« Saga », Brian K. VAUGHAN et Fiona STAPLES

Saga couvertureMarko et Alana étaient soldats il y a peu, dans des camps opposés : d’un côté la planète Continent, de l’autre son satellite, Couronne, avec des conflits externalisés « car la destruction de l’un décrocherait l’autre de son orbite ». Mais ils ont tourné le dos à tout cela et n’aspirent plus qu’à vivre en paix, avec leur bébé qui vient de naître.

C’est compter sans l’acharnement que mettent à les poursuivre ceux dont ils ont déserté les rangs…

Le moins qu’on puisse dire avec le premier tome de cette série, c’est qu’elle est … surprenante ! On y croise des créatures hors du commun, à commencer par nos héros, dont vous aurez noté en regardant la couverture de l’album les caractéristiques, représentatives de leurs peuples respectifs : l’une a des ailes et l’autre de superbes cornes. Il y aura aussi une chasseuse de primes mi- femme mi- araignée, un chat mensonge, sans parler d’enfants zombies pas beaux à voir et j’en passe car l’imagination des auteurs est sans limites. La palme revient pour moi aux robots dotés de corps humains (très sensuels, on s’en rend compte dans la scène de sexe qui permet de les découvrir), mais d’une tête en forme d’écran de télévision oblong. Là, je dois reconnaître que j’ai eu un petit blocage et l’impression de déraper dans du grand n’importe quoi, mêlant qui plus est allègrement les codes du space opera et ceux de la fantasy, car on se bat à coups de lasers mais aussi d’épées magiques.

Dans un tel contexte, l’histoire se focalise pourtant sur un couple tout ce qu’il y a de plus « normal », en s’ouvrant sur une rapide scène d’accouchement ponctuée de quelques réflexions d’Alana pas piquées des vers et qui donnent le ton : entre ces deux amants-là, pas de langue de bois ! La suite, pour ce qui les concerne, sera au diapason. Le lecteur partagera leurs aventures extraordinaires mais leurs préoccupations et leurs échanges au quotidien ne le dépayseront pas, au contraire il s’y reconnaître, voire en sourira, car même dans les circonstances dramatiques, nos deux tourtereaux ne se départissent pas d’un certain humour (tout comme leur fille, laquelle est en réalité la narratrice de l’histoire et intervient à l’occasion en glissant ses commentaires en voix off). A ces deux principaux protagonistes s’en ajoutent beaucoup d’autres, certains eux aussi présentés de manière déjà suffisamment fine (le Prince Robot, Le Testament, par exemple) pour que l’univers évoqué offre une dimension psychologique intéressante, en croisant les parcours individuels au sein d’une trame géopolitique qui s’annonce dense.

Récit d’aventures SFFF (SF, Fantastique et Fantasy) trépidant, au graphisme plaisant, « Saga » est une BD adulte résolument originale, qui s’amuse aussi à parsemer la narration de réflexions diverses, sur l’éducation, la non-violence, le racisme, pour ne citer qu’elles.
Je suis curieuse de lire le tome suivant de la série, pour lui laisser le temps de prendre ses marques et d’achever de me convaincre.

J'ai bien aimé !« Saga » tome 1, Brian K.VAUGHAN (scénario) et Fiona STAPLES (dessin et couleur)Retrouvez les BD du mercredi chez Mango !
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laurent QueyssiPriceminister BD 2014RD
Editions Urban Comics (168 p)
Paru en mars 2013

Repéré chez Theoma .
Les avis de : Yvan (enthousiaste) ,  Yaneck  et Stéphane Gallay.

16 commentaires sur “« Saga », Brian K. VAUGHAN et Fiona STAPLES

Ajouter un commentaire

  1. Un excellent choix! Tu verras, le tome 2 est encore meilleur, et le trois, que je viens de lire hier, est tout aussi bien. De bons moments de lecture s’offrent encore à toi avec Marko et Alana ^^

  2. je regarde les blogs sur les BD et je me laisse parfois convaincre, là j’avoue que je suis septique mais si elle est à la médiathèque je la regarderai
    Luocine

    1. C’est très particulier et je suis moi aussi sceptique car je ne pense pas que tu aimeras 🙂 . Mais si tu en as l’occasion, n’hésite pas à y jeter un œil !

  3. Très enthousiaste aussi; je l’ai chroniqué récemment. J’attends le tome 3 US avec une certaine impatience.

    Je n’avais pas vu que c’était Laurent Queyssi (auteur de « Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps ») qui avait traduit. Note sympathique supplémentaire.

    Et le Lying Cat est mon perso préféré. 🙂

  4. Tu as raison, ça ne révolutionne pas le genre, c’est sans prétention et c’est vraiment un chouette moment. Le second est meilleur je trouve, j’ai éclaté de rire quand j’ai vu un troll avec une spécificité que je te laisse découvrir 🙂
    Récemment adoré chez le même éditeur : Punk rock Jesus

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :