Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !


4 Commentaires

« Journal d’un parfumeur », Jean-Claude ELLENA

Parfumeur de la Maison Hermès depuis 2004, Jean-Claude Ellena a tenu ce journal pendant un an. C’est un carnet de notes au sein duquel l’homme consigne ses remarques et réflexions aussi bien sur sa manière de concevoir son art et de travailler que sur d’autres sujets artistiques et culturels qui lui tiennent à cœur.

Ce journal nous donne à voir la manière dont l’homme travaille, à l’ancienne, une alliance de « bricolage », comme il le qualifie lui-même (le parfum n’est pas une science exacte) et de rigueur dans l’utilisation de procédés chimiques complexes et toujours susceptibles de renouvellement
On imagine la difficulté qu’il peut y avoir à parler d’un parfum. C’est à elle, justement, malgré tous les efforts fournis par l’auteur qui n’en est pas à sa première expérience en la matière car il juge important de parler du parfum,  que je me suis heurtée : je n’ai, au fil de ces pages, quasiment rien senti, excepté la furieuse envie de me retrouver dans l’atelier du parfumeur, auprès de lui, pour qu’il illustre ses propos en me donnant à humer tous ces effluves dont il me parlait. Loin de moi l’idée de mettre en question le talent de l’écrivain, mais il a été sans effet sur moi.
Qui plus est, j’ai trouvé le ton de l’essai très distancié, les propos sont toujours mesurés et je n’ai guère réussi à percevoir l’homme en deçà de ses mots : il m’a manqué ce zeste d’une passion que je m’attendais à trouver, dans un texte bien trop zen pour moi (mais sans doute a-t-il souffert du contraste avec ma lecture précédente).

Pour être honnête, je n’ai poursuivi et achevé ce livre, dont j’ai cependant apprécié l’aspect documentaire sur le travail du parfumeur, que parce qu’il fait partie de la sélection 2012 du Prix du Marais de la médiathèque de Lomme (et qu’il est court). J’avais commencé à la découvrir avec « La poussette » et je trouvais dommage de ne pas aller au bout de ce deuxième opus.

Un opuscule sans aucun doute digne d’intérêt, mais je m’y suis un peu ennuyée.

« Journal d’un parfumeur », Jean-Claude ELLENA
Editions Sabine Wespieser ( 130 pages)
Paru en mai 2011

Vous trouverez une présentation détaillée et élogieuse de ce livre chez Grain de Musc.
Géraldine Dormoy, sur le site de L’Express, l’a elle aussi beaucoup apprécié.


12 Commentaires

« La poussette », Dominique de RIVAZ

Pour elle, tout a commencé avec un accident de poussette, le moment où, dans sa vie, tout s’est figé.
Elle était apprentie puéricultrice et la monitrice l’avait laissée emmener son propre bébé en promenade. Mais au retour, à la fin de la descente, la roue avant s’est bloquée et l’accident est arrivé.
Ensuite, elle a fait autre chose. De l’horticulture.
Et rencontré un homme, qui ramassait des balles de golf usagées perdues au fond des trous d’eau, des balles de toutes les couleurs rassemblées par catégories dans leurs tonneaux.
Et tout s’est enchaîné.
Mais pas forcément très bien.
Parce qu’il y avait toujours, à l’arrière-plan, ce fichu accident de poussette…

Inutile de vous en dire davantage car le récit est court, une longue nouvelle en somme.
Court et surprenant, qui commence tragiquement, puis semble se parer de fantaisie, opte pour le ton plus léger de la comédie romantique, avant d’emprunter d’autres virages.
En pointillé se dessine le portrait d’une jeune fille aux marges de la réalité, vive et spontanée, mais qui s’égare parmi les pièges de ses désirs et de ses peurs.
Une histoire comme un conte, qui vous embarque facilement au fil de son courant vers des rivages auxquels on ne s’attendait pas toujours, d’où l’on sort légèrement étourdi… et intrigué par la pirouette finale.

« La poussette », Dominique de RIVAZ
Editions Buchet-Chastel (106 p)
Paru en mai 2011

Les avis de : Cathulu, Clara