« Les lions d’Al-Rassan », Guy Gavriel KAY

La péninsule d’Esparagne, quinze ans après le meurtre du khalife de Silvènes, est divisée en provinces-états qui s’affrontent régulièrement. Les conflits d’extension territoriale et les complots politiques qu’ils génèrent se doublent d’un antagonisme religieux propice à l’éclosion de nouvelles batailles, voire de guerres saintes : au nord, les jaddites révèrent Jad, le dieu soleil, tandis qu’au sud les asharites, du nom du prophète Ashar, ont foi dans les étoiles, une foi venue des déserts au-delà de la mer. Et parmi eux, il y a le peuple kindath, ces Errants adorateurs des deux lunes (une blanche et une bleue) et tolérés, quand ils ne sont pas victimes de violentes manifestations d’hostilité.
Dans la cité de Cartada, en Al-Rassan, vit Jehane bet Ishak, médecin kindath qui a tout appris de son père, brillant praticien. Mais elle devra quitter la ville après le funeste Jour de la Douve. Elle y aura d’abord croisé Ammar Ibn Khairan, poète et diplomate au service du roi Almalik, premier des deux hommes de renom qu’elle va côtoyer et qui fut autrefois l’assassin du khalife …

S’inspirant de l’Espagne au XIème siècle (la Reconquista), « Les lions d’Al-Rassan » est un roman de fantasy historique d’où la magie est absente (tout juste y rencontre-t-on un enfant doté de visions concernant ses proches) et (j’en fus la première surprise) elle ne m’a absolument pas manqué.
J’ai été immédiatement conquise par la plume de l’auteur (traduit par l’écrivain de SF Elisabeth Vornaburg) et sa capacité à nous emporter dans un environnement géopolitique dense qu’on découvre au fur et à mesure des événements posant le décor, avec des personnages pivots sortant (ou qui vont sortir) du commun et d’autres toujours bien campés. La liste des personnages figurant au début du roman, ainsi que la carte, sont fort utiles mais à aucun moment on ne risque d’être perdus, tant la narration est limpide (j’ai juste fait une pause au milieu du roman, quand j’ai constaté l’arrivée de personnages qu’on n’avait pas encore approchés, mais elle a été de courte durée et j’ai pu voir ensuite que c’étaient les derniers « nouveaux »).

Ajoutez à cela zéro gras (pas de descriptions plus que nécessaire), malgré la taille du livre, du rythme et des enjeux dépassant les seules destinées individuelles, objets de toute notre attention, entraînées dans le tumulte des flots du pouvoir et du fanatisme religieux, et vous obtenez un roman puissant, profond et prenant : c’est le premier que je lis de Guy Gavriel Kay et je peux maintenant comprendre l’engouement qu’il suscite !

« Les lions d’Al-Rassan » est un roman formidable, remarquablement écrit, qui fait la part belle à la cape et à l’épée : ponctué de scènes spectaculaires, il retrace avec brio, dans un contexte chaotique où des questions toujours d’actualité sont posées, le parcours de femmes (mention spéciale pour leurs tempéraments bien loin des conventions du genre) et d’hommes d’exception, dont le lecteur se sent pourtant proche tant est grande leur humanité.

« Les lions d’Al-Rassan », Guy Gavriel KAY
Titre original The Lions of Al-Rassan (1995)
Traduit de l’anglais par Elisabeth Vornaburg (1998 – L’Atalante)
Editions J’ai Lu (730 p)

Lutin en fait une belle présentation, très complète, ici.
Les avis de : Apophis (qui souligne l’habileté narrative de l’auteur), l’Ours inculte , Vert, Célindanaé
La critique de Bifrost.

auteur d’Amérique du Nord

8 commentaires sur “« Les lions d’Al-Rassan », Guy Gavriel KAY

Ajouter un commentaire

  1. (merci pour le lien)

    Belle critique ! C’est, pour moi, le meilleur livre de Kay, mais les autres sont de très haute volée également (ils sont plus longs et plus lents, par contre), et je te les conseille vivement 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂 !
      Je pense que je lirai au moins un autre roman de l’auteur … mais j’essaierai d’en choisir un qui ne soit pas trop lent quand même, de peur de ne pas tenir la distance si ça manque trop de rythme.

      Aimé par 1 personne

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :