Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !


4 Commentaires

Non, ce n’est pas un bouquin tarte !

Avec un titre comme ça, une couverture à fleurs roses sur fond blanc et, surtout,des  pages ROSES ( !) on s’attend au pire !

Et on a tort !

Je ne serais sans doute pas allée vers ce bouquin s’il n’avait pas été mis en circulation dans mon cercle de lecture , avec un commentaire élogieux et précisant qu’il ne s’agissait pas, malgré les apparences, d’un roman à l’eau de rose.

Ce n’est pas moi qui, ce jour-là, l’ai pris mais, curieux hasard, je tombe sur ce même roman à la bibliothèque, où il était mis en valeur sur le présentoir des « coups de cœur ». Et la bibliothécaire me dit qu’il est très bien.

Bref, je l’ai lu en deux soirées… et je ne saurais trop le conseiller à qui souhaite lire un roman d’amour mais pas un truc nunuche.

Les deux protagonistes sont un et une Suédoise, âgés de trente-cinq ans. L’une est bibliothécaire, citadine et amatrice de loisirs culturels. L’autre est agriculteur et débordé par l’entretien solitaire de sa ferme (entre autres, 24 vaches à traire tous les soirs !). Elle a perdu son mari, lui sa maman et les deux tombes sont proches, ce qui provoquera la rencontre.

Le roman alterne, chapitre après chapitre, le point de vue de Désirée puis celui de Benny et le lecteur éprouve beaucoup de plaisir à découvrir la perception que chacun a des événements qui se succèdent.

La relation se noue mais la réalité des différences de conditions de vie de nos deux trentenaires suscite des épisodes plus ou moins cocasses…

Le style du roman est enlevé, la peinture des personnages subtile, le ton souvent humoristique mais pas seulement.

Au final, un roman à la fois léger et grave, qui permet de passer un agréable moment, facile certes, mais non dénué d’intelligence, bien au contraire.

« Le mec de la tombe d’à côté », Katarina MAZETTI

Gaïa éditions – 254 pages

(réédition d’un article paru le 23/04/2008 , qui était le premier article de mon premier blog)