« Le maître chanteur de Minsk », Morley TORGOV

maître chanteur de MinskEn 1868, à Munich, le célèbre compositeur et chef d’orchestre Richard Wagner monte le dernier de ses opéras, « Les Maîtres chanteurs de Nuremberg ». Mais alors que les répétitions battent leur plein, il reçoit une mystérieuse lettre anonyme, lui annonçant que le 21 juin, date de la première, « sera le jour de [sa] ruine ».
L’inspecteur Herman Preiss est chargé de l’affaire. Celle-ci prend rapidement très mauvaise tournure, puisque une série de meurtres est commise dans l’entourage de Wagner…

Voilà un polar historique plaisant (certes il y a des meurtres, mais jamais rien de gore), dont le rythme enlevé tient sans doute à l’importance donnée aux dialogues. Ils sont rapportés par le narrateur, l’inspecteur Preiss, lequel nous fait aussi part de ses réflexions au fur et à mesure de l’avancée des événements et de l’enquête concomitante. L’évocation des lieux et du contexte représente seulement une toile de fond, tracée à grands traits. Il n’empêche qu’on approche le tempétueux Wagner et le découvrir menant ses musiciens et les interprètes de son opéra à la baguette (pas pu résister !), vaut le détour : j’avais entendu parler de son caractère volcanique, mais là, on se rend compte de ce que son comportement exigeant pouvait avoir d’odieusement tyrannique et si on y ajoute son antisémitisme notoire, on comprend que l’homme n’attirait pas forcément la sympathie. Le microcosme familial et artistique environnant le compositeur est efficacement restitué et le lecteur apprécie de s’y trouver plongé, autant que le mélomane inspecteur Preiss, dont c’est la deuxième enquête dans le milieu musicien de l’époque (je n’ai pas lu la première mais elle est indépendante de celle-ci et les rappels sont suffisants pour qu’on n’ait pas d’impression d’avoir raté un épisode).
Preiss lui-même fait preuve dans sa narration d’un certain humour pince sans rire, fort à mon goût. Il n’hésite pas non plus (démarche qui ne m’a paru guère professionnelle mais ça passe, il ne faut pas se la jouer trop puriste sur cette enquête) à demander à la belle violoncelliste Helena Becker de l’aider dans ses investigations. Sa relation avec la dame en question, piquante, n’est d’ailleurs pas un des moindres attraits du récit.
Un bon moment !

« Le maître chanteur de Minsk », Morley TORGOV (364 p)
titre original The Mastersinger from Minsk
traduit de l’anglais (Canada) par Céline Schwaller
Editions Actes Sud (paru en avril 2013)

18 commentaires sur “« Le maître chanteur de Minsk », Morley TORGOV

Ajouter un commentaire

    1. Richard Wagner au Canada : là, tu en demandes beaucoup ! Faudrait peut-être regarder du côté de la SF, au rayon uchronies 🙂 !

  1. On sait quelle importance avait le compositeur aux yeux d’Hitler. Mais j’espère que les traits négatifs ne sont pas trop appuyés non plus et que le portrait, même si la part d’ombre du personnage est vaste, reste tout de même équilibré. Voilà le rôle de la littérature historique : avoir les deux pendants du personnage, les qualités comme ses comportements et opinions les plus inavouables.

    1. On ne peut pas dire que le portrait soit approfondi : on reste dans une approche sommaire, mais qui ne m’a pas semblé caricaturale, suffisante pour justifier l’enquête policière.

  2. Sympa la photo sur le petit cadre, il est conçu pour ça ou bien c’est un détournement ?
    Ta chronique donne envie de lire le livre. Bravo pour le ton enlevé et alléchant.

    1. C’est un lutrin (pour livres ou petits tableaux) que j’ai depuis longtemps. Comme il me faisait penser aux pupitres sur lesquels sont posées les partitions, j’ai trouvé amusant de l’utiliser pour présenter le livre.
      Et pour ma chronique, je souhaitais qu’elle rende compte de ce que j’ai apprécié dans ce roman : si c’est réussi, tant mieux 🙂 !

  3. Ce que tu écris du contexte et de la narration me paraît en effet fort sympathique 🙂
    ( décidément, pour Gatsby, il semble faire l’unanimité sur l’effet kitch… vais pas me précipiter )

    1. 2 parts = j’ai bien aimé (cf « un bon moment« ) : difficile de faire plus cohérent …
      Rappel (cf encart « La cote d’amour de mes lectures » dans la colonne de droite du blog : 3 parts = j’ai beaucoup aimé.

Pour commenter, c'est ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑