« La disparition de Jim Sullivan », Tanguy VIEL

disparitionQuatrième de couverture :
Du jour où j’ai décidé d’écrire un roman américain, il fut très vite clair que beaucoup de choses se passeraient à Detroit, Michigan, au volant d’une vieille Dodge, sur les rives des grands lacs. Il fut clair aussi que le personnage principal s’appellerait Dwayne Koster, enseignerait à l’université, qu’il aurait cinquante ans, qu’il serait divorcé et que Susan, son ex-femme, aurait pour amant un type qu’il détestait.

Parce qu’il s’est mis dans l’idée d’écrire un de ces romans américains qu’il apprécie tant et dont il a remarqué le caractère international, l’auteur- narrateur s’attache à repérer tous les éléments que celui-ci devrait contenir pour ressembler à ces modèles-référents. Il dresse sa liste en forme d’inventaire (j’ai adoré y reconnaître des points que j’avais déjà pu noter). Il esquisse une situation de départ, un arrière-plan et, progressivement, c’est toute l’histoire qui se bâtit sous nos yeux. Au point que la construction elle-même (comme l’auteur le souhaitait, il l’explique dans l’interview ci-dessous : je l’ai écoutée après et j’ai été ravie de constater que son projet avait, au moins pour ce qui me concerne, fonctionné à la perfection) finit par être éclipsée par le récit, dans lequel le lecteur bascule : ce n’est plus à l’histoire d’un roman en train de s’écrire qu’il s’intéresse, mais à l’histoire en question, tout simplement !

L’amatrice de littérature américaine que je suis a beaucoup apprécié ce texte jubilatoire, astucieuse mise en abyme qui se prend elle-même à son propre jeu.
Tanguy Viel voulait écrire un roman américain ? Pari réussi, avec ce petit roman efficace et dynamique, condensé d’ingrédients de littérature US accommodés avec bonheur par un auteur français que ce livre m’a permis de découvrir (je le connaissais de réputation, mais il a fallu qu’il s’embarque dans cette entreprise américaine pour que je me décide enfin à le suivre, la preuve qu’il a bien fait !).

J'ai beaucoup aimé !« La disparition de Jim Sullivan », Tanguy VIEL
Les Editions de Minuit (153 p)
Paru en mars 2013

Keisha, Clara, Véronique et Krol sont aussi enthousiastes que moi.
Cachou est un peu plus réservée.

24 commentaires sur “« La disparition de Jim Sullivan », Tanguy VIEL

Ajouter un commentaire

  1. Il me plait celui-là … Je n’ai lu de cet auteur que « Paris-Brest », (avis un peu mitigé), mais le côté américain revu et corrigé assumé, j’assume. Il a souvent été comparé au Dicker « La véritable affaire d’harry quelque chose » souvent en mieux.

    1. Pourtant, ce n’est pas comparable, je trouve : Joël Dicker écrit un roman à l’américaine « pour de vrai », alors que Tanguy Viel s’amuse (et nous amuse). D’ailleurs, un « vrai » roman à l’américaine ne pourrait pas être aussi court.

  2. Puisque tu m’as mise en lien , tu sais déjà que j’avais particulièrement apprécié ce dédoublement très malignement mené de l’auteur se regardant écrire un roman tout à fait américain tout en en écrivant un, parfait, de fait… une mise en abîme très réussie !

    1. Oui, il circule dans le cadre du challenge US, j’ai vu. Pour ma part, j’ai eu la chance de pouvoir le lire en bibliothèque (mais il m’a tellement plu que je l’achèterai peut-être s’il finit par sortir en poche).

    1. Je ne peux rien dire concernant ses autres titres mais celui-ci, compte tenu de ton goût pour la littérature américaine, mériterait que tu le lises !

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑