« Au revoir là-haut », Pierre LEMAITRE

au-revoir-la-hautA quelques jours de l’armistice de la guerre 14-18, sur le front, la cote 113 est le théâtre d’événements dramatiques et révoltants qui nous sont narrés dans le détail et dont l’écho se propagera jusqu’à la fin du récit.
Celui-ci se poursuit dans la période de l’après-guerre. Deux jeunes soldats démobilisés, mais profondément marqués (c’est un euphémisme) par ce qu’ils ont vécu, peinent à retrouver une place au sein de la société. La France connaît en effet d’importantes difficultés économiques, ce qui n’empêche pas certains combinards de profiter du contexte et des besoins spécifiques qu’il génère.
Telle est la toile de fond, historiquement intéressante, d’« Au revoir là-haut ». L’histoire elle-même, je préfère vous laisser la découvrir. Quant aux personnages y occupant le devant de la scène, ils sont dessinés d’un trait appuyé mais, même s’ils restent romanesques, ils ont de la présence et on y croit. A eux tous, ils représentent les diverses facettes de la société de l’époque, classes sociales et familles du bas au sommet de l’échelle. On plonge dans leurs vies et leurs actes, pour certains plus ou moins désespérés, ne nous laissent jamais indifférents.

Ce qui m’a frappée, dans les premières lignes de ce roman, c’est le style utilisé, familier et primesautier, car l’auteur s’amuse à se couler dans le langage de l’époque, adaptant le registre de langue utilisé en fonction des divers protagonistes (et le premier personnage qui apparaît vient d’un milieu simple). Au passage, et là c’est sa patte, il glisse quelques métaphores joliment trouvées, très expressives. Par moments aussi, le narrateur omniscient se plaît à apostropher son lecteur et à tisser avec lui la connivence de ceux qui observent et commentent.
Bref, l’écriture de ce roman est à son image, populaire au meilleur sens du terme. Avec « Au revoir là-haut », on plonge dans une tragicomédie dont, jusqu’au bout, on appréhende l’issue. Aucun doute : Pierre Lemaître (dont j’avais beaucoup apprécié « Cadres noirs ») est un très bon raconteur d’histoires, à la manière des feuilletonistes sur les traces desquels il marche avec bonheur.

J'ai beaucoup aimé !« Au revoir là-haut », Pierre LEMAITRELogo 14 18 red
Editions Albin Michel (564 p)
Paru en août 2013
Prix Goncourt

46 commentaires sur “« Au revoir là-haut », Pierre LEMAITRE

Ajouter un commentaire

    1. Je ne suis pas allée lire ou écouter les interviews que l’auteur avait données à la sortie du livre mais je le ferai, pour voir si c’est bien ce qu’il avait en tête.

    1. Moi, je trouvais que j’avais déjà attendu assez longtemps (ma réservation à la bibliothèque datait du mois d’octobre, dès que le livre a été mis en circulation … mais j’étais numéro 5, pas la seule à guetter sur le site de la bibli).

    1. Disons qu’il vaut mieux que tu sois prévenue (et tu l’es) et disposée, à ce moment-là, à lire un roman de ce type. Dans ce cas, ça passera, je pense.

    1. « Robe de marié » ne m’avait pas convaincue, trop attendu dans le genre. Mais « Cadres noirs », si, parce que je l’avais trouvé beaucoup mieux vu, ancré dans la réalité sociologique de notre époque et avec un héros à la psychologie fouillée et crédible.

  1. Je suis en train de le lire et je me demande quelle tournure va prendre l’histoire. En tout cas je m’attache bien aux deux soldats.

  2. Un excellent roman sur l’après-guerre, mais pas seulement … Les arnaques, les saloperies commises au nom du patriotisme sont rudement bien remises en perspective, grâce aux personnages, on y croit ! Et comme toi, je l’ai trouvé drôle, ce roman, bien ficelé, le style est jubilatoire et se dévore « avec bonheur », alors que, franchement, c’est à pleurer, ce qui est montré du retour des poilus !

  3. Je n’ai pas du tout aimé « Robe de marié » mais j’ai bien envie de retenter l’aventure avec cet auteur dans un autre registre.

    1. « Robe de marié », avec moi, ça n’a pas vraiment fonctionné. Mais « Cadres noirs », si (pour les raisons que j’expliquais plus haut à Keisha).

  4. Certains lecteurs sont amenés à faire le contraire. Placés sur une liste d’attente pour lire « Au revoir là-haut », ils prennent prennent leur mal en patience en découvrant ses polars.

    1. ça faisait plus de deux mois que je l’avais réservé à la bibliothèque (juste après qu’il apparaisse sur le catalogue) et, quand je l’ai enfin récupéré, je n’étais même pas persuadée d’avoir encore envie de le lire (je n’avais pas l’impression d’être d’humeur pour ce type de roman). Mais je me suis dit que j’allais commencer quelques pages et le style m’a tout de suite bien accrochée.

  5. Ayé, je viens de me faire le rattrapage janvier sur tes brizées 🙂 (  » Feu pour Feu  » était noté noté, il est surligné ! ). Quant à celui-ci, oui, certainement, pourquoi pas cet été, j’aime ta façon de le présenter en dernières lignes.

    1. T’as vu, c’est vite fait, le rattrapage, chez moi 😉 !
      Et je suis ravie que les dernières lignes t’aient plu : j’ai hésité à parler de cette écriture, mais cela aurait été dommage de passer sous silence quelque chose qui avait compté pour moi (comme je le disais un peu plus haut à Kathel, c’est cette perception initiale qui m’a donné envie de poursuivre, alors que je n’étais pas sûre d’être dans la disposition d’esprit ad hoc pour lire ce roman).

  6. Je n’ai pas encore succombé (la liste d’attente à la bibli est énorme), mais j’aime beaucoup les auteurs qui savent raconter des histoires… On retrouve le plaisir enfantin du récit vivant et entrainant !

  7. J’ai déjà lu Robe de marié que j’avais apprécié, j’étais curieuse de lire Au revoir là haut, j’ai commencé hier soir et j’ai été complètement happé par ma lecture, je n’ai lu que les 100 premières pages, mais pour l’instant j’aime beaucoup!

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑