Privé du dimanche

Logo plumes AsphodèleRDVoici ma participation à un petit jeu d’écriture proposé par Asphodèle (Les plumes à thème 22 – Ennui) consistant à écrire un texte en y intégrant les mots suivants :
projet, dimanche, emmerdement, penser, intimité, hésiter, oppresser, pluie, savoir, morosité, panne, créatif, silence, bâiller, fatigue, mourir, soupir, ralenti, routine, figé, vide et whisky, xyste, zigzaguer.
On avait le droit d’en retirer un et c’est xyste que je n’ai pas utilisé.

C’était dimanche et, comme d’habitude, je n’avais aucun projet. Je ne suis pas quelqu’un de créatif et j’étais en panne d’inspiration, impossible d’imaginer ce que je pourrais bien faire chez moi. J’avais donc décidé, cette fois encore, de me rendre à mon bureau. On peut avoir besoin de mes services, même le dimanche, il n’y a pas vraiment de routine dans mon métier. D’autant que les clients apprécient de ne croiser personne lorsqu’ils viennent me demander de traiter leurs affaires. Ils pensent qu’intimité et secret professionnel font bon ménage et le silence qui règne autour de nous, loin de les oppresser, les incite à se livrer.

Debout près de la fenêtre donnant sur la cour intérieure de l’immeuble, je regardais la pluie tomber. Savoir qu’elle tombait sur tout le monde atténuait vaguement ma morosité. Je me mis à bâiller avant de m’avachir dans mon fauteuil en cuir. Entre deux enquêtes, il y a toujours un creux, ça ne va pas durer, me suis-je dit. Puis j’ai réalisé que j’étais davantage en proie à la fatigue qu’à l’ennui. Rien d’étonnant après les emmerdements de la semaine écoulée ! Mon verre était vide et je me suis resservi un whisky en m’allumant une autre cigarette. J’envoyais la fumée, au ralenti, zigzaguer jusqu’au plafond. Le regard perdu dans ses méandres, je ne pouvais m’empêcher de revoir la scène, l’époux de ma cliente, Frances Donoghue née Kerry (donc riche avec ou sans lui), pris en flagrant délit d’adultère, figé dans la lumière de mon flash. Deux jours après, la photo en question faisait la une, révélant les amants au grand jour. Ça, je ne m’y étais pas attendu, je n’ai jamais eu l’intention d’alimenter les journaux à scandales. Mais ma cliente avait soif de vengeance et la voulait publique. Qu’elle éclabousse d’autres personnes que son mari, elle s’en fichait. Et qu’on m’en tienne pour responsable, également. Heureusement pour moi, les choses avaient l’air de se tasser.

Un petit coup sec frappé à la porte m’a fait sursauter. A travers le battant opaque j’ai aperçu la silhouette d’une femme, que j’ai invitée à entrer. Elle s’est avancée, vêtue d’un tailleur vert foncé, son visage partiellement dissimulé sous la voilette de son chapeau. J’ai l’habitude, toujours ce souci de ne pas être remarqué lorsqu’on vient me rencontrer.
– Vous êtes bien le détective Daniel Hammett ? m’a-t-elle demandé d’une voix peu amène.
Entre le moment où je le lui ai confirmé et celui où elle a extrait de son petit sac à main le revolver avec lequel elle m’a tiré dessus, il s’est écoulé moins de trois secondes. Je me suis affaissé sur mon bureau. Elle s’est approchée de moi, a soulevé sa voilette d’un geste vif et ses yeux noirs se sont rageusement plantés dans les miens. Je perdais conscience mais j’ai réussi à articuler en direction de l’inconnue :
– Pourquoi ?
– Parce que vous avez pris en photo mon mari, Peter Garieli, dans le lit de son amant, Jack Donoghue ! Sa voix sifflait, rageuse. Je savais qu’il me trompait, qu’il avait des amants. Mais c’était notre histoire (elle insista sur le notre) ! Et vous ! Vous, ajouta-t-elle d’un ton méprisant, vous l’avez jetée en pâture aux journalistes !
Malgré la brume qui envahissait mon esprit, je me dis que j’avais cru à tort le dossier Frances Donoghue refermé. Même si je ne méritais pas un tel châtiment, j’étais sans doute coupable d’avoir brisé un couple, le second à avoir souffert de mes investigations. Mais la dernière déclaration de ma meurtrière sonna le glas de mon interprétation trop romantique :
– Après un tel scandale, nous allons devoir divorcer ! J’aurai des compensations, mais plus question d’hériter de la fortune de mon mari ! Et je ne suis pas une Kerry, moi ! continua-t-elle à vitupérer. Me regarder mourir ne suffisait apparemment pas à la calmer.

Heureux d’échapper à cette furie, j’ai rendu mon dernier soupir et suis arrivé là-haut.
J’ignore si on aura recours à mes talents de privé mais une chose est sûre : au moins, je n’y laisserai pas ma peau, c’est déjà fait !

31 commentaires sur “Privé du dimanche

Ajouter un commentaire

  1. Ha ha, ton texte est drôle en plus d’être bien ficelé ! Il fallait y penser ! Le nom du détective me dit quelque chose ou c’est que tous les détectives s’appellent Hammett !!! 😆 Bien joué, tu m’as eue ! 😉

    1. Je savais qu’il s’agissait d’un auteur de romans policiers, mais je croyais qu’il s’appelait Daniel, du coup quand j’ai voulu vérifier sur internet, je ne le trouvais pas ! Heureusement que Claudialucia est intervenue : il s’agit de Dashiell Hammett, écrivain de romans noirs.
      Contente que le texte t’ait amusée, c’était le but !

  2. Oui, aspho a raison s’appeler Dashiell (je veux dire Daniel!) Hammett ne porte pas chance! Mais tu nous laisses sur notre faim. Car si ce n’est pas l’épouse qui a donné la photo à la presse, si ce n’est pas le détectvie, qui est-ce? Suite aux prochaines plumes ?

    1. C’est Frances Donoghue née Kerry, la cliente du détective, qui a transmis la photo aux medias, dans le but de se venger de son mari infidèle. Cf « Mais ma cliente avait soif de vengeance et la voulait publique. « 

  3. J’aime bien les thrillers moi aussi 😆
    J’ai bien aimé ce billet
    Mais c’est vrai que déjà mort, il ne va pas pouvoir continuer à nous faire frémir le dimanche… A moins que Là Haut, il y ait encore des histoires sordides à régler !
    Bises de Lyon

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑