Sortie de route

immeubles

 — Tenez, c’est le dernier endroit où il a été vu !
Fitz regarda la photo qui venait d’être déposée devant lui, des immeubles sordides comme il en restait tant à l’entrée de la ville.
— Enfin je devrais dire où quelqu’un l’a vu, parce qu’il a été repéré une autre fois ensuite.
L’homme, un certain Vern Michigan, d’après son badge d’identification, précisa en désignant l’image:
— Un de nos îlotiers l’a remarqué qui rôdait dans le coin et l’a interpellé. Votre collègue lui a montré sa plaque, qui a été scannée à ce moment-là, c’est pour cela que l’incident a été enregistré.
— Et la fois suivante ? demanda Fitz.
— On a retrouvé sa trace dans l’enregistrement fait par une caméra de surveillance, quand les recherches ont été lancées. Il a été identifié dans les manifestations devant les camps 11 et 12, la semaine dernière. Certains portaient des masques, mais pas lui. Apparemment, il n’en avait rien à faire d’être reconnu.
Deux nouveaux clichés sortis de l’épaisse chemise plastifiée vinrent rejoindre le précédent.
— Voyez, c’est lui, là !
Vern pointa un individu dans lequel Fitz n’eut aucun mal à distinguer la silhouette de Peter Lundsen, que sa haute taille différenciait des autres. Un gros plan sur son visage mal rasé lui montra un regard différent, plus dur. A sa gauche un porteur de pancarte, avec une question affichée en larges lettres noires : « Qu’y-a-t-il APRES les camps ? »

Vern dévisagea Fitz d’un air suspicieux.
— Votre coéquipier est entré dans le Mouvement et vous prétendez n’avoir rien vu venir ?
Fitz baissa les yeux, s’abîmant dans la contemplation des trois photos qu’il venait de découvrir. Comment leur expliquer, à Vern et à tous ceux qui, comme lui et Peter, avaient toujours exécuté les ordres sans en discuter le bien-fondé ? Mais, ces temps derniers, tout était allé trop vite. Et trop loin. Ça avait culminé avec l’affaire du squat.
Il revit la scène, lui et Peter chacun à la tête d’un groupe armé, chassant tous ceux qui avaient trouvé refuge derrière ces façades sinistres, des immeubles voués à la démolition, troués de fenêtres occultées de panneaux en bois pour décourager, en vain, les installations clandestines. Au départ, ce n’était qu’une évacuation comme les autres, une de plus. Des bus allaient arriver, pour récupérer les fugitifs et les ramener vers les camps périphériques, ils n’avaient pas à se trouver ici, presque dans la ville. Sauf que ce n’étaient pas des cars mais des camions militaires qui avaient surgi.
Peter et Fitz avaient été dessaisis de la suite de l’opération, on leur avait juste dit que les squatteurs allaient être emmenés vers un nouveau centre, plus loin encore de la cité. Ils s’étaient regardés mais n’avaient fait aucun commentaire. Pour autant, chacun avait ressenti le malaise de l’autre. C’était il y a quelques mois déjà, ils n’en avaient jamais reparlé et n’avaient plus été réquisitionnés pour s’occuper des squats. D’étranges et inquiétantes rumeurs couraient au sujet des camps. Peu après, quelques actions d’éclat, dont la fameuse peinture en rouge sang des grilles du Congrès, avaient été revendiquées par un certain Mouvement. Pour le moment, on ne savait pas grand-chose à son sujet. Mais l’opinion publique s’y intéressait de près car il commençait à diffuser au travers des réseaux sociaux nombre d’interrogations dérangeantes et de questions ciblant le gouvernement.

Et voilà que Fitz, au retour de 15 jours d’un congé imprévu (des affaires familiales à régler à l’étranger, suite à un décès), constatait non seulement qu’il n’avait plus de coéquipier mais que celui-ci avait rejoint le Mouvement : de quoi passer pour un traître aux forces de l’ordre auxquels il appartenait jusque-là, pour ne pas dire l’ennemi public numéro 1.
Fitz leva les yeux vers Vern et affirma :
— Non, je n’ai rien vu venir.
Puis il ajouta :
— Je ne comprends pas ce qui a bien pu se passer dans la tête de Peter !
Et de ce commentaire inutile et fallacieux, il aurait longtemps honte.

Extrait de « Peter Lundsen, le Rebelle », de Ezrib Seesdland
Biorom paru en 2320 (560 Epages)
Editions Historama – collection Chroniques de la Fin de l’Ordre Ancien

*****

Texte rédigé dans le cadre de l’atelier d’écriture proposé par Leiloona (Une photo, quelques mots).atelier bric

13 commentaires sur “Sortie de route

Ajouter un commentaire

  1. Et voilà et maintenant on veut savoir pourquoi il a honte et pourquoi ce Mouvement!! un beau mélange des genres encore une fois!

  2. Un texte vraiment très dur,tellement proche de certaines réalités…Ils sont nombreux ceux qui préfèrent ne pas voir…

    1. Au départ, j’avais imaginé un texte autour d’un personnage qui, passant régulièrement devant cet immeuble, se souvenait à chaque fois avoir assisté à l’évacuation de ses squatteurs en regardant sa montre, inquiet à l’idée d’arriver en retard à son travail, puis honteux de son geste, tellement mesquin par rapport à ce qui se passait sous ses yeux. J’ai transformé un peu l’idée initiale (qui continue à me plaire, je la mettrai peut-être aussi en mots) pour aboutir à ce texte.

      1. Je pense que ton autre idée vaut bien un texte aussi qui parlera à beaucoup d’entre nous….Est-ce une question de survie?…Je nous trouve souvent bien autocentrés,il nous faut souvent des chocs pour que nos yeux s’ouvrent,mais parfois ils ne restent pas ouverts bien longtemps…..

  3. J’aime beaucoup ta manière de traiter la question du choix en la déplaçant légèrement de l’actualité. Bravo !

    1. Merci Stephie 🙂 . J’ai usé de la technique de l’anticipation, qui nous donne souvent à réfléchir sur notre présent en s’amusant à nous projeter dans notre futur.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :