« Une disparition inquiétante », Dror MISHANI

disparitionLorsque, un mercredi soir, l’inspecteur Avraham Avraham reçoit Hannah Sharabi, venue signaler l’absence de son fils Ofer qui n’est pas revenu du lycée, il essaie de la convaincre qu’il est encore trop tôt pour parler de « disparition inquiétante ». Mais quand celle-ci est avérée, l’enquête s’enlise tant elle bute sur une totale absence de piste.
Pendant ce temps-là, le voisin habitant l’appartement en dessous des Sharabi paraît extrêmement perturbé et concerné par ce qui est en train de se jouer …

Commençons tout de suite par faire un sort à ce qui m’a déplu dans ce roman made in Israël, à savoir la figure de l’inspecteur Avraham Avraham, notre « héros » guère perspicace (à deux reprises, il a des trucs évidents sous le nez et ne les voit pas !). Je m’interroge sur le dessein de l’auteur à ce sujet. Déjà, il a choisi d’affubler son personnage d’un prénom + nom identiques en sachant pertinemment que c’était ridicule (un agent d’un autre service se moque de lui à ce sujet). En outre, A.A. s’affiche comme un lecteur assidu de romans policiers étrangers (car selon lui le polar en Israël ne peut guère exister pour la raison suivante : « Chez nous, il n’y a pas de tueurs en série, pas d’enlèvements et quasiment pas de violeurs qui agressent les femmes dans la rue. Chez nous, si quelqu’un est assassiné, c’est en général le fait du voisin, de l’oncle ou du grand-père, pas besoin d’une enquête compliquée pour découvrir le coupable et dissiper le mystère. ») et en tant que tel capable d’en déceler toutes les failles et d’y repérer le vrai coupable (sic !). Mais dans la réalité ses capacités en la matière ne sont pas manifestes du tout. Enfin, à 38 ans, il a toujours besoin de se sentir rassuré par son chef féminin Ilana (avec laquelle, pourtant, il semblerait avoir déjà résolu nombre d’affaires). Bref, l’inspecteur et l’homme me laissent plus que dubitative.

Heureusement, j’ai quand même bien accroché à l’histoire et n’ai eu aucune difficulté à suivre l’affaire jusqu’à son dénouement (en deux temps, le second in extremis, imprévu et subtil, qui projette sur l’histoire, rétrospectivement, un autre éclairage). La figure du voisin, Zeev Avni, dont les réactions et agissements sont présentés en contrepoint de ceux de A.A., donne au récit un relief tout particulier dont l’originalité m’a séduite.

Pas grand-chose à attendre, en revanche, pour l’aspect découverte du pays où se passe le roman. L’intrigue se déroule à Holon, une banlieue au sud de Tel-Aviv, dont on aura un vague aperçu (des immeubles et des dunes de sable). De la vie en Israël on notera, si on l’ignorait, que la semaine démarre le dimanche, après la journée du shabbat du samedi. Quant à la question arabe, elle ne sera évoquée qu’une seule fois, mais justement pour la mettre de côté, car elle n’a pas de rapport avec l’histoire en question.

Un bilan en demi-teinte, donc, mais un bon moment de lecture malgré tout (toutefois la personnalité de l’enquêteur ne me donne pas envie de l’accompagner dans la suite de ses aventures, puisqu’il s’agit là du premier d’une série : le deuxième est paru en France en 2015 sous le titre « La violence en embuscade »).

J'ai bien aimé !« Une disparition inquiétante », Dror MISHANILire-le-monde-icone
Titre original Tik N’Edar (2011)
Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz
Editions du Seuil (321 p)
Paru en 2014

14 commentaires sur “« Une disparition inquiétante », Dror MISHANI

Ajouter un commentaire

  1. Comme toi je n’ai guère été convaincue par la personnalité de Avraham Avraham. J’ai été déçue de ne pas découvrir un peu mieux ce pays, sa culture, ses habitants. Et contrairement à toi, l’intrigue non plus ne m’a pas intéressée. Bref, à oublier !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :