« Le Nao de Brown », Glyn DILLON

Le Nao de BrownPrésentation de l’éditeur :
Nao souffre de TOC, mais pas de celui qui consiste à sans cesse se laver les mains ou toujours tout ordonner. Nao souffre d’obsessions violentes et morbides et ses compulsions prennent la forme de rituels mentaux invisibles. Travaillant à mi-temps dans un magasin de jouets designs et tendances, tout en essayant de décoller sa carrière d’illustratrice, elle est en quête d’un amour insaisissable… l’amour parfait. Et en rencontrant l’homme de ses rêves, elle réalise que les rêves peuvent s’avérer… bizarres.

Voilà un album dont la couverture m’avait rebutée au point que je ne l’avais jamais ouvert lorsque je l’avais croisé en librairie et j’en serais sans doute restée là sans les aperçus que m’en ont donnés certains billets de blogs.
Je l’ai donc abordé avec beaucoup de curiosité et l’ai lu attentivement (j’étais suffisamment intriguée pour vouloir ne rien rater). Malgré tout, je l’ai achevé en me sentant quelque peu perplexe, notamment du fait du dénouement, surprenant… Je me suis dit qu’il faudrait que je le relise, sans doute y avait-il certains aspects qui méritaient que je m’y attache davantage. Mais j’avoue que le propos ne m’a pas assez passionnée pour que je passe à l’acte (il faut dire que les albums tranche(s) de vie ne sont pas ceux qui m’attirent le plus, pourtant ils peuvent m’enthousiasmer, ce fut le cas avec « Le combat ordinaire », de Manu Larcenet).

Il reste que cette immersion dans le quotidien et le psychisme d’une jeune femme plutôt particulière m’a intéressée, même si j’ai parfois été déroutée par les diverses facettes de sa personnalité, ses références (à la culture japonaise) ou certains procédés narratifs. Quant au graphisme (que la couverture, j’y reviens, ne laisse pas deviner), souvent proche de l’aquarelle, avec une mise en page très dynamique, il m’a, lui, totalement séduite.

J'ai aimé un peu« Le Nao de Brown », Glyn DILLON
Editions Akileos (206 p)
Paru en janvier 2013 (pour la version française)

L’avis de : Mo, Yvan, Zarline, Mango, Loula, Theoma

20 commentaires sur “« Le Nao de Brown », Glyn DILLON

Ajouter un commentaire

  1. Inquiétante Nao, troublante Nao, touchante aussi… j’adore l’effet qu’elle produit sur ses lecteurs. Différent à chaque fois… tu n’y coupe pas 😀

  2. C’est une histoire très étrange en effet et plutôt difficile à bien saisir au début. Heureusement qu’il y a ces beaux dessins! J’en garde plutôt un bon souvenir cependant.

    1. Ma foi, c’est la curiosité qui m’a poussée (et la bibli venait de l’acquérir) et une fois lancée je n’ai pas eu envie d’abandonner l’album en route.

  3. Monsieur l’a lue, cette BD, et a beaucoup aimé. Moi je l’avais feuilletée, un peu déroutée et un peu effrayée par le sujet, mais je me suis promis de la lire, et ton billet ne fait qu’attiser ma curiosité. En plus, j’aime assez les albums « tranche de vie », en général.

    1. J’ai vu qu’il y avait bon nombre de lecteurs enthousiastes. Je ne le suis pas, mais c’est vraiment une question de ressenti, je ne remets pas en cause la qualité de l’album.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑