« Marée d’équinoxe », Cilla et Rolf BÖRJLIND

marée d'équinoxeQuatrième de couverture :
Elève à l’école de police, Olivia, pour son mémoire d’études, planche sur un meurtre vieux de vingt ans : une inconnue enterrée vivante sur une plage et noyée par la marée. Le policier jadis chargé de l’affaire est introuvable. En quête d’une piste, Olivia va découvrir la face cachée de Stockholm : le milieu des SDF et sa violence, les réseaux de prostitution de luxe, la corruption politique …

Roman policier repéré sur un présentoir de La Machine à Lire, avec une petite recommandation d’une des libraires, je l’ai acheté en même temps que « So much pretty » (une soudaine envie de polars, ou plus exactement de bonnes histoires prenantes). Je l’ai lu après celui-ci et, s’il ne m’a pas autant emballée, sans doute parce qu’il est de facture plus classique, il m’a quand même bien plu.
Un mot toutefois avant de poursuivre, au sujet d’un tic d’écriture qui m’a fortement agacée en début de lecture.
Ça consiste à revenir régulièrement à la ligne.
A tout bout de champ.
Que cela ait du sens (parce que cela peut en avoir, évidemment).
Ou pas, à force de le faire.
Bref. Par moments le procédé m’a paru omniprésent et à d’autres, heureusement, non. J’ai réussi à en ai faire abstraction parce que l’histoire se tient, même si on nous ressert une fois de plus une intrigue qui prend ses racines dans le passé, avec un meurtre dont le coupable n’a pas été trouvé à l’époque. Mais tout cela est habilement construit et si Olivia paraît parfois un peu « légère » dans son rôle d’enquêtrice, elle n’a que 23 ans donc on lui pardonne. Les personnages qui l’entourent ont davantage retenu mon attention, Mette et sa famille en particulier.
Le roman s’achève sur un petit coup d’éclat qui m’a surprise (et j’aime être surprise). Pas dit que je ne tenterai pas la suite de ce premier d’une série qui, si j’en crois la quatrième de couverture, rencontre un beau succès en Suède et en Allemagne.

J'ai bien aimé !« Marée d’équinoxe », Cilla et Rolf BÖRJLIND
Titre original Springfloden (2012)
Traduit du suédois par Carine Bruy
Editions du Seuil – collections points (474 p)

17 commentaires sur “« Marée d’équinoxe », Cilla et Rolf BÖRJLIND

Ajouter un commentaire

  1. Tu vois moi, j’ai fini récemment un livre où l’auteur ne va JAMAIS à la ligne : pas de tirets de dialogues ni de guillemets, les dialogues s’enchainent avec les descriptions sans sauter la moindre ligne, on ne sait pas toujours si la phrase est dite par le personnage qui continue à parler ou bien s’il a fini, si c’est un autre qui parle ou alors tout autre chose. C’est assez déstabilisant aussi et si j’ai aimé ce livre, je ne vois pas du tout ce que ce procédé apporte…

    1. Oui, dans le cas que tu évoques, c’est un style particulier, voulu comme tel … mais pas forcément intelligible, ni même opportun, et si ça ne fait pas sens, on peut effectivement se demander quel est l’intérêt.

  2. Après une période bisounours, j’ai aussi envie de polars. Celui-là me dit bien, mais le style dont tu parles me fait peur… (j’ai toujours un problème avec l’écriture des polars, d’ailleurs…)

    1. Bah, tu sais, j’en ai parlé mais si ça se trouve tu ne l’aurais même pas remarqué, c’est juste que, chez moi, ça a un peu accroché. Tu verras en lisant quelques pages.

  3. tu as choisi ce titre parce que nous sommes en grande marée?
    je ne suis pas sûre de lire ce roman. Ce que tu en dis ne m’attire pas beaucoup.

    1. D’un autre côté, au moins, on peut dire qu’il y a un style (parce que, parfois, on est les premières à trouver les écritures trop plates 😉 ) !

    1. Je ne suis pas une spécialiste du genre, donc il ne m’a rien rappelé de précis, et puis le coup de la jeune fille élève de l’école de police comme héroïne (en binôme avec un autre personnage) me paraît original.

  4. Un nouvel auteur de polar suédois, celui-là écrit à deux mains avec moult retour à la ligne, à l’opposé de Camilla Lackberg qui saute d’un personnage à l’autre sans prévenir (mais j’aime bien quand même). À lire donc, merci.
    Le Papou

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑