Sur mes brizées

Où il est, surtout, question de livres !

« Six jours », Ryan GATTIS

28 Commentaires

six joursLes « Six jours » en question sont ceux du 29 avril au 4 mai 1992 à Los Angeles quand, après l’acquittement des quatre policiers ayant passé à tabac, un an avant, Rodney King, la ville fut le théâtre de violentes émeutes.
Dans cet environnement devenu soudain impossible à contrôler par les forces de l’ordre, malgré les renforts fournis, les gangs que Los Angeles compte en nombre s’en donnèrent à cœur joie, que ce soit pour orchestrer des pillages ou régler leurs comptes. C’est sur un règlement de compte de ce type que s’ouvre le roman, des pages à la limite du soutenable (il y aura deux autres passages très durs, mais à aucun moment la violence n’est présentée de manière complaisante) qui donnent le ton : « Tu joues, tu payes ». Sauf que, dans ce cas précis, la victime ne jouait pas, puisqu’elle n’était pas du tout impliquée dans le gang auquel appartiennent son frère et sa sœur ni dans aucun autre.

L’événement va déclencher toute une série de conséquences dramatiques constituant le fil narratif du récit, que Ryan Gattis expose en orchestrant une partition impeccable : il donne successivement la parole à une dizaine de protagonistes, concernés de près ou de manière collatérale (on notera l’intervention d’une infirmière et d’un pompier), mais il y a toujours une connexion et l’enchaînement des témoignages, dans un langage qui sonne vrai, accompagne le déroulement chronologique d’une histoire âpre, tendue et prenante.

Focalisé sur un quartier de Los Angeles (Lynwood) et un gang latino, « Six jours » permet pourtant d’accéder à une certaine compréhension d’ensemble des émeutes dans lesquelles le roman s’inscrit. Chaque parcours individuel évoqué au long des témoignages apporte en effet de nouveaux éléments, qu’ils soient de l’ordre des données ou des réflexions, nous aidant à construire notre vision des choses.
Un roman qui prouve si besoin était que, quand la littérature s’aventure sur les chemins de la fiction sociale, elle nous apporte autant, voire davantage en ce qui me concerne, que les meilleurs reportages.

Marquant !« Six jours », Ryan GATTIS
Titre original All Involved (2015)
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard
Editions Fayard (432 p)
Paru en août 2015
Lu en numérique via NetGalley

Une très intéressante interview de l’auteur (en anglais) ici.

Les avis de : Sandrine, Jostein, Jérôme, Micmelo, Sylire , La chèvre grise

Publicités

28 réflexions sur “« Six jours », Ryan GATTIS

  1. je sais que ce livre est bien et j’ai vraiment envie de le lire merci de le rappeler à mon souvenir

  2. Un des meilleurs romans lus ces derniers mois… qui vaut largement ses 4 parts de burritos avec supplément de guacamole ;-D

  3. Il est arrivé à la bibliothèque, je le mets sur ma liste urgente ..

  4. Un bel avis, j’avais un peu la flemme de lire ton avis, mais à la vue des quatre parts de tarte en fin d’article, je me suis dit que c’était assez rare pour le lire ! Du coup je le note.

    • Compte tenu du nombre de billets que tu avais (théoriquement !) à lire, tu fais bien de sélectionner 😉 !
      Et ce roman-ci vaut la peine d’être noté.

  5. Je crains un peu les pages très dures, mais il est noté malgré tout.

    • Je pense que, sur ce point-là, on se ressemble un peu (cf nos derniers échanges au sujet des auteurs de polars à Lire en poche), donc comme c’est passé pour moi, je me dis que ça passera pour toi.

      • Oui, ça dépend de la manière dont c’est écrit, aussi…

        • Chacun parle à la première personne, on est dans le langage oral/familier (pour la plupart des protagonistes), peut-être pas la manière dont ils s’exprimeraient réellement, plutôt une reconstitution authentique, mais tu verras par toi même.

  6. Un roman fort, coup de poing. Violent par les actes des protagonistes, certes, mais aussi par ce qu’il laisse deviner de la société et de cet « american dream ».

  7. Je l’avais déjà repéré chez d’autres blogueurs celui-ci. Cela dit, après Les échoués, je vais quand même laisser passer un peu de temps avant de re-rentrer dans du dur de cette nature…

    • Je te comprends ! Et cela me rappelle la fois où je ne suis pas parvenue au bout de ma lecture du « Quatrième mur », de Chalandon, parce que j’avais lu « Kinderzimmer » juste avant.

  8. Réservé auprès de la bibliothèque, j’ai de plus en plus hâte de le lire au fur et à mesure des avis positifs.

  9. Les avis sont assez unanimes, mais en ce moment je crains (oui c’est vrai) la trop grosse violence, même si elle n’est pas gratuite, elle me fait peur. Mais c’est très vrai ce que tu dis sur ces livres qui nous éclairent d’avantage que certains reportages sur de des événements.

  10. Six jours est un roman à la fois fascinant et dérangeant… mais terriblement efficace et prenant ! Magistral !

  11. Tu as entièrement raison, c’est bien plus frappant que certains reportages !

  12. 4 parts de tarte !! J’avais lu un article élogieux de ce roman sur Telerama. Je note donc !

  13. Ce roman me tente bien aussi. Je vais attendre sa sortie en poche (ouais je suis un peu con-con et matérialiste, mais j’achète tous les livres que je lis)

    • Mééénon, Emilie, faut pas dire ça ! J’ai ma fille cadette que je pousse tant et plus à aller en médiathèque mais dont je vois bien qu’elle préfère s’acheter ses bouquins (mais pas les brochés, trop chers), donc t’inquiète que je peux comprendre 🙂 !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s