« Annabel », Kathleen WINTER

AnnabelEn 1968, au Labrador, Jacinta donne le jour à un enfant pas tout à fait comme les autres, ni garçon, ni fille, un peu des deux en réalité. Après examen de ce cas d’hermaphrodisme, le corps médical choisit l’option garçon et l’enfant grandit donc en tant que Wayne, ce que sans aucun doute préfère son père, Treadway. Pourtant, la part féminine de Wayne est bien là, petite fille cachée à l’intérieur de ce garçon …

Dans une écriture limpide, qui va droit aux êtres et aux choses, Kathleen Winter conte une histoire attachante, dont Wayne est le protagoniste principal mais où d’autres figures se distinguent : sa mère, Jacinta, élevée en ville et vivant maintenant dans un village d’à peine plus de 200 âmes ; son père, Treadway, homme bon mais taiseux, épris de cette solitude et de cet espace qu’il trouve pendant ses longues périodes de chasse ; Thomasina, personnalité atypique, qui partage leur secret car elle était présente à l’accouchement ; Wally, l’amie de Wayne, qui vit pour la musique et le chant.
Chez Wayne, Jacinta aperçoit la petite fille qu’elle désirait alors que Treadway redoute de la discerner, mais tous les deux se rejoignent dans leur volonté d’éviter à leur enfant le regard impitoyable des autres, incapables de s’adapter à ce qui les dérange.

Roman d’apprentissage hors normes, « Annabel » pose avec délicatesse, au travers d’un cas très particulier, la question de la différenciation sexuelle en général (qu’est-ce qui fait de nous un homme ou une femme … si tant est que cette distinction soit réellement pertinente ?) . Une œuvre d’un réalisme parfois cruel, forte et belle.

Marquant !« Annabel », Kathleen WINTER
Titre original Annabel (2010)
Traduit de l’anglais (Canada) par Claudine Vivier
Christian Bourgois éditeur (454 p), février 2013

Découvert grâce au billet d’In Cold Blog.
Un roman lu et aimé aussi par : Theoma, Clara, Gwenaëlle, Krol

26 commentaires sur “« Annabel », Kathleen WINTER

Ajouter un commentaire

  1. Je n’aurai jamais été aussi content de m’enfiler 4 parts de tarte d’un coup 😉
    Un très beau texte à la fois poétique et très dur, de beaux personnages… Merci à toi de transmettre le flambeau en exprimant ton enthousiasme de façon si communicative.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑