« Le confident », Hélène Grémillon

confidentEn pleine période de deuil de sa mère, parmi les lettres de condoléances, Camille découvre un étrange courrier dont elle doute être la destinataire. Il lui conte l’histoire d’une certaine Annie, ou du moins le début. La lettre s’interrompt, mais elle est suivie d’autres missives, qui poursuivent ce sombre et surprenant récit, plus ou moins à huis-clos, se déroulant en France pendant la seconde guerre mondiale…

Voilà longtemps que je me promettais de lire ce fameux « Le confident », le premier roman d’Hélène Grémillon, salué par la critique et recommandé par de très nombreux lecteurs. C’est chose faite et je mentirais en disant que je n’ai pas pris plaisir à découvrir les chemins qu’emprunte le roman (j’avais fait en sorte de ne rien savoir à son sujet, excepté qu’il recueillait la majorité des suffrages) : j’ai trouvé la narration très efficace et dévoré le bouquin comme un véritable page-turner.

Trois semaines après, j’ai déjà l’impression d’une lecture volatile dont il ne me restera pas grand-chose, excepté le souvenir de ma vive curiosité quant au dénouement de cette histoire plus que retorse. Mais une histoire habilement ficelée, tortueuse à souhait et très bien menée jusqu’à la dernière page, c’est déjà plus que pas mal !

J'ai bien aimé !« Le confident », Hélène Grémillon
Editions Plon (297 p)
Paru en août 2010

Pas loin de 300 critiques sur Babelio !

35 commentaires sur “« Le confident », Hélène Grémillon

Ajouter un commentaire

    1. Elles sont nombreuses, les blogueuses qui m’avaient donné envie (je n’ai pas eu le courage de partir à la pêche des billets qu’elles avaient publiés) !

    1. Il se lit vite (dans l’édition que j’avais, la police de caractères est très confortable, donc ça fait pas 300 petites pages), tu devrais pouvoir le glisser sans peine entre deux autres lectures.

    1. Ce n’est que mon ressenti (même s’il est confirmé par quelques autres blogueuses dans les commentaires 😉 ) …

  1. Je garde le vague souvenir d’un récit assez classique et d’un secret de famille plutôt sordide. Je crois que je n’avais pas été emballée plus que ça …

  2. Je partage tout à fait le ressenti de Mrs Figg . De la même auteure j’avais également lu « La Garçonnière » et là non plus, il ne m’en est pas resté grand-chose …

  3. Je l’ai lu à sa sortie (je crois que c’était un livre voyageur), et j’avais adoré. Mais aujourd’hui, je serais bien en peine de donner le nom des personnages ou décrire l’intrigue!! Je crois qu’à force de lire, seuls quelques livres, qui sortent vraiment du lot, laisse des traces. (du moins c’est ce que je me dis, pour ne pas m’affoler face à mes défaillances de mémoire concernant certaines lectures!) 😉

    1. Ma fille cadette me rassure régulièrement à ce sujet, en me disant qu’elle-même (qui lit beaucoup) oublie elle aussi ce qu’elle a lu il y a quelques années, sauf quand, comme tu le soulignes, ça sort vraiment du lot (tu vois, ce n’est pas une question d’âge 😉 ).

  4. C’est bien ce que j’avais compris de la déferlante de billets, un chouette moment de lecture et puis voilà 🙂 ( donc toujours en attente ) ( j’aime l’optimiste d’Aifelle ;-))

  5. J’aime bien ton tag ! Pour moi, c’était pareil ! Et je rejoins aussi parfaitement ton avis ! Mais un bon moment de lecture, qui coule, c’est pas mal déjà !

    1. Oui ! Et quand on est en panne de lecture (ça arrive, même si ce n’était pas mon cas pour celui-ci), on est bien contents de tomber sur un roman de ce type.

  6. Alors c’est incroyable, j’ai lu un roman d’Hélène Grémillon, j’ai passé un bon moment mais… il m’a si peu marquée que j’ai oublié l’intrigue et pour tout dire, le titre! 😱 Je te rejoins donc pleinement, lecture volatile, ô combien!

      1. Nan, l’intrigue que tu évoques ne me dit rien. Aurais-je oublié à ce point? Remarque, tout est possible… Oui, hein, il est chouette ce smiley, je l’adore! 🙀 (sa variante féline)

  7. Oui c’est exactement ça, on ne dévore puis on l’oublie un, parce que néanmoins, il subsiste des éléments improbables qui gâchent le côté bien ficelé de l’histoire et qui nous empêche de la garder en mémoire précisément.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :