« L’Abyssin », Jean-Christophe RUFIN

« L’Abyssin », joliment sous-titré « Relation des extraordinaires voyages de Jean-Baptiste Poncet ambassadeur du Négus auprès de Sa Majesté Louis XIV », est le premier roman publié de Jean-Christophe Rufin, dont j’avais beaucoup aimé « Rouge Brésil » (lecture d’avant blog). Pluie d’éloges sur Babelio + Goncourt du premier roman en 1997 + envie de lire un roman d’aventures = c’est sur lui que s’est porté mon choix pour mon challenge Pavé de l’été.

Une écriture de qualité, l’art des descriptions (pas trop présentes qui plus est) et pas mal d’humour (en particulier dans la représentation de Monsieur de Maillet, consul de France au Caire et quand on sait que Ruffin a entre autres été diplomate, on ne peut manquer de se dire que ça sent un peu le vécu, transposé au 17ème siècle), tout cela m’a effectivement séduite. Ajoutez, mais qui tient une place mineure dans le roman, le portrait d’une jeune fille qui s’émancipe avec panache, et vous avez nombre d’ingrédients qui auraient pu donner un plat tout à fait à mon goût, d’autant que l’éclairage porté sur l’Afrique en butte aux visées européennes, notamment religieuses, ne manquait pas d’intérêt. Las, les aventures du beau et sympathique Jean-Baptiste, herboriste affiché et médecin non déclaré, n’ont pas réussi à me captiver, j’ai trouvé qu’elles manquaient de relief. Quant au talent de bretteur de notre héros, il est rarement mis en avant : on n’est pas dans un roman de cape et d’épée, dommage. Au bout de 400 pages (aisément) lues, j’en étais quand même à me demander si j’allais poursuivre, pour vous dire à quel point j’étais passionnée, mais, bon, je ne me voyais pas rater le challenge que j’organise. Bref, un roman plaisant de bout en bout mais sans plus, et en tout cas pas assez palpitant pour moi.

« L’Abyssin », Jean-Christophe RUFIN
Folio (699 p)

20 commentaires sur “« L’Abyssin », Jean-Christophe RUFIN

Ajouter un commentaire

  1. Voilà un auteur visiblement paré de qualités mais dont tous les livres me sont tombé des mains ! Et j’en suis fort marrie ! Tu as eu du mérite d’aller jusqu’au bout ! 😉

    1. J’avais déjà laissé tomber un autre pavé et je ne me voyais pas me relancer dans un autre. Et puis, n’exagérons pas, c’est une lecture agréable malgré tout.

  2. Malgré un début prometteur, je me suis très vite ennuyée et j’ai fait un gros effort pour le terminer . Même sensation avec « Le grand coeur ». Par contre, bien aimé « Le collier rouge ».

  3. C’est le premier Rufin que j’ai lu et je me souviens avoir été emportée. J’étais plus jeune, peut-être que je serais plus critique aujourd’hui ? Pas sûr…

  4. Je n’ai lu que son récit sur les chemins de Compostelle que j’avais beaucoup aimé. Quant à me lancer dans un roman, un pavé qui plus est, c’est moins sûr …

  5. Je suis en train de lire mon premier Rufin, justement, Rouge Brésil et j’enrage car il fait 603 pages avec 6 pages de notes à la fin (donc tout juste trop court pour le challenge). Heureusement qu’il me plait.

  6. Moi j’avais bien aimé L’abyssin et plus encore Rouge Brésil. Quant à Globalia, si je n’ai pas vraiment aimé le roman à cause des personnages, il a été pour moi une prise de conscience de ce qu’est notre monde actuel au niveau économique et de l’impuissance des gouvernements devant les multinationales qui dominent le monde et le possède.

    1. J’avais acheté Globalia dès sa parution, persuadée qu’il me plairait et j’avais été déçue, je ne sais plus si c’est par le traitement du thème (dont je devais attendre beaucoup, en tant que lectrice de SF) ou par les personnages.

  7. J’ai aimé l’Abyssin comme j’aime l’Afrique de l’est et garde un souvenir ému de mon séjour en Ethiopie… c’est peut-être pour ça ? Quant à l’auteur, j’ai une admiration folle pour l’ensemble de sa vie à commencer par ses engagements de médecin. Il est vrai qu’en revanche, certains de ses livres me sont tombés des mains. Il ne peut pas être parfait ! 😉

  8. Dans mon souvenir, très lointain, c’est un roman historique « de qualité », mais je n’avais pas été emballée non plus, comme pour « Le grand coeur », c’est bien mais il manque un truc … Je ne sais pas quoi, un souffle ? un grain de folie ? Du coup, j’hésite depuis des années devant « Rouge Brésil », alors que le sujet me passionne !

  9. De Rufin je n’ai lu que Rouge Brésil il y a très longtemps et j’avais adoré. J’avais envie de me plonger un peu plus dans ses autres romans du coup je pense essayer avec celui là, même s’il n’est pas « palpitant » =)

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :