« Les oubliés de Prémontré », Jean-Denis PENDANX et Stéphane PIATZSZEK

Août 1914, asile d’aliénés de Prémontré, près de Soissons
Clément, un tout jeune homme, vient d’être embauché comme chauffeur, alors que face aux armées allemandes qui approchent, c’est la débandade. Privé de directeur puis de son dernier médecin, l’asile se retrouve sous la seule protection des sœurs de la Charité qui le gèrent et de l’économe, André Letombe. Celui-ci doit faire face aux Allemands quand ils arrivent et s’installent sur place. Ce ne sera que la première étape dans le chemin d’épreuves qui attend l’asile pour la durée de la guerre, avec son lot de privations et de morts qu’elles engendrent.

Pendant ce temps, Clément, qui s’avère être une Clémence, cherche à retrouver quelqu’un dans le pavillon des femmes …

Basé sur une histoire vraie, « Les oubliés de Prémontré » offre une chronique saisissante des années de guerre qu’a connues l’asile, dont les autorités françaises n’avaient pas ordonné l’évacuation avant l’arrivée des troupes allemandes, qui vont s’y succéder. Au fil des mois, la situation devient de plus en plus difficile car les vivres viennent à manquer et les patients meurent littéralement de faim quand ce n’est pas de froid, puisqu’il y a aussi pénurie de charbon. L’économe finira par les « prêter » comme main d’œuvre dans les exploitations des environs en échange de nourriture.
Ce n’est là qu’une des anecdotes dont le récit est ponctué. L’histoire de Clémence, fil narratif mineur mais poignant, y est intégrée et participe à l’immersion du lecteur dans cette ambiance très particulière : il s’agit ici de veiller sur les plus faibles et les plus démunis et seuls le dévouement de quelques personnes est susceptible d’y parvenir. La figure d’André Letombe se détache, homme énergique et plein de ressources, qui se battra jusqu’au bout pour trouver des solutions et, in fine, évacuer les malades. Mais il y a aussi celle d’un médecin allemand qui séjournera à Prémontré : aliéniste, il est soucieux du bien-être des patients et sa pratique s’avère moderne. Ses échanges avec la mère de la Charité de Prémontré montreront d’ailleurs qu’elle aussi se tient au fait des évolutions de la médecine dans ce secteur et qu’il n’y a aucune place chez elle pour des croyances obsolètes.
« Les oubliés de Prémontré », porté par un dessin et des couleurs remarquables, est un album d’une belle richesse : s’intéressant à la petite histoire dans la grande, il touche avant tout à l’humain et, ce faisant, c’est nous qu’il touche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Les oubliés de Prémontré », Jean-Denis PENDANX (dessin) et Stéphane PIATZSZEK (scénario)
Editions Futuropolis (104 p)
                Paru en mai 2018

Rendez-vous aujourd’hui chez Noukette !

 

 

10 commentaires sur “« Les oubliés de Prémontré », Jean-Denis PENDANX et Stéphane PIATZSZEK

Ajouter un commentaire

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :