« Clinton Road », Vincenzo BALZANO

John, ranger de son état, patrouille sur la Clinton Road, une route du New Jersey à la réputation sinistre puisqu’elle est connue pour sa propension à favoriser d’étranges rencontres. Mais l’homme ne s’intéresse pas à ces histoires de fantômes, c’est la disparition de deux chevaux et d’un chien qui le pousse à mener l’enquête. Il se rend jusqu’à un lac proche, à la recherche d’indices …

Il m’arrive de temps en temps d’être subjuguée par le graphisme d’une bande dessinée et ce fut le cas avec « Clinton Road », réalisée par le dessinateur italien Vincenzo Balzano. Le trait, les couleurs aquarellées, les mises en page audacieuses et dynamiques avec nombre de planches superbes, j’ai trouvé que tout y était parfait, une BD à classer dans la catégorie « œuvre d’art ».
Et le scénario, me direz-vous ? Eh bien, dans son genre, j’ai trouvé qu’il tenait la route (c’est le cas de le dire). Quelques extraits d’articles de journaux, livrés en préambule, ont attiré notre attention sur les bizarreries susceptibles de se présenter aux alentours de la Clinton Road, donc on se méfie un peu (et on a raison), de tout et de tout le monde, surtout quand certains éléments, visiblement, ne collent pas entre eux.
Mais même si on est aux aguets, il faut accepter une certaine forme de dérive au sein de ce one-shot mêlant fantastique et onirisme et nous amenant à déambuler auprès de personnages plus ou moins présents, en gros il faut se laisser prendre par l’ambiance. Pour ce qui me concerne, ce récit en mode roman noir aux accents tragico-funèbres n’a eu aucun mal à me séduire. L’histoire est triste mais sa sombre beauté nous touche : elle permet à ceux qui s’aiment de se retrouver, leur offrant ainsi qu’aux lecteurs une forme de consolation bienvenue.
J’ai découvert cet album en version numérique (grâce à ma médiathèque) et, confinement oblige, je n’ai pas pu aller voir la version papier en librairie, mais il est fort probable qu’elle finira par rejoindre les étagères de mes BD préférées.

« Clinton Road », Vincenzo BALZANO
Traduit de l’italien par Charlotte Raimond
Editions Ankama (144 p)
Paru en janvier 2020
Format 17,7 x 26,4

Rendez-vous aujourd’hui chez Stephie !

 

22 commentaires sur “« Clinton Road », Vincenzo BALZANO

Ajouter un commentaire

    1. C’est très beau sur tablette, avec le rétroéclairage. Ce n’est pas la première fois que je lis des albums en numérique mais normalement, si je veux les présenter sur mon blog, je m’arrange pour les voir dans leur « vraie » version papier en librairie.

      Aimé par 1 personne

    1. Ma médiathèque appartient au réseau Medialandes, grâce auquel j’ai accès à une partie du catalogue IZNEO de BD numériques, avec un certain nombre de nouveautés 🙂 .

      J'aime

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :