« Mon amie Adèle », Sarah PINBOROUGH

Louise, mère célibataire qui n’a pas, et depuis longtemps, rencontré l’âme sœur, flashe un soir dans un bar sur un bel inconnu, avec lequel elle échange un baiser prometteur. Manque de pot, elle découvre le lendemain qu’il est son nouveau patron, marié de surcroît. Louise lutte contre l’irrésistible attraction dont ils sont victimes et, parce qu’un problème n’arrive jamais seul, tombe accidentellement sur Adèle, l’épouse de David, ledit patron. Adèle est terriblement belle mais terriblement seule, donc elle n’a de cesse de faire de Louise son amie. Louise ne sait plus comment se dépêtrer de sa situation, chacun des époux ignorant qu’elle connaît son conjoint (enfin, c’est ce dont elle est persuadée …) et ne veut pas se résigner à perdre l’un ou l’autre. Mais elle est loin d’imaginer les secrets du couple …

Là, vous êtes en train de vous demander ce que je suis allée faire dans ce genre de bouquin ! Pour tout vous dire, j’avais vu sa présentation par l’éditeur (que je n’ai pas reprise ci-dessus), ça sentait le thriller psychologique pour jour de pluie et s’achevait par un #findeDINGUE auquel je n’ai pas pu résister (ma curiosité me perdra).
J’ai buté au début sur quelques facilités d’écriture (dans la description cliché des charmes du bel inconnu), mais le personnage de Louise m’a bien plu, je l’ai trouvée attachante. Quant à Adèle, je n’ai pas mis longtemps à m’interroger, comme le veut l’auteur, sur sa duplicité et ses talents de manipulatrice, en me demandant quel jeu elle jouait et pourquoi. Le couple Adèle-David, enfin, traverse une crise mais les événements passés qui l’ont déclenchée demeurent mystérieux.

J’ai dévoré ce roman mais la fin … ! Estomaquée, j’ai commencé par rouspéter (« Ah non ! Trop facile d’inventer des trucs pareils pour tout expliquer : c’est du Grand N’importe Quoi ! « ). Mais, bon, réflexion faite, cet incroyable dénouement à double temps ne sort pas de nulle part : l’auteur l’a préparé en intégrant bien en amont dans son récit un élément fantastique. Alors pourquoi pas ? Parce que ça marche parfaitement : ce qui ressort du fantastique (ou de l’invraisemblable/abracadabrant, à chacun d’apprécier) permet d’expliquer toute l’histoire, la rend cohérente de bout en bout, avec en prime une certaine dose de piquant, voire d’humour noir. Et puis, au moins, voilà une fin dont je me souviendrai !
Il reste que je vous aurai prévenus : esprits cartésiens s’abstenir !

« Mon amie Adèle », Sarah PINBOROUGH
Titre original Behind Her Eyes (2017)
Traduit de l’anglais par Paul Benita
Editions Préludes (448 p)
Paru en septembre 2017

13 commentaires sur “« Mon amie Adèle », Sarah PINBOROUGH

Ajouter un commentaire

    1. C’est vrai, c’est une situation à la Harlequin, mais il y a un côté mystérieux aussi, que je n’ai peut-être pas assez clairement évoqué, des trucs pas nets dans le couple. Du coup, j’ai revu et complété un peu ma copie (en ajoutant une petite phrase à la fin du paragraphe de présentation de l’histoire et une autre au sujet du couple à la fin du paragraphe suivant), pour qu’on se rende mieux compte de l’atmosphère.

    1. J’en attendais une lecture pas prise de tête, le bouquin dans lequel tu te plonges parce qu’il fait mauvais et tu ne vois pas le temps passer : objectif atteint !

  1. C’est vrai que ça fait Harlequin aussi bien que thriller psychologique. Les fins tarabiscotées, j’aime beaucoup chez certains auteurs (Pessl en tête), mais il y a peu d’auteurs qui maîtrisent vraiment le genre. *
    Sinon, ce n’est pas le type de livre que je cherche en ce moment (les livres pas trop casse-tête, je réserve pour à l’été en général… si je n’ai pas plutôt envie de pavés).

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :