Faites vos jeux !

histoires_Olivia BillingtonVoici ma participation à un jeu d’écriture proposé par Olivia Billington, consistant à écrire un texte en y intégrant les mots suivants :
perfection – divin – paradisiaque – immaculée – conception – foutaise – changement – arnaquer – casino – supermarché – paquet – kraft – logique

– C’est des foutaises, tout ça ! s’écria-t-il en balançant son poing sur le comptoir de notre cuisine (oui, je sais, ça fait bizarre un frère et une sœur vivant encore en colocation à nos âges, mais les jumeaux, même lorsqu’ils ne se ressemblent pas, sont toujours un peu plus longs que les autres à se séparer, c’est connu).
Lorsque j’avais déballé devant lui le paquet de papier kraft enserrant les liasses de billets, je m’attendais à une réaction, mais pas aussi violente.
– Tu es incapable de gagner autant d’argent au casino ! martela-t-il.
– Mais …
Il m’interrompit.
– Je t’ai déjà vue jouer, je sais ce que je dis !
– J’ai eu de la chance !
– Ah, ouais ! De la chance, mon œil ! Qui t’as arnaqué, ce coup-ci ?
Je renonçai à répondre. Aux yeux d’un observateur extérieur, il n’y avait aucune logique dans mes gains de la veille. Tout juste aurais-je pu arguer d’un léger changement d’attitude de ma part : j’aurais pu expliquer que j’étais arrivée à la table de jeu sans y croire… et que tout s’était déroulé à la perfection. J’enchaînais les numéros gagnants et, dans ce supermarché du hasard, je finis par apparaître, le temps d’une soirée paradisiaque, comme l’heureuse élue d’on ne sait quel divin bienfaiteur.
Mais mon frangin, habitué à passer derrière moi pour réparer mes dégâts, croyait à ma bonne étoile autant qu’à l’immaculée conception. Je vis son regard aller des fenêtres à la porte : tout juste s’il ne s’attendait pas à voir des flics ou des gars de la mafia débouler !
J’entrepris de le calmer.
– Ecoute, si tu préfères, je peux en donner une partie à des œuvres caritatives !
Il me regarda, encore plus soupçonneux.
– Alors là, c’est le bouquet ! Elle gagne un paquet de thunes et elle veut les donner ! Et tu penses que je vais te croire ? ajouta-t-il en levant les yeux au ciel, avant d’asséner, partant sans doute du principe que charité bien ordonnée commence par soi-même :
– Ecoute, si tu ne sais pas quoi en faire, tu peux toujours m’en filer, à moi !
Je m’interrogeais encore sur sa proposition (sarcasme ? ou souhait réel d’être enfin récompensé pour ses interventions bienvenues dans ma vie ?), lorsqu’on sonna à la porte, une interruption qui tombait à pic, encore que …
Ni lui ni moi n’attendions quelqu’un.
Il alla ouvrir, pendant que je tirais précipitamment le large tiroir à gamelles et envoyais mon précieux paquet rejoindre le fond d’une cocotte.
Après, tout se déroula très vite, mais j’ai eu le temps de me repasser la scène je ne sais combien de fois depuis : les deux flics en civil surgissant dans la cuisine, mon frère faisant tout un pataquès et se taisant, soudain, une fois qu’un des deux gars lui eut rétorqué :
– Elle ne vous a rien dit de sa nouvelle petite combine, n’est-ce pas ? Elle a fait très fort, hier soir ! Mais les caméras de surveillance l’ont à l’œil, votre frangine ! Et elle n’est pas près de remettre les pieds dans un casino !
J’ai quitté notre appartement menottes aux poignets. Avant de franchir le seuil, je me suis retournée et, sur le visage de mon frangin, je n’ai lu aucun reproche : c’était un visage fermé, sur lequel il n’y avait plus rien à lire.
Les jumeaux, c’est connu, sont toujours un peu plus longs que les autres à se séparer.
Mais maintenant, nous l’étions.

18 commentaires sur “Faites vos jeux !

Ajouter un commentaire

  1. Voici un texte qui tombe bien en ce vendredi 13 😉 Si je te dis qu’aujourd’hui j’y suis allée au casino, me croiras-tu et si je te dis que….j’ai tout perdu hihi!!!
    Belle participation!!!
    Domi.

  2. C’est chouette, j’étais à fond dans l’histoire, et j’aurais aimé que la fin ne soit pas celle-ci, mais soit, elle est très bien finalement car j’en redemande, je veux une suite, pourquoi pas. Mais on penser que même jumeaux, le frère à l’air d’être l’ainé, non ?

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑