« Riquet à la houppe », Amélie NOTHOMB

riquet-a-la-houppeLe dernier Amélie Nothomb, celui qui revient classiquement à chaque rentrée littéraire, je n’avais pas prévu de le lire. Enfin, au moins consciemment, puisque j’avais quand même pris garde de n’en lire aucune critique ! Bref, quand j’ai vu qu’il me tendait ses petits bras sur le présentoir de la bibliothèque, je l’ai attrapé et hop, lu dans la foulée (ça se lit vite, un Nothomb).
Amélie revisite d’une plume virevoltante le conte de Perrault (que je suis allée relire dans la foulée) et c’est un vrai bonheur (même si le passage sur les oiseaux m’a paru un peu long, mon seul bémol pour ce court roman) ! J’ai adoré la manière dont le bébé Déodat appréhende le monde qui l’entoure puis, plus grand, parvient à trouver sa place auprès des autres, malgré le terrible handicap de son hideux physique. La jeune Trémière, de son côté (c’est la fille de Rose et de Lierre, vous l’aviez deviné !), en fera autant, elle dont la beauté extraordinaire constitue aussi une cible de choix, surtout quand par ailleurs la demoiselle paraît fort peu intelligente (en réalité, c’est une contemplative).
Célébration joyeuse de la différence, « Riquet à la houppe » est un joli petit plaisir de lecture !

J'ai beaucoup aimé !« Riquet à la houppe », Amélie NOTHOMB
Editions Albin Michel (188 p)

20 commentaires sur “« Riquet à la houppe », Amélie NOTHOMB

Ajouter un commentaire

    1. Je ne la lis pas souvent non plus mais il y a certains titres que je devrais découvrir car ma fille cadette (qui a tout lu d’elle ) me les a chaudement recommandés et je me fie entièrement à son jugement.

  1. Je ne lis que ses écrits autobiographiques. Tu me ferais presque faire le saut pour un de ses romans. Mais il faudrait que je me remémore l’histoire de Riquet à la Houpe. J’ai tout oublié.

    1. Aifelle, je ne m’en souvenais pas non plus mais je trouve que c’est mieux de le relire, comme je l’ai fait, après, comme ça tu pars dans le roman sans être en mode comparaison, c’est mieux je trouve (et puis, Amélie, tu t’en doutes, elle a fait œuvre libre !).

  2. Ses livres me tombent des mains même si je l’aime bien, je salue son intelligence et sa sensibilité mais quand je la lis, il ne se passe rien ! Tu me donnerais envie de lire celui-ci, moi qui adore les contes ! 😉

    1. Ben tu fais comme moi, tu l’empruntes à ta médiathèque 😉 !
      Ceci dit, j’ai rigolé en lisant ton commentaire (et j’ai aussi pensé qu’on pourrait en dire autant pour pas mal de bouquins, si on raisonne comme ça !) 🙂 !

      1. j’avoue que j’ai explosé de rire quand ma libraire m’a dit ça… peut être la médiathèque .. si un jour je suis en rade de livre….
        C’est vrai qu’on peut dire ça de pas mal de livres, mais bon je me dis que mme Nothomb n’est pas à la rue… alors je peux éviter de l’acheter et je préfère acheter un petit auteur, qui lui aura besoin mon achat pour continuer d’écrire!

  3. J’ai pris également beaucoup de plaisir à suivre le destin de Déodat et de Trémière, couple aussi dissemblable que possible, qui vont finir par se rencontrer et s’aimer.
    Le 25e roman d’Amélie Nothomb est très réussi. http://urlz.fr/4gSG
    #riquetalahouppe #amelienothomb #RL2016 #rentreelitteraire #albinmichel

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :