Le chant des étoiles

Voici ma participation à un petit jeu d’écriture proposé par Asphodèle (« Plumes à thème 10 – Départ »), consistant à écrire un texte en y intégrant les mots suivants :
retour, euphorie, liesse, valise, chant, solitude, larme, immortel, mouchoir, voyage, destination, horizon, retard, trajet, rupture, retraite, rater, incandescent, impétueux, inverser.
logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com
De retour chez lui, le voyageur temporel ne céda pas à l’euphorie que la réussite de sa mission avait provoquée auprès de ses supérieurs. En la matière, toute liesse l’avait depuis longtemps abandonné. A la place, un irrésistible sentiment de solitude l’envahissait chaque fois qu’il posait dans l’entrée de sa domos son étonnante valise (un bagage-caméléon de petite taille, d’aspect toujours anodin mais au contenu recelant autant de trésors que le sac de Mary Poppins, la fameuse gouvernante dont il avait découvert l’histoire dans un de ses cours d’ethnosociologie).
Que lui importait d’être un immortel aux performances brillantes, quand ses voyages vers des destinations sans cesse renouvelées ne laissaient souvent derrière lui que larmes et ruptures. Quel que soit le prix à payer, il corrigeait les trajets du réel, rabotant les distorsions possibles, freinant à l’occasion le cours impétueux du temps pour que l’humanité ne rate pas, à l’étape ultime, la rencontre prévue. Car ni avance ni retard ne seraient tolérés, jusqu’à l’horizon des millénaires futurs. Lorsque, enfin, le chant des étoiles se ferait entendre, il s’agirait d’être prêt. Quitter la Terre serait offert à un petit nombre d’humains, pionniers contraints à l’abandon d’une planète morte. Leur retraite s’effectuerait dans un silence accablé, pas de mouchoirs agités sur les quais de gare ou les embarcadères, comme dans ces anciens tableaux qu’il aimait tant. Les vaisseaux s’élèveraient dans leurs vapeurs incandescentes et parcourraient l’espace pendant plus d’années qu’un homme n’en pouvait vivre. Loin, très loin, auprès de créatures différentes, résidait une chance de salut.
Le voyageur temporel savait tout cela. Et bien plus encore. Qu’il ne pouvait, par exemple, inverser le cours des choses, mais seulement les aider à se dérouler le moins mal possible.
De quoi lui donner, le soir, lorsqu’il regardait les constellations, la nostalgie d’une vie autre, plus commune, où la mort, un jour, lui signifierait son ultime départ.

15 commentaires sur “Le chant des étoiles

Ajouter un commentaire

  1. Eh bien !!! Cela semble tellement possible ! Quand je pense que les mouchoirs agités font déjà partie du passé, je vais faire attention au chant des étoiles !!! 🙂 Très joli texte !

  2. On parle d’étoiles…j’accours évidemment! Et je trouve un texte parfait, plein de profondeur stellaire et d’interrogations sur l’avenir de notre microscopique planète…bien vu!

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑