« Ça t’apprendra à vivre », Jeanne BENAMEUR

ça t'apprendra à vivreElle a cinq ans et habite en Algérie, dans la prison où son père travaille. Il est arabe et sa mère italienne. Elle a deux frères et  une soeur.
Quand la prison devient une forteresse, il faut partir.
Pour la France et d’autres murs, d’autres cris et d’autres silences, dans cette famille où tant de choses ne sont pas dites, la douleur quotidienne d’une mère distante et les blessures de découvertes fortuites. Heureusement, viendront le goût pour l’écriture et le plaisir d’inventer des histoires, qui seront pour la petite fille des oasis dans un environnement sans guère de joie.

Si ma fille cadette ne m’avait tendu ce livre alors que, toujours sur la route des vacances (c’est qu’elle était longue !), je venais d’achever « Mysterium », je ne pense pas que je l’aurais abordé et ce n’est pas faute de l’avoir aperçu sur les blogs. Cela aurait pourtant été dommage de passer à côté de cet ouvrage saisissant (dont la conception m’a rappelé « Enfance » de Nathalie Sarraute).

Au fil de courts chapitres, l’auteur égrène dans ce roman visiblement autobiographique des souvenirs d’enfance parfois durs, mettant en lumière des choses qui l’ont marquée, souvent placées sous le sceau de la douleur ou de la tristesse. Le je (se) racontant, au présent, allié au style utilisé, tout en notations (faussement) simples qui écorchent le vécu, donnent à chaque instantané une couleur singulière.

« Ça t’apprendra à vivre » porte bien son titre et l’empreinte qu’il m’a laissée sera sans doute durable.

Marquant !« Ça t’apprendra à vivre », Jeanne BENAMEUR
Paru en 1998
et aux éditions Babel j en 2006 (111 p)

29 commentaires sur “« Ça t’apprendra à vivre », Jeanne BENAMEUR

Ajouter un commentaire

  1. Je le note, je suis de toute façon fan de l’écriture de Jeanne Benameur. Pour l’instant, j’ai « les insurrections singulières » qui m’attendent (ou donc es-tu partie ?)

    1. J’ai moi aussi trouvé que c’était une lecture pas facile du tout (je le disais à ma fille, en cours de lecture). Heureusement que le texte est court.

  2. C’est ça qui est chouette ! parfois tu passerais à côté d’un livre si il n’y avait pas quelqu’un de proche pour t’en parler et te le conseiller. A près bien sûr, le livre en main tu te fais ta propre opinion. L’intêrêt des livres, dans une certaine mesure, c’est aussi de pouvoir échanger à son propos.

    1. Et bien sûr, le livre en question venait… d’une des médiathèques de Lille (où la Miss avait été faire une descente avant de partir, s’agit pas de manquer de bouquins pendant les vacances !) !

  3. Excellente nouvelle que cette réédition d’un livre de Jeanne Benameur qui était épuisé et qui a été réédité en 2012. Je l’avais lu dans l’ancienne édition et j’avais été emballée par l’écriture et l’importance pour l’auteure de tous ces événements traumatisants arrivés à un âge si tendre. Et puis l’Algérie ça me parle, parce que mon père a fait la guerre d’Algérie en tant qu’officier et qu’enfant j’y ai séjourné. Merci Brigitte pour ta chronique, décidément le lien avec Benameur reste fort. Nous avons eu la chance à la médiathèque d’Antony de la recevoir toute une journée (rencontre avec des classes ados et rencontre avec le public adulte le soir). C’est une femme chaleureuse, posée. Sa présence est forte.
    Bonnes lectures estivales.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑