Mascarade

Voici ma participation à un petit jeu d’écriture proposé par Asphodèle (« Plumes à thème 20 – Masque(s) »), consistant à écrire un texte en y intégrant les mots suivants :
visage, camouflage, armée, plume, vénitien, jaune, déguiser, bal, argile, mensonge, embaumer, comédie, celer, mystère, pailleté, crème, farandole, grimace, hypocrisie, dissimuler, unir, usure, unique.

A noter qu’il y a un bonus après ce premier texte : un second texte inspiré par des événements récents (et qui lui aussi reprend tous les mots imposés).
logo-plumes2-lylouanne-tumblr-comIl m’avait dit : « Tu verras ! On profitera du carnaval. Pour le camouflage, ce sera parfait ».
J’ai dissimulé mes vêtements sous une grande cape vénitienne couleur crème et mon visage derrière un masque serti de plumes chatoyantes. Ainsi déguisée, je me suis glissée parmi les joyeux participants déferlant dans les rues, tels une armée de comédie dont les rangs rompus se seraient mués en insouciantes farandoles.
Comme prévu, il m’attendait devant la boutique. Il avait caché ses traits à l’abri d’un large loup en satin noir. S’il ne m’avait pas déjà montré le costume jaune pailleté qu’il devait porter, je ne l’aurais pas reconnu. Je devinai sa grimace lorsqu’il m’eut identifiée : « Pas très pratique, ta cape ! » marmonna-t-il. Mais la cape, je le savais, était un bon choix, celant mes mensonges sous un habit de mystère.

Il se décida à ouvrir le bal en franchissant le seuil du magasin. Je l’y suivis. Il m’avait eue à l’usure et j’avais accepté de m’unir à lui dans son entreprise. A aucun moment il n’avait soupçonné l’hypocrisie de mon assentiment.
A l’intérieur, je fus saisie par l’habituel parfum d’encens qui embaumait les lieux. Des babioles asiatiques, traditionnelles ou modernes, se pressaient sur les tables et les étagères. Quelques statuettes en argile, que je voyais pour la première fois, trônaient sur le comptoir. Un mini salon de thé installé tout au fond, invisible de l’extérieur, rendait l’endroit unique en son genre. J’eus soudain la chair de poule à l’idée de ce que je m’apprêtais à faire.

Ensuite, tout est allé très vite.
Le patron est arrivé, a fermé son commerce lorsqu’il a compris la raison de notre présence. « Je n’ai pas l’habitude de travailler avec des clients masqués, mais si vous avez l’argent …». Nous nous sommes installés autour d’une table du salon de thé, sur laquelle mon partenaire a déposé plusieurs liasses de billets, de quoi convaincre notre interlocuteur d’aller chercher la marchandise demandée.
Il l’a déballée et c’est le moment que j’ai choisi pour me fendre d’un « J’espère au moins qu’elle est de bonne qualité ! ». C’était le signal convenu. Le micro dont j’étais équipée l’a transmis aux policiers qui écoutaient l’entrevue, infiltrés dans l’arrière-cour.
Lorsqu’ils ont surgi dans la boutique, mon équipier a tenté de dégainer un pistolet. Je me suis jetée sur lui et, en moins d’une minute, j’ai réussi à le désarmer : mon frère et moi avons suivi les mêmes cours de jiu-jitsu, mais j’ai toujours été la meilleure, de loin, même une cape ne pouvait rien contre ça. C’est la raison pour laquelle il m’avait demandé de l’accompagner, au cas où ça tournerait mal. Il n’avait pas imaginé que, dans l’esprit de sa grande sœur, tout avait déjà tourné trop mal pour lui.

Dans le sillage du patron, mon frère quitta l’échoppe menottes aux poignets. On lui avait arraché son loup et il me jeta un regard chargé de haine. Moi, j’avais gardé mon masque. Celui de ma duplicité.

Et maintenant, le bonus annoncé : un second texte (intégrant les mots énumérés ci-dessus), parce que quand il s’agit de raconter des bêtises, eh bien … je ne peux pas m’en empêcher !

Moi qui croyais que personne ne me reconnaîtrait, avec mon visage dissimulé sous mon casque, c’est raté ! Mes chaussures m’ont trahi. J’aurais mieux fait de me déguiser, ou bien de mettre à profit ce que mon passage dans l’armée m’a appris en matière de camouflage, on n’en serait pas là…
Evidemment, chacun prend sa plume pour gloser sur l’Affaire : ai-je ou non une liaison avec Julie ? Quelle comédie ! J’aurais pu recourir au mensonge ou à l’hypocrisie pour tenter de celer cette relation-mystère, mais de telles grimaces me fatiguent. De toute façon, ils m’auraient eu à l’usure, ces pseudos journalistes dont l’unique préoccupation semble être de me coller aux basques. Le secret n’aurait pas tardé à voler en éclats, comme un pigeon d’argile pris sous leurs tirs.
La femme que je fréquente, tout le monde devrait s’en moquer : après tout, c’est à la France que je suis uni (un peu pompeux, ça, mais je pourrais peut-être le ressortir dans ma prochaine conférence de presse !).
En attendant, Julie, être sous le feu des projecteurs autrement que pendant un tournage, elle n’apprécie pas du tout. Je crois que je vais lui promettre un petit séjour vénitien, histoire de la réconforter. On pourrait y aller pour le carnaval, tiens ! Incognito garanti. Je nous imagine, dans nos costumes pailletés, courir les bals, nous joindre aux farandoles des rues. Le soir, nous monterions dans une gondole jaune et crème pour nous rendre dans des palais où l’air embaumerait le parfum de fleurs capiteuses. Tout ne serait que luxe et volupté.

On frappa à la porte et François sursauta en se redressant, car il s’était à moitié endormi sur son bureau, porté par sa rêverie (et aussi parce qu’il manquait un peu de sommeil, ces temps-ci). Il regarda l’heure. Il était temps qu’il aille présider le conseil des ministres.

35 commentaires sur “Mascarade

Ajouter un commentaire

    1. J’ai un petit peu hésité, parce que ce n’est pas très sérieux … mais si on ne peut plus s’amuser sur son propre blog 😉 ! Et j’espérais bien amuser quelques blogueuses aussi !

  1. Pour le premier texte, je me demande quelle sera le devenir de cette soeur, qui, après tout, a trahi son frère. La vengeance est un plat qui se mange froid.
    Pour le second, j’ai beaucoup ri – je suggère à François une cure de repos express.

  2. Pour le premier texte, je me doutais bien grâce aux indices que le comparse allait se faire piéger. Mais par sa sœur ! J’hésite : ou elle n’a pas de cœur, ou elle agit ainsi pour lui rendre service…
    Pour le second texte : Quoi ! Un séjour vénitien pendant le carnaval, tranquillou, avec tous les problèmes qui restent à régler ! Il ne manquerait plus que ça… 😉

  3. Honneur ou famille, seul Don Corleone pourrait trancher… la tête peut-être ! Quant à François il aurait dû dire aux journalistes « Touche pas à ma pote » en son temps Mitterrand avait su dire « Touche pas à ma fillotte »

  4. Pour le premier : ils ne sont pas du Milieu ça c’est sûr, une soeur ne dénoncerait jamais son frère ! 😀 Mais bien vu je ne m’y attendais pas !
    pour le deuxième : tu revisites très bien l’actualité, ce doit être épuisant de se cacher (en plus du reste, warf) ! 🙂

  5. Pour le premier, je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit une trahison de la soeur 😉 réussite totale 😉
    Pour le deuxième, j’ai bien ri (et comme je viens de passer chez Wens j’ai doublement ri ;-))

  6. Hello Brize,
    Les indics se font du fric, il paraît ! Les liens du sang ne sont pas sûrs…
    Quant à ta 2e histoire vraie, une seule chose me vient à l’esprit : on voit la paille dans l’oeil de son voisin, mais… tu connais la suite !
    Il fallait oser, tu l’as fait !
    Bon dimanche pluvieux ou non et bises de Lyon

    1. Mon hésitation, pour le deuxième, a été de courte durée (et puis, j’ai un peu caché le texte derrière le premier 😉 ) !
      Bises lilloises !

  7. Pour le premier texte : Quelle soeur! mon dieu, quelle soeur! Tu es sûre que tes personnage ne sont pas de famille des Atrides?
    Le deuxième texte : Pauvre François; c’est sûr qu’il doit manquer de sommeil! On devrait lui offrir une semaine de congé payé.

    1. Pour le premier texte : D’un autre côté, on ne sait pas vraiment ce qu’elle a dû subir, avec son frère : c’est pas que je veuille l’excuser, mais …
      Quant au second : no comment (j’en ai assez dit, enfin écrit 😉 ) !

  8. Excellent ! j’ai beaucoup aimé le premier, avec cette trahison de la soeur (on pourrait approfondir un peu sur les relations de famille…) et le second : une petite merveille, j’adore !!!! Bravo !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑