’engagement. Seuls ceux et celles qui ont accompli un service civique peuvent postuler pour entrer à l’Institut du service civique. Le principe est simple. Nous détectons des jeunes particulièrement motivés, ayant des projets originaux, ayant apporté la preuve de la valeur de leur engagement, et nous leur ouvrons des portes. Les portes des « vraies » grandes écoles, celles des entreprise ou des financements pour créer un projet. »

J'ai bien aimé !« La lettre perdue », Martin HIRSCHDialogues Croisés
Editions Stock (273 p)
Paru en octobre 2012

5 commentaires sur “« La lettre perdue », Martin HIRSCH

Ajouter un commentaire

    1. Je ne connais Martin Hirsch qu’à travers ce qu’il a fait, qui n’est pas rien, donc j’étais curieuse d’en apprendre davantage sur son parcours personnel et ce qui l’avait amené à s’engager ainsi.

  1. J’ai toujours trouvé cet homme intéressant et parfois en contradiction avec lui même dans ses choix mais cela le rend encore plus intrigant
    je note ce titre là

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑