« 1, rue des petits-pas », Nathalie HUG

9782702144947.inddPas très loin de Verdun et alors que l’armistice de novembre 1918 a été signé il y a peu, Louise apprend auprès de deux sages-femmes, Anne et Veda, l’art difficile de l’accouchement. Leur dispensaire se situe au 1, rue des Petits-Pas.
Louise a dix-huit ans et a été recueillie deux ans plus tôt par Anne alors qu’elle avait échoué, victime de la guerre, dans un camp de réfugiés. Dans un village qui doit se reconstruire et où l’ambiance est tout sauf sereine, il ne lui sera pas aisé de trouver sa place…

En lisant la description du village, qui suit la scène d’accouchement sur laquelle s’ouvre ce roman, j’ai eu l’impression d’être projetée dans un de ces univers post-apocalyptiques qu’on découvre dans les récits de SF.
L’auteur, qui s’est visiblement documenté, dépeint avec réalisme la manière dont ce petit bourg en ruines cherche à regagner le droit d’exister (au lieu d’être purement et simplement rayé de la carte). Les habitants, parce qu’ils sont dans le besoin, vont jusqu’à exploiter les ressources « touristiques » de la guerre (vente de vestiges, visite des champs de bataille, malgré les risques encourus) pour faire entrer de l’argent dans les caisses. L’état des lieux qui nous est offert n’épargne personne. Les villageois sont mesquins, égoïstes et superstitieux (une vouivre hanterait le moulin local), les Américains roulent à tombeau ouvert et se conduisent comme en pays conquis et tout le monde couche à droite et à gauche.
Louise œuvre avec beaucoup d’humanité dans l’intérêt de cette communauté, où certains visent avant tout leur avantage personnel. C’est elle la narratrice et ses mots nous plongent au cœur de ce qu’elle vit et des difficultés auxquelles elle se heurte. Par la force des choses, elle est régulièrement amenée à procéder à des actes médicaux que la loi lui interdit. Elle tombe amoureuse mais, là aussi, elle risque de franchir la ligne. Bref, rien n’est édulcoré dans ce roman et c’est ce qui en fait toute la force. Louise fréquente et observe de nombreux personnages, s’attache à certains, mais suscite aussi l’opprobre d’autres. C’est une jeune fille volontaire et pugnace, dont j’ai suivi l’évolution avec un vif intérêt.

« 1, rue des Petits-Pas » est un roman que j’ai lu quasiment d’une traite, tant l’histoire qu’il raconte, autant que l’Histoire évoquée, s’avèrent passionnantes.
Plongée crue et saisissante dans les âpres lendemains de la Grande Guerre et dans la vie des accoucheuses, le tout au niveau d’un petit village, il mérite largement le détour !

J'ai beaucoup aimé !« 1, rue des Petits-Pas », Nathalie HUGLogo 14 18 red
Editions Calmann-Lévy (346 p)
Paru en février 2014

21 commentaires sur “« 1, rue des petits-pas », Nathalie HUG

Ajouter un commentaire

  1. Comme chez Angélique Villeneuve, c’est un roman un peu aux marges du conflit, puisque juste après, une approche moins connue, un thème rarement traité, je le note, il m’intéresse.

  2. Étonnant ce décalage (cette Vallée de la Mort, dirais-je) entre ce que tu racontes du livre et sa photo de couverture ! Franchement, je ne serais jamais allé vers ce livre si tu n’avais aiguisé ma curiosité avec son contenu.

    1. Moi non plus (comme je le disais sur FB), je ne serais jamais allée vers ce livre, avec cette couverture (je n’aurais même pas regardé la quatrième de couverture !). Heureusement qu’une amie l’a apporté pour qu’il circule dans le cercle de lecture que je fréquente. Elle en a dit beaucoup de bien, mais sans rien déflorer de l’histoire, comme j’ai moi aussi tâché de le faire.

  3. Comme je n’avais pas aimé son roman que tout le monde avait adoré, je suis un peu frileuse.

    1. Je ne te réponds que maintenant (chère Marraine 🙂 ) car j’ai eu ces derniers temps quelques (pré)occupations (matérielles) qui ont fait chuter mon rythme de lecture (et de blog). Mais il semble que, finalement, mon été sera compatible avec le lancement de pavés …Wait and see 😉 !

      1. J’espère que ce ne sont pas des préoccupations gênantes mais je vais donc mettre mes pavés de côté. J’ai hâte !

  4. Pas spécialement envie de lire trop de romans sur la première guerre mondiale (ça me rappelle trop les bancs de l’école 😉 ), mais tu me donnes bien envie pour celui-ci ! Je note, je note… 😉

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑