« Frères d’exil », KOCHKA

freres-dexilUne île imaginaire en proie à une incessante pluie diluvienne s’enfonce sous les eaux et ses habitants doivent la fuir, migrants contraints d’abandonner leur terre et leur vie pour cause de bouleversement climatique. 
« Frères d’exil » conte cette rupture, en se focalisant sur une famille, celle de la petite Nani (huit ans), emmenée par sa mère Youmi et son père Janek. A eux se joint Semeio, qu’ils adoptent juste avant le départ, quand son grand-père meurt piétiné par la foule dans un mouvement de panique à l’arrivée du premier bateau.
Nani a emporté avec elle les lettres précieuses rédigées pour elle par son grand-père Enoha, que son état de santé a obligé à rester sur l’île. Talismans pleins de sagesse et de sensibilité, elles l’aideront, avec celui qui est devenu son frère d’exil, à surmonter les épreuves.

Mêlant le concret et le poétique, « Frères d’exil » est un très beau récit, prenant et poignant, en prise directe sur une réalité qu’il traite avec lucidité et empathie. De quoi me confirmer, si besoin était, que la littérature jeunesse produit des œuvres de grande qualité, à lire quel que soit son âge.

Extrait :

Les jours suivants s’égrènent doucement. Les îliens s’installent au mieux dans leurs campements et attendent. Si, pour l’instant, ils sont ensemble, ils savent que ça ne va pas durer. Il n’y a plus de grands espaces qui seraient encore inhabités sur la terre où on pourrait les loger. Ils ne pourront pas rester en communauté. Comme des grains semés au vent, leur peuple sera bientôt éparpillé.
Parfois des gens débarquent au milieu d’eux et les prennent en photo ou les filment avec des caméras.
Parfois un riverain ému par leur sort leur apporte des couvertures et pour les enfants des jouets. Des curieux s’arrêtent aussi pour les regarder.
Certains s’en méfient … Ceux qui n’ont plus rien effraient souvent les mieux lotis. Qui sait, ils pourraient avoir envie de les voler ? Et ce débordement de personnes complètement démunies fait désordre dans la ville. Alors, si les gens du continent conviennent qu’il faut les accueillir, ils ont hâte qu’ils soient partis.

J'ai beaucoup aimé !« Frères d’exil », KOCHKA
Editions Flammarion jeunesse (154 p)
Paru en septembre 2016

Les avis de : Noukette, Jérôme, Saxaoul , A propos de livres

2 commentaires sur “« Frères d’exil », KOCHKA

Ajouter un commentaire

  1. Que je suis heureuse quand je lis : « De quoi me confirmer, si besoin était, que la littérature jeunesse produit des œuvres de grande qualité, à lire quel que soit son âge. » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :