« Là où tombe la pluie », Catherine CHANTER

Là où tombe la pluieLorsque Ruth revient, seule et désespérée, à La Source, c’est pour y être assignée à résidence, après un procès au terme duquel elle a été condamnée pour défaut de surveillance à une personne confiée à sa garde : Lucien, son petit-fils, mort assassiné dans des circonstances qui restent troubles.
Sur place, surveillée par ses trois gardiens, elle tâche de vivre et remonte le fil des événements, cherchant à comprendre ce qui a pu se passer.
Mark et elle s’étaient décidés à quitter Londres pour s’installer sur les terres de La Source. Mais cette enclave qu’ils avaient acquise s’avère la seule à être épargnée et à rester fertile alors qu’une sécheresse s’étend à n’en plus finir sur toute l’Angleterre. Que la pluie continue à tomber à La Source suscite ainsi la jalousie et la convoitise, au point d’isoler le couple de ses semblables. Si bien que, lorsqu’arrive le petit groupe de femmes de la Rose de Jéricho, Ruth, en manque de contacts, les autorise à séjourner sur leurs terres. Elle ne tarde pas à se rapprocher de celle qui les mène, Amelia, puis à faire partie intégrante de la secte …

« Là où tombe la pluie » est un roman dont l’écriture m’a immédiatement captée. Il plane sur La Source et sur tout le récit une atmosphère oppressante. Ruth déroule le film de ses souvenirs, en même temps qu’elle brosse le tableau de son temps actuel, une esquisse aux contours grisés à l’image de ce qu’elle est devenue. Les éléments qu’elle livre semblent pointer un coupable idéal, mais elle-même met en doute ce qu’elle pressent et on la suit sur un chemin dont on espère qu’il la mènera à la vérité. Celle-ci, au final, sera dévoilée, mais là à mon sens ne réside pas le principal intérêt de l’ouvrage, en tout cas c’est un fil narratif que je n’ai pas trouvé assez tendu et il ne faut pas trop s’attendre à un roman à suspens, au risque d’être déçu.
Roman de l’enfermement, au présent autant qu’au passé, sur une parcelle de terrain mais aussi sur soi, car Ruth s’extrait de son couple et même de sa famille, pour s’enfermer au sein de la Rose, « Là où tombe la pluie » décrit de l’intérieur les mécanismes en jeu, tels qu’ils se mettent insidieusement en place au point de perturber profondément les capacités de discernement de celle qui en est la proie. De ce point de vue-là, il exerce sur son lecteur une certaine fascination, d’autant qu’il est porté par une plume d’une remarquable qualité. C’est le premier roman de Catherine Richer, un écrivain anglais que je ne perdrai pas de vue.

J'ai bien aimé !« Là où tombe la pluie », Catherine CHANTER
Titre original The Well (2015)
Traduit de l’anglais par Philippe Loubat-Delranc
Editions Les Escales (464 p)
Paru en août 2015
Lu en numérique via NetGalley

9 commentaires sur “« Là où tombe la pluie », Catherine CHANTER

Ajouter un commentaire

  1. quand on lit en numérique , on a plus d emal à faire des photos du livre qu’on a fini de lire. Je trouve que ce que tu dis du livre me plaît bien, merci .

  2. Il est dans ma PAL depuis plusieurs mois…merci de réactiver mon envie de le lire ! Je suis contente de savoir que l’écriture du roman est de qualité, c’est déjà un bon début !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :