« La fille d’avant », J.P. DELANEY

 

« Tout au bout de la rue, au coin, se dressait une palissade. Derrière, j’apercevais une petite construction basse, un cube de pierre pâle, compact. Quelques entailles de verre horizontales, apparemment disséminées au hasard, étaient l’unique élément indiquant qu’il s’agissait bien d’une maison et non pas d’une sorte de presse-papier géant ».
Le One Folgate Street, à Londres, est une maison très particulière. Cube à l’espace intérieur décloisonné quasiment vide, à la fois raffiné et sobre, pourvu d’immenses fenêtres donnant sur un tout petit jardin japonais, elle a été conçue par l’architecte Edward Monkford, adepte de l’esthétique minimaliste, et bénéficie des toutes dernières innovations en matière de domotique. Seuls sont admis à y vivre les locataires qu’il a sélectionnés au travers d’un long et déroutant questionnaire. Les heureux élus doivent enfin se conformer aux règles draconiennes qu’il a édictées concernant la manière d’habiter les lieux.
Jane vient d’y emménager. Elle ne tarde pas à découvrir qu’une précédente locataire, Emma, a été retrouvée morte sur place et que les circonstances de son décès sont restées mystérieuses …

Le roman croise deux fils narratifs : maintenant, avec Jane et avant, avec Emma, ce qui permet au lecteur de repérer leurs éventuelles similitudes et de s’inquiéter pour Jane. Au centre du roman, il y a le personnage, séduisant et trouble, de l’architecte Edward Monkford, mais il ne sera pas le seul dont l’histoire révèlera les zones d’ombre …
Un roman à suspense qui se lit tout seul (et la maison mérite le détour).

« La fille d’avant », J.P. DELANEY
Titre original The Girl Before
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Esch
Editions Fayard/Mazarine (432 p)
Paru en mars 2017
Lu en numérique via NetGalley

9 commentaires sur “« La fille d’avant », J.P. DELANEY

Ajouter un commentaire

  1. J’ai bien aimé la tension psychologique qui se dégageait du roman, aimé que l’auteur joue avec mes pieds et mes peurs, parce que ce genre d’appart sans une once de brol, ça me fait flipper grave !! 😀

  2. Ce polar, dont je n’avais jamais entendu parler, a été présenté au comité de lecture de la médiathèque. Je ne me précipite pas, tu es mitigée.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :