« Et il foula la terre avec légèreté », Mathilde RAMADIER et Laurent BONNEAU

Ethan, jeune ingénieur géologue français, travaille dans une société pétrolière qui envisage un forage off-shore en Norvège. Dans ce cadre, il est envoyé sur place en mission de prospective, « pour l’étude d’impact, la modélisation des réservoirs et toute la planification future ». On lui précise d’ailleurs qu’il aura la possibilité, à court terme, de vivre deux ans là-bas.

Pas d’intrigue dans « Et il foula la terre avec légèreté », mais le récit de ce qu’Ethan vit au cours de son séjour, à la rencontre de ce pays qu’il ne connaissait pas et de ses habitants. Un petit pays, au départ essentiellement pêcheur et qui a vu son économie bouleversée et dynamisée avec le pétrole : une opportunité, certes, qui lui a permis de s’enrichir, d’améliorer ses infrastructures et les conditions de vie de la population, mais aussi un risque, celui d’abîmer une nature magnifique à laquelle les autochtones sont viscéralement attachés.
Ethan en prend conscience, au fil des échanges qu’il a avec les uns ou les autres, toujours hospitaliers même s’ils se méfient de ce qu’il représente. Rien de pesant dans la retranscription de ces dialogues, qui témoignent à la fois du pragmatisme et des réticences des habitants et invitent à s’interroger sur ce qu’on veut vraiment, lorsqu’il est question de son environnement. La question est d’autant plus sensible ici qu’il s’agit des îles Lofoten, tout au nord de la Norvège, un archipel théâtre de magnifiques aurores boréales qu’on a voulu jusque-là préserver. Ouvert, perméable à ce qui l’entoure, à mille lieues des modes de pensée de sa compagne restée en France, Ethan se questionne à son tour… Le dessin superbe, au trait ample et dont les couleurs s’adaptent aux divers environnements, nous permet de l’accompagner dans ce voyage marquant pour lui.

Le titre, « Et il foula la terre avec légèreté », ne saurait mieux décrire la manière dont Ethan appréhende un monde nouveau pour lui. Il fait référence à Arne Næss, philosophe de l’écologie profonde présenté à la fin de l’ouvrage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Et il foula la terre avec légèreté », Mathilde RAMADIER et Laurent BONNEAU
Editions Futuropolis (175 p)
Paru en février 2017

Rendez-vous aujourd’hui chez Stephie !

23 commentaires sur “« Et il foula la terre avec légèreté », Mathilde RAMADIER et Laurent BONNEAU

Ajouter un commentaire

  1. Le sujet me séduit beaucoup, le titre très poétique aussi, le dessin un peu moins. Mais je note quand même ! Je ne fais plus marche arrière pour un trait, je suis souvent très agréablement surprise !

    Aimé par 1 personne

    1. Figure-toi que, à sa parution, je l’avais acheté pour l’offrir (mais la bénéficiaire habite loin et je ne pouvais donc pas le lui emprunter à l’occasion). Depuis, j’ai croisé plusieurs fois l’album en médiathèque, mais ce n’était jamais le bon moment … jusqu’à tout récemment !

      J'aime

Un commentaire ? N'hésitez pas !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :