« Les miracles du bazar Namiya », Keigo Higashino

Japon, 2012
Après un cambriolage, trois jeunes gens se réfugient dans une vieille boutique abandonnée, le bazar Namiya. C’est après avoir reçu la première lettre, anonyme, de demande de conseils d’une jeune sportive tentée d’abandonner la compétition, alors que la sélection pour les jeux olympiques se prépare, afin de s’occuper de son fiancé atteint d’une maladie incurable, qu’ils découvrent que le bazar Namiya est le lieu d’un étrange phénomène temporel : les lettres émanent en effet du passé, qu’ils peuvent atteindre en déposant la réponse dans la boîte à lait à l’arrière du magasin…

Je connaissais Keigo Higashino, auteur japonais de romans policiers, pour avoir déjà lu et apprécié deux de ses livres (« L’ équation de plein été » et « La maison où je suis mort autrefois » ), aussi étais-je curieuse de le découvrir dans un registre différent, puisqu’ici le récit s’articule autour d’une thématique liée au voyage dans le temps. Ce fil conducteur, habilement distordu, est le prétexte à un petit roman sympathique, davantage feel good que SF. J’ai d’abord cru, lorsqu’a commencé sa deuxième partie, qu’il s’apparenterait à une série de nouvelles, mais il n’en est rien : Keigo Higashino a en effet monté l’ensemble de telle sorte que les histoires individuelles se font écho l’une à l’autre jusqu’au dénouement qui boucle la boucle.
Si nos trois jeunes cambrioleurs-loosers ont un côté un peu brut de décoffrage (qui rend leurs correspondances assez cash et presque comiques, pas vraiment dans le style de celles que rédigeait l’ancien patron du bazar), on est malgré tout curieux des décisions qu’ils vont prendre et de leur évolution. Les personnages évoqués par ailleurs sont esquissés avec suffisamment de soin pour qu’on s’intéresse à leur sort, les questions qu’ils se posent témoignant de l’embarras dans lequel ils se trouvent.
Il flotte au-dessus de ces pages un doux parfum d’altruisme, relevé par une petite touche maligne de voyage dans le temps, de quoi faire de ces « Miracles du bazar Namiya » un roman plaisant à lire.

« Les miracles du bazar Namiya », Keigo Higashino
Traduit du japonais (2012) par Sophie Refle
Editions Actes Sud – collection Exofictions (384 p)
Paru en janvier 2020

L’avis de Lune.

2 commentaires sur “« Les miracles du bazar Namiya », Keigo Higashino

Ajouter un commentaire

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :