« Starbuck » (un film de Ken Scott)

starbuckLe thème :
L’incroyable histoire de David Wozniak qui, sous couvert d’anonymat (pseudo : Starbuck) a moult fois donné son sperme (enfin, donné contre rétribution financière) et se découvre le père de 533 enfants, dont 142 ont lancé une action en justice pour connaître l’identité de leur géniteur !

J’avais complètement oublié le thème de ce film québécois lorsque je me suis décidée à le regarder dans le cadre du challenge « Québec en septembre ». J’ai donc été quelque peu surprise de le voir s’ouvrir sur un Starbuck en pleine action, je veux dire en plein « don », enfin visiblement il a un peu de mal, il a dû trop donner, pas facile-facile, la vie du donneur de sperme !
Mon inquiétude quant au genre de film que j’allais voir (après un tel démarrage, je m’attendais au pire) s’est rapidement dissipée, en même temps que je découvrais la raison d’être de cette scène d’ouverture. Et si je n’ai pas été tout de suite embarquée par l’histoire, je me suis gentiment laissée emmener sur les traces d’un héros pas mal looser mais qui s’avère posséder un fort capital de sympathie. Alors on finit par s’y attacher et on se demande comment il va s’en sortir, de sa multi-paternité qu’il a quand même envie d’assumer un peu, tandis que les médias vilipendent à qui mieux mieux l’inconséquence (voire la perversion) de l’anonyme Starbuck (N.B : Le titre du film fait référence à une race de taureau canadien qui a produit des centaines de milliers de veaux par insémination artificielle dans les années 1980 et 1990 – source wikipédia).

Cette comédie originale, vue sans déplaisir, aurait dû me permettre de perfectionner mon québécois (comprendre, augmenter mon vocabulaire ultra limité, parce qu’une fois que j’ai brâmé « Calice ! » et « Tabernacle ! », j’me retrouve coite). Las, elle était quasi-intégralement sous-titrée en français (seuls certains locuteurs avaient été jugés suffisamment compréhensibles pour être dispensés de ce sous-texte) et mon œil ne pouvait s’empêcher de les lire avant d’avoir cherché à comprendre ce que mon oreille entendait. Résultat, zéro progrès en québécois (si c’est-y pas dommage, ça !) ! Plus qu’à espérer que Karine et Yueyin nous concocteront au moins une vidéo du genre :
« Le québécois facile – leçon 1 » !Québec en septembre

« Starbuck », un film québécois de Ken Scott
Avec Patrick Huard
Sorti en 2011 au Québec et en 2012 en France

19 commentaires sur “« Starbuck » (un film de Ken Scott)

Ajouter un commentaire

  1. Vu au cinéma. J’ai passé un excellent moment. La scène qui m’a le plus marquée est celle qui se passe dans le jardin de son ami avocat qui bataille pour que ses enfants aillent se coucher. « Pas d’risque !! Leurs oreilles ne captent pas ma fréquence vocale » ^^

  2. Vraiment aimé ce film auquel je ne croyais pas du tout au départ, j’en garde un souvenir attendri. Par contre, question accent québécois, je te conseille le non forcément difficile à comprendre mais délicieusement inventif « J’ai tué ma mère ».

    1. C’est vrai que sans les sous-titres, ça ne doit pas être si évident que ça ! (je connais même quelqu’un qui n’a pas tenu longtemps dans ces conditions, mais c’est parce qu’elle était fatiguée m’a-t-elle dit, alors elle ne comprenait rien !)

  3. Bonjour Brize, heureusement que le film comporte des sous-titres car j’avais souffert devant les films de Denys Arcand comme « Le déclin de l’Empire américain »( je n’avais pas compris la moitié du dialogue). Sinon Starbuck est un film très très sympa. Bonne fin d’après-midi.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑