« L’autre côté du rêve », Ursula LE GUIN

autre coté du reveGeorge Orr a décidé de ne plus dormir. Parce que lorsqu’il dort, il rêve. Et quand il se réveille, ses rêves sont devenus réalité. Mais il est le seul à pouvoir constater que les choses ont changé, personne d’autre ne se souvient de ce qu’elles étaient avant.
Les drogues qu’il prend pour ne pas sombrer dans le sommeil attirent l’attention des instances médicales, qui l’envoient en consultation chez un psychiatre, William Haber. Celui-ci a mis au point une machine spécifique dont il décide d’user à titre expérimental sur son patient, en l’hypnotisant avant de lui indiquer quoi rêver …

Ainsi démarre ce roman d’Ursula Le Guin, auteur réputée de romans de SF (et de fantasy), dont j’ai déjà lu quelques œuvres (il y a longtemps, même si j’ai relu plus récemment « Le nom du monde est forêt »). A partir de ces prémisses incroyables mais vraies (George Orr n’est pas fou, ses rêves altèrent bien le réel), l’auteur décline un roman où les événements s’enchaînent inexorablement, dans une espèce de spirale infernale dont le héros semble prisonnier, quelle que soit la voie de sortie qu’il essaie d’emprunter, comme dans ces rêves dont on essaie en vain d’émerger.
Si procédé il y a, on ne le sent à aucun moment, et le résultat est là : sous couvert de jouer avec une idée de l’ordre du fantastique, Ursula Le Guin entraîne son lecteur dans une réflexion d’envergure sur notre chère humanité, en imbriquant plusieurs récits alternatifs dans un seul. George Orr est un personnage sensible et attachant, dont le destin ne nous laisse pas indifférent. Et la fin du roman ne m’a pas déçue !

J'ai beaucoup aimé !« L’autre côté du rêve », Ursula LE GUIN
Titre original The Lathe of Heaven (1971)
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Henry-Luc Planchat (1984)
Editions Le Livre de Poche (220 p)

L’avis de Vert

19 commentaires sur “« L’autre côté du rêve », Ursula LE GUIN

Ajouter un commentaire

  1. Tu sais que tu es très forte (ou je suis très sénile) parce que tu avais réussi à me le faire noter (tu donnes très envie), et puis en y réfléchissant je savais que Ursula Le Guin et moi ça matchait pas tout le temps, alors j’ai vérifié, et je l’ai déjà lu ! Avril 2009. Remarque, depuis j’ai … heu… « mûri », je devrais réessayer ;o))
    Mes notes :

    L’autre côté du rêve
    de Ursula Kroeber Le Guin (Auteur)
    Henry-Luc Planchat (Traducteur)

    Antwerp, George, George, George
    Note :
    C’est dans Le Club Jane Austen que le seul élément masculin du club offre ce roman à sa belle. C’est le genre de truc auquel je ne résiste pas, et puis Ursula Le Guin m’avait plu avec Terremer, enfin c’est en poche, donc bonne conscience.
    Mais je n’ai pas accroché des masses.
    George Orr est onirophobe. C’est-à-dire qu’il a peur de rêver. Ce en quoi il n’a pas tort, puisque chacun de ses rêves effectifs transforme la réalité. Ca pourrait se révéler tout à fait agréable, voire grisant, voire formidablement utile, si on pouvait diriger les rêves : hélas, c’est le domaine où l’inconscient s’exprime en plein, et franchement, nos inconscients, hein, bon, on n’est pas nombreux à se rêver en sœur Emmanuelle.
    Tout ceci est très problématique, et George espère le soutien et l’aide du docteur Haber, psychiatre parmi les meilleurs. Et là se pose la question : et si on pouvait se servir de ce don extraordinaire pour améliorer la vie sur terre ?…
    Eh bien tout ceci est compliqué. Il faut vraiment suivre les yeux grand ouverts, car chaque réveil a tout modifié tout en conservant le souvenir de l’ancienne réalité, tout ça s’additionne, plus les explications du psy, ça fait beaucoup.
    L’enfer est pavé de bonnes intentions, la fin justifie les moyens, mais s’il n’y a pas de fin, que faire des moyens, etc.
    De quoi gamberger pour ceux qui aiment ça !

    1. Faut croire que j’aime gamberger 😉 !
      Blague à part, je comprends très bien qu’on n’apprécie que modérément. Pour moi, c’est vraiment (très) bien passé !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :