Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !

« L’enfant qui mesurait le monde », Metin ARDITI

15 Commentaires

enfant qui mesurait le mondeEliot Peters, qui fut architecte aux Etats-Unis, a rejoint douze ans plus tôt l’île de Kalamaki, où sa fille Dickie avait trouvé la mort. Il y a renoué avec ses racines grecques, tout en poursuivant le travail entrepris par Dickie. Il aide aussi Maraki, sa voisine qui peine à joindre les deux bouts grâce au seul produit de sa pêche, à élever Yannis : rétif aux contacts et impossible à scolariser, l’enfant entretient un rapport étroit avec les chiffres, qu’il mémorise à l’envi et à l’aune desquels il mesure l’équilibre du monde.
Cet équilibre est, pour lui, mis en péril lorsqu’une société d’investissement immobilier propose au maire de l’île de construire, dans une superbe petite baie restée sauvage, un important complexe hôtelier doublé d’une marina. Le projet a de quoi séduire les habitants, que la crise n’a pas épargnés et, dans un premier temps, semble faire l’objet d’un consensus. Jusqu’à ce que des lettres anonymes le concernant soient adressées à la presse locale …

« L’enfant qui mesurait le monde », c’est d’abord la chronique d’une île où tout le monde se connaît depuis toujours. Le récit se focalise sur Maraki, Yannis et Eliot, chacun luttant, à sa façon, pour vivre malgré tout, au-delà des difficultés qui sont les siennes. Le rythme rassurant du quotidien et la beauté des paysages adoucissent l’amertume. Divers personnages gravitent autour de l’attachant trio, témoins de l’irruption du monde extérieur sur l’île : un promoteur, une journaliste, des ministres. La narration, alerte, n’hésite pas à jouer avec bonheur sur le registre de l’humour, preuve qu’on peut user de légèreté pour parler de sujets graves. On suit les aventures de tout ce petit monde avec intérêt, curieux de savoir si l’hôtel verra ou non le jour, si Yannis devra continuer à réaliser quotidiennement les dizaines de pliages nécessaires à son sens pour restaurer l’équilibre des choses. De fait, celles-ci évolueront et pas forcément de la manière à laquelle on s’attendait.
Un petit roman sensible et intelligent.

J'ai beaucoup aimé !« L’enfant qui mesurait le monde », Metin ARDITI
éditions Grasset (304 p)
paru en août 2016
lu en numérique via NetGalley

Advertisements

15 réflexions sur “« L’enfant qui mesurait le monde », Metin ARDITI

  1. Toujours pas découvert cet auteur. Mais là tu me tentes

  2. Tu me tentes aussi, mais j’en ai de lui dans ma PAL, alors pas de nouveau ! c’est comme ça maintenant 😉

  3. J’ai été déçue par Prince d’orchestre, mais le sujet de celui-ci devrait me plaire… et encore un à noter (soupir)

  4. Tentant. J’ai lu « Le turquetto » de cet auteur. Je note celui-ci.

  5. Il va falloir que je découvre l’auteur un jour.

  6. Je l’avais découvert avec son titre précédent, et j’avais passé un bon moment. Peut-être que je poursuivrais avec celui-là cette année alors.

  7. j’avais vu un résumé chez l’éditeur qui ne me tentait pas .. mais avec le votre, maintenant j’ai envie de le lire …

  8. Je l’ai aussi bien apprécié !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s