« Malice », John GWYNNE

Présentation de l’éditeur :

Il y a bien longtemps que les humains sont arrivés sur les Terres Bannies, qu’ils ont disputées victorieusement aux clans de géants qui les peuplaient. Des terres que l’affrontement entre les dieux antagonistes Asroth et Elyon a bien failli détruire. Aussi, quand cette guerre larvée menace d’éclater à nouveau, bien des destins vont se trouver bouleversés. À commencer par celui du jeune Corban, qui aspire à manier l’épée et la lance pour protéger son royaume et va devoir mettre son courage à l’épreuve bien plus vite que prévu.
Mais la prophétie indique que l’obscurité et la lumière exigeront deux champions, le Soleil Noir et l’Étoile Vive. Il serait sage de rechercher les deux, car si le Soleil Noir prend l’ascendant, les espoirs et les rêves de l’humanité tomberont en poussière. Sauf que personne ne sait qui ils sont, à commencer par eux-mêmes.

Alors que les géants s’agitent de nouveau et que le chaos semble sur le point de s’abattre sur les Terres Bannies, le Haut Roi Aquilus tente de former une alliance avec les autres souverains pour sauver le monde des humains. Mais tous ses alliés n’ont pas la même vision de l’avenir…

Mon goût pour la fantasy (que j’assume maintenant, après avoir dit pendant des années que je n’aimais que la SF … mais mes lectures dans le domaine se sont accumulées et nombre d’entre elles m’ont convaincue voire emballée) et les avis enthousiastes ou très positifs de blogueurs l’ayant lu dans sa version originale anglaise, m’ont amenée à découvrir ce premier tome d’une tétralogie de fantasy, que les éditions Leha ont commencé à traduire car elle jouit d’une belle réputation à l’étranger.

« Malice » offre plusieurs points de vue à partir desquels la narration s’effectue, ce qui n’était pas pour me déplaire, avec un théâtre des événements éclaté sur le territoire des Terres Bannies, la carte fournie permettant de se repérer. Les lieux sont décrits, mais alors que je n’aime pas voir les descriptions alourdir le récit, j’ai trouvé qu’ici elles auraient gagné à être un peu étoffées pour améliorer l’immersion. La figure des géants aussi, originale, aurait pu être davantage qu’esquissée, car on n’a guère qu’un aperçu de leur peuple.
On est, comme souvent, plongé in medias res, sans qu’il soit difficile de prendre ses marques dans le contexte qu’on découvre : on appréhende ainsi, au fil des pages, les enjeux en cours et les factions en présence, certaines œuvrant en sous-main. Les zones d’ombre et les mystères à éclaircir demeureront nombreux, ce n’est pas étonnant car la série comporte quatre tomes (déjà parus en anglais).
Les personnages sont nombreux et, c’est bien la première fois que ça m’arrive mais je pensais que j’en aurais besoin pour la parution en français du tome suivant, d’ici un an, je suppose, j’ai dû me munir d’un papier et d’un stylo pour en dresser la liste au fur et à mesure (enfin, je me suis décidée au bout d’une cinquantaine de pages), en les groupant par royauté, puisqu’il n’y a pas de récapitulatif les concernant dans le roman.
Corban est un jeune héros attachant dont on apprécie de suivre la route, d’autant plus qu’elle va croiser celle d’un loup sauvage. Les autres protagonistes sont suffisamment bien croqués pour qu’on s’intéresse à leur sort, en faisant preuve de davantage de clairvoyance que celle qu’ils manifestent vis-à-vis d’eux-mêmes, mais c’est bien connu, le lecteur sait lire entre les lignes, lui (au point de ne pas être surpris par certain retournement de situation). Et puis, avec un titre comme « Malice » et en exergue une petite citation du Paradis perdu de John Milton évoquant la « profonde malice » de « l’auteur de tout mal », j’ai passé mon temps à chercher du malicieux/fourbe partout !

Premier tome de la série « Le Livre des Terres Bannies », « Malice » est un pavé rythmé ne manquant ni de péripéties, ni de tension dramatique, que j’ai lu rapidement et avec plaisir (mais il ne m’a pas impressionnée par son originalité, son style et/ou la personnalité de ses héros comme d’autres romans de ce type l’avaient fait avant lui, ou tout simplement touchée autant *).

* Dans le genre de-facture-classique-avec-un-élu, il ne vient pas détrôner chez moi « L’Assassin royal » (pourtant lu adulte) ou « Le Nom du vent ». Et dans un registre de fantasy plus large, il ne me marquera pas comme « La trilogie de l’empire » ou « Les lions d’Al Rassan ».

« Malice – Le Livre des Terres Bannies tome 1 », John GWYNNE
titre original The Faithfull and the Fallen, book 1, Malice (2012)
traduit de l’anglais (États-Unis) par Thomas Bauduret
éditions Leha (640 p)
paru en août 2022

Les avis de : Apophis, L’ours inculte, Lianne et d’autres sur Babelio



7 commentaires sur “« Malice », John GWYNNE

Ajouter un commentaire

    1. Ah mais pour moi la fantasy n’est pas une faiblesse (l’urban fantasy ou la bit lit mâtinées de romance, je ne dis pas… ) et on ne peut pas la comparer aux romans de gare, synonymes de qualité littéraire médiocre : mauvais genres (= polars + littératures de l’Imaginaire), appellation volontairement et ironiquement décalée, à ne pas prendre au pied de la lettre, ne veut pas dire mauvais romans, il ne faut pas confondre 😏.
      Et quand je dis que j’assume mon goût pour la fantasy c’est parce que, initialement, je croyais que les romans de cette catégorie ne me plaisaient pas (parce que je n’accrochais pas au Seigneur des anneaux… alors que j’aimais les Harry Potter), ce en quoi je me trompais 🤷‍♀️.

      Aimé par 2 personnes

      1. HP est du fantastique, pas vraiment de la fantaisy 🙂 Le seigneur des anneaux, j’ai adoré, alors que j’ai abandonné l’assassin royal tellement j’en avais marre 😆 Comme quoi !

        Je l’avais repéré aussi, ce Malice et l’avais surligné. Il me tente bien !

        Aimé par 1 personne

  1. Je l’ai beaucoup vu passer, et j’avoue que je ne sais toujours pas s’il m’intrigue ou non… Je crois que le côté très « fantasy classique » que j’en entrevois ne me fait pas vraiment envie ! Après, si je continue d’en voir des avis positifs comme le tien, je finirai peut-être par craquer…

    J’aime

    1. Mon avis est positif mais je n’ai pas été aussi emballée que d’autres lecteurs et c’est vrai que c’est de facture classique. Pas sûr que je m’achèterai la suite quand elle paraîtra, mais je la lirai peut-être si je la trouve en bibliothèque.

      J’aime

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :