« D’autres viendront », Richard BOIDIN

Quatrième de couverture :
2023, La Haye, Cour pénale internationale.
Trois Africains sont accusés de crimes contre l’humanité. Ils sont complices d’un médecin afro-américain considéré comme l’auteur d’un document sulfureux – le Manifeste pour la vie – proposant au monde entier un projet écologique d’une radicalité inédite. Poussée par son instinct, une femme, Hélène Morel, qui a vu son petit-fils métis, Julien, disparaître au cœur de l’Afrique, assiste au procès. Julien Morel, employé par les Nations Unies, a reçu cinq mois plus tôt d’un certain Joseph Klein une photo qui l’a attiré au cœur de la forêt équatoriale en lui donnant l’espoir de revoir vivantes sa mère et sa sœur alors qu’elles ont été déclarées victimes du génocide rwandais. Le procès et la disparition de Julien deviennent une seule et même affaire.
Au fil des semaines, Hélène se rapproche d’un des prévenus, Djany, une femme congolaise qui a connu son petit-fils. Cette dernière lui révèle le lent et périlleux trajet de Julien le long du fleuve Congo. Récit qui pourrait entraîner un bouleversement majeur du procès… Qui est le véritable auteur du Manifeste pour la vie qui a provoqué ces violences extrêmes ? Quel est le rôle de Julien dans ce projet insensé dont un des volets est de chasser tous les étrangers d’Afrique, en commençant par les Occidentaux ?

Ce premier roman, dont j’ai apprécié l’écriture, de qualité, reflète la connaissance profonde que son auteur (actuellement ambassadeur de France au Zimbabwe et au Malawi) possède de l’Afrique et aussi l’attachement qu’il a pour ce continent. Ses descriptions, au détour d’une page, des lieux et des ambiances, nous projettent dans un territoire où la beauté d’un paysage ne parvient jamais à chasser le sentiment de danger qui rôde autour des populations, au sein desquelles la violence se déchaîne régulièrement. Tout cela, Richard Boidin le rend à la perfection et il semble lire dans le cœur des Africains comme s’il était l’un d’eux, en proie à des aspirations diverses, la plupart nées en réaction à l’ancienne colonisation et à ce qui subsiste d’elle. Il maîtrise tout autant la thématique écologique et illustre, par le biais de l’anticipation dans un futur proche, une version qu’elle pourrait afficher, avec une tendance radicale étayée par un discours idéologique développé sans lourdeur dans le roman. Les différents protagonistes sont, quant à eux, présentés de manière fouillée et les portraits dressés sont convaincants (y compris celui du juge grec Leonidas chargé de l’affaire, dont Hélène va réussir à se rapprocher).

Ce qui m’a moins convaincue, en revanche, c’est le parti pris d’une narration presque entièrement rétrospective et rapportée (alors qu’elle concerne essentiellement le personnage de Julien) par un tiers extérieur, qui la transmet à son tour : Hélène se rapproche en effet de Djany, qui finit par lui raconter ce que Julien lui a raconté avoir vécu, puis ce qu’elle a vécu avec lui (et Hélène rapporte tout cela, en édulcorant au besoin, au juge). J’ai trouvé le procédé un peu tarabiscoté et j’ai eu l’impression qu’il affaiblissait la tension narrative que, pour ma part, j’ai eu du mal à ressentir (au point de traîner sur ma lecture, alors que le livre n’est pas très long).
Le dénouement, enfin, reste partiellement ouvert : j’ai été surprise mais pourquoi pas, cela correspond à l’idée d’une histoire et d’existences somme toute encore en marche et qui continuent au-delà du regard posé fugitivement sur elles par le lecteur.

« D’autres viendront » est un roman, à l’image de l’Afrique, plein de bruit et de fureur et qui donne matière à réflexion sur des questions d’une actualité brûlante. Les hommes et les femmes que l’on y croise, face aux obstacles parfois terribles placés sur leur chemin, ont des réactions qui s’avèreront déterminantes pour la suite de leurs parcours. Le Congo, très présent dans le livre, n’est pas un long fleuve tranquille et leurs vies non plus…

« D’autres viendront », Richard BOIDIN
Editions Les Presses de la Cité (301 p)
Paru en octobre 2019

tous les livres sur Babelio.com

5 commentaires sur “« D’autres viendront », Richard BOIDIN

Ajouter un commentaire

    1. C’est ce qui me tentait aussi et, malgré mes réserves (qui témoignent juste de mon ressenti de lecture), je trouve que c’est un roman qui vaut le coup qu’on s’y intéresse.

      J'aime

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :